• Les oranges...

    « Je vends de belles oranges pas chères »

     

    Cette phrase tirée d’un sketch de Fernand RAYNAUD m’a plongé récemment dans les délices de Capoue.

    Seulement voilà…Comme le disait ce bon vieux Fernand  « …avec ta tête à vendre des lacets…y’aurait comme un défaut ».

    Bon.... retour sur le passé… magnéto Serge …

    Fernand RAYNAUD  est parmi les artistes comiques les plus connus en France, dans les années 1950 et 1960. Initialement homme de cabaret et de music-hall avec des sketches et des chansons, il devient une vedette nationale grâce à la télévision. Son art comique consiste à présenter des histoires drôles à base de situations quotidiennes, qui mettent en scène le Français moyen.

    Il reste dans la mémoire collective de plusieurs générations successives de Français, avec ses sketches comme Le 22 à AsnièresRestons FrançaisLe plombier et  certaines de ses expressions sont restées célèbres : « Bourreau d'enfant », « Heu-reux ! », « Y a comme un défaut », « C'est étudié pour », « Ça eût payé », « Tiens ! Voilà l'hallebardier ! », « C'est l'plombier ! », « Allô ! Tonton ? Pourquoi tu tousses ? », « Ingénieur à Grenoble ».

    Ca y est vous avez fait le rapprochement ? Pas si sûr …je vais vous développer l’histoire des oranges…pas chères.

    Le patron exploitant un banc de fruits et légumes est en grande discussion avec son employé à qui il avait demandé d e créer une pancarte pour que ses oranges soient vendues plus vite….Une pub puisqu’il faut tout vous expliquer.

    Le patron : je vends de belles oranges pas chères…pourquoi « je vends »...Vous ne les donnez-pas !

    • « de belles » : vous croyez que le client aiment les moches ?
    • « oranges »  : on voit bien que ce ne sont pas des pommes !
    • « pas chères » : faut-il le préciser…ici c’est le meilleur prix…

    Je reste en admiration devant ce sketch que j’ai simplifié au maximum pour pouvoir l’adapter à la vie courante de chacun d’entre nous.

    Le pouvoir de la suggestion

     Et si pour rendre accessible à nos neurones fatigués et à nos esprits surchargés, il suffisait d’imaginer ce que pourrait être la réalité d’une situation sans subir les coneries himalayennes de la publicité.

    « Je visualise un objet, j’accède à toutes les qualités et avantages que m’offre cet objet »

    Au moment ou  se profile à l’horizon dans  ma tête de Loup en ébullition. …STOP…le piège à con vient de faire une première victime…imagination eu grand galop...la tête de Loup : nom barbare donné à l’instrument servant à la femme de chambre pour enlever les toiles d’araignées.

    Re-STOP : Femme de chambre : Don du ciel  qui nous a débarrassé de Dominique-nique STRAUSS- KAHN .

    Et ainsi de suite...A l’ instant où mes idées vagabondent, un voile noir brouille mes yeux ébaubis

    Alors là je vous laisse en paix et ne manifeste pas l’envie de brandir un stop censeur et accusateur...N’imaginez pas : PAIX…..MANIFESTE … ENVIE… BRANDIR ….tout le parfait arsenal du vaillant petit soldat qui partirait à la guerre concernant  la loi sur le chômage ou ex-travail nommée à juste titre : la Loi  QUEL KONNERIE.

    Ce voile noir qu’agite un doux Alyzée ne semble en rien à un rideau suspendu sur la corde à linge de ma voisine, ce Belphégor venu tout droit des enfers  vient de façon soudaine mettre à mal ma théorie de l’imagination ou pouvoir de la non-création…

    De formes élancées, agréable à envisager toutes proportions gardées, correctement inscrites dans les canons d’une certaine beauté correspondant à ce que mon œil apprécie et évalue comme tiens...tiens…tiens…c’est pas un boudin…demande à voir.

     La vision de cet ectoplasme porte à ébullition ce qui me reste de neurones (encore faudrait-il vérifier la date de péremption) et remets en selle le bien fondé de ma théorie : « imagine, moi je fais le reste ».

    Par la barbe du prophète et que la vierge me patafiole...c’est une femme...en apparence et de toutes évidences…Elle crie, geste et cul,  vitupère après pépère qui se désespère de ne pouvoir la remettre à sa place avec tous les égards dus à sa qualité de femme voilée….

    Sur son front grillagé il me semble ou alors j’imagine une pancarte avec cette inscription : «  défense d’imaginer qui je suis, défense de me dévisager (c’est déjà fait je n’ai plus de visage) défense d’envisager l’avenir à venir, défense de me prendre pour une bombe (on m l’a déjà fait à Paris Bruxelles et ailleurs)

    STOP …Je n’ose plus porter à l’écran blanc de mes nuits blanches ce que mon imagination fertile pourrait créer…cette théorie est une absurdité et que deviendrait l’enfer de nos pensées devenues des réalités exposées au grand jour ? N’imaginez surtout pas la réponse car j’en cramoisi d’avance !

    Le petit’dej m’attend accompagné d’un jus d’une belle orange pas chère.

     

     

    « Toute-toute première fois....la suiteMC CAIN »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Lou Québec
    Samedi 21 Mai 2016 à 14:17

    J'adooorrrre.

      • Samedi 21 Mai 2016 à 17:57

        Ta présence  nous honore.

    2
    Dimanche 22 Mai 2016 à 02:29

    Tu as encore frappé !!! he à deux heures du matin ça fait mal he  c'est vrai qu'il nous a laissé de belles expressions Fernand Raynaud, un grand plaisir de les retrouver toutes à la queue leu-leu  !!! quel article, tu nous "chantes" même du Nougaro !!!  quand à la suggestion !!!! du grand art , moi j'aimerai bien connaître le fond de ta pensée !!! oui je suis une incorrigible curieuse    même pas honte !!!!

    C'est bon pour la santé les oranges et si elles ne sont pas chères ce n'est que mieux le problème est qu'on ne sait pas si elles sont bonnes, ce n'est pas marqué dans la pub !!!

    Bises amicale Loup, 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :