• Le parfait feu

     

     

    Si je m’en réfère au calendrier les beaux jours sont là.

    Si je jette un œil par la fenêtre « y’a comme un défaut » aurait dit le bon Fernand,  RAYNAUD de son nom.

    Comme l’a chanté  Alain, SOUCHON de son nom :

    «  Y’a d’la brochette dans l’air, pépère,

    Sur la braise la merguez va prendre l’air

    Ta grillade tu peux pas t’la faire

    On s’croirait en hiver ».

    Bref, les miches au chaud, le potage de légumes est devenu votre compagnon, soda et glace Marbella ne comptez pas sur moi pour vous faire sortir du bac du congelo ce soir, une autre fois …circulez y’a rien à voir…bonsoir !

    L’opportunité vous est offerte en attendant « d’allumer le feu » d’entendre les conseils d’un vieux.

    Il y a feu et feu. Ce soir je vais vous exposer la façon de faire un feu pour préparer vos agapes pantagruéliques

    Attention, je m’adresse aux nantis, aux privilégiés, aux « tutoyeurs des Dieux », aux faiseurs de braises, aux descendants des « bruleurs de la bonne Jehanne qu’Anglois brulèrent à Rouen », aux mécréants que vous êtes lorsque votre ancêtre soufflait sur la braise qui tourmentait Jacques de Molay en « l’ile des Juifs »  à Paname…enfin à vous qui avait le feu sacré….Plus brièvement à vous qui possédez  un barbecue  et qui êtes possédés par l’envie de vous en servir !

    Les autres….les pauvres ! AH mais si, mais non j’ai une idée pour vous…Faites vous inviter !

    Sans faire allusion au méchoui, revenons à nos moutons ;

    Le feu doit se faire en 2 étapes qui dans cette progression ont une importance capitale.

    Le premier feu est dit « feu de chauffe ». Préparé avec du petit bois, de la brindille, à la rigueur de la cagette, il dégage de la flamme vive, de la clarté er se positionne dans la catégorie «  feu à tout cramer ».

    Le second est dit « Feu de pro. ».Constitué de « vrai bois d’arbres », il ne dégage pas de flammes mais de la braise, de la bonne et rougeoyante braise.

    La chaleur est la base de la réussite de vos grillades. Combien de fois j’ai subi la torture du mauvais feu...viande grillée extérieurement et crue à l’intérieur.

    Je ne vous le répéterais jamais assez : la cuisson se fait grâce à la chaleur de la braise.

     Cette cuisson doit être lente, contrôlée et donc surveillée. Le capitaine de soirée chargé d’assurer la réussite de la grillade devrait  rester aux aguets comme un guetteur qui attend l’aurore et en principe inscrit aux Anciens Alcooliques Connus.

    Sur le qui vive en compagnie de la braise vive...Seule compagne du moment.

    Bon….parfois une exception est tolérée..Mais attention l’occasion fait le lardon ! Un petit verre histoire de ne pas faire bégueule et trop pro. Restons humble.

    En résumé privilégiez le bois d’arbre et bannissez les bois de palettes, d’anciens meubles, de construction et de démolition…qui sont traités avec des produits mortels.

    Le nec plus ultra dans  ce flamboyant projet de cuisson réside dans le fait de ne pas ingurgiter les émanations « des frères Ripolin et les éthers de ces …. de  Monsanto ».

    Je cite :

    « Les substances nocives qui s’échappent du barbecue en cours de cuisson s’appellent des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Ils peuvent irriter les yeux et les muqueuses, sont reconnus cancérigènes et augmentent le risque de maladies cardio-vasculaires.

    Le HAP le plus connu et redouté est le benzo(a)pyrène. Les HAP sont libérés lors de la combustion partielle de matériaux contenant du charbon: bois, carburants fossiles et tabac. La fumée de cigarette est, par exemple, très concentrée en HAP. » 

    Comment procéder : cuisson verticale...Bon dieu mais c’est bien sûr….comme le disait Bourrel de son nom...et commissaire de son état.

    C’est la meilleure façon de ne pas trop vous intoxiquer avec les fumées et substances nocives dégagées lorsque les graisses tombent su la braise incandescente.

    Voila, pour en connaitre plus reportez-vous sur le net où les exemples de BBQ à cuisson verticale sont détaillées et faciles à réaliser.

    Sur ce, je vais manger ma soupe… « Et ça fait des grands flchss » paroles de Brel, Jacques de son prénom….Chez ces gens là »

     

    « Cri de souffranceSauce »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Mai 2016 à 23:40

    nous aussi soupe ou potage chez les nantis!Bisous

      • Mardi 24 Mai 2016 à 02:02

        Heureux de vous savoir rassemblés au tour d'une table.  Chez nous le repas est essentiel, pas de prise de becs ni de tête , pas de règlement de compte, laissons libre cours au partage sans oublier une chose capitale :

        REMERCIER  : le ou la cuisinière... avec sincérité

                            la chance d'être réuni même et surtout à deux !

                            la Vie en général .

        Quoi de plus normal que de s'exprimer , même la bouche pleine, sur les bienfaits d'être en agréable compagnie, les vertus de tes ingrédients seront alors décuplées!

        Avez-vous remarqué "la grâce des mains d''une femme dans la farine " (Claude Nougaro )? à méditer et à prêter plus d'attention à la proprio. de ces mains !!

                            

         

         

    2
    Mardi 24 Mai 2016 à 01:36

    ZUT !!! Ce n'est pas l'heure de sonner chez toi pour un bol de soupe  !!! je repars sur la pointe des pieds !!!! je reviendrai pour le barbecue !!!   bisous loup

     

      • Mardi 24 Mai 2016 à 01:49

        Tu peux passer, l'esprit est ouvert comme le cœur et repartir rassasiée d'amitié et de fraternité...attention à ne pas mettre les pieds dans le plat !

      • Mardi 24 Mai 2016 à 01:53

        MDR    je t'ai réveillé !!!

    3
    Mardi 24 Mai 2016 à 01:38

    Au fait, je vois qu'on a les mêmes goûts pour les chansons !!! 

    4
    Mardi 24 Mai 2016 à 04:24

    Bonjour bien que ce matin soit tôt il me vient une envie de chanson de nos poètes chanteurs et je ne cracherai sur une belle côtelette grillée merci pour la mise en bouche de tes mots ... FRATERNELLEMENT ! Ce joli texte m'a renvoyé l'image de mon père un pro de la viande retournée et moi la mousquetaire avec ses brochettes pleine de coeur...

      • Mardi 24 Mai 2016 à 15:14

        La polka des mandibules ! ou les ventres affamés n'ont pas d'oreilles mais qu'importe le morceau pourvu qu'on connaisse le livret !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :