• ON THE ROAD AGAIN

     

    ..Ou pour les français que nous sommes «  reprendre la route ».

    Comme annoncé par notre grand Timonier dans ses previsions  de grand chambardement, le changement c’est tout de suite et bientôt.

    Attiré par ce blog qui fut un temps un phare à éclats comme beaucoup de papillons de nuit, j’ai profité des lumières et des services d’EKLA BLOG.

    Mais en ce bas monde les plus belles choses volent en éclats, il en est ainsi des amours et des amitiés, des promesses  et des «  nous jamais », des « je ne mange pas de ce pain là ».

     Pourtant ce pain béni est devenu une tartine de merde que certains de nos dirigeants vont nous faire déguster à la petite cuillère pour que le supplice dure plus longtemps.

    Notre « guide suprême »doit l’avoir mauvaise, il doit à cette heure avaler des couleuvres grosses comme des bras.

    Hâtons nous de ne pas le blâmer, il fait partie d’un complexe système de machine à sous, machines dans lesquelles il a mis le doigt, puis, le poignet et alouette gentille alouette…il s’est fait plumer et nous aussi….

    Nos écrits apparaîtront bientôt entre une pub pour de la vaseline :

    bien pratique pour ce que nous allons devoir subir

    une pub pour faciliter le transite intestinal :

    bien pratique pour ce que nous allons en caguer

    une pub pour faciliter le changement d’odeur : 

    Je vous laisse votre libre arbitre pour choisir à quoi cela va-t-il bien pouvoir vous servir….profitez en bien votre liberté fond comme neige au soleil 

    Il y'a ceux qui resteront et ceux qui feront semblant de partir ou des rester.

    Pour ma part je ne suis pas étonné par cette avarie, puisque ce monde actuel fait l’apologie du mensonge, de la bassesse des individus (gouvernant et manants), de nos travers de porcs, il fallait bien que la saleté envahisse notre petit monde…ainsi va la fin.

    Que de souvenirs vont occuper nos longues soirées d’hivers….j’en frémi par avance….de colère, de désespoir et d’amertume.

    Voilà, bientôt, je reprendrais la route sans haine, sans esprit de vengeance mais en ayant la certitude que nous nous reverrons un jour ou l'autre, nous les victimes du Dieu : PROFIT.

    « "Je" demain et jeu de mainsA moi Auvergne... voila l'ennemi (Chevalier D'ASSAS) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Diane Jean
    Jeudi 31 Mars 2016 à 02:24

    tu as raison le Dieu profit égare sur des chemins de Ténèbre même les plus purs....alors restons sur nos gardes bises mes amitiés

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 06:27

        Merci, le problème est bien compris

    2
    Jeudi 31 Mars 2016 à 07:49

    Bonjour Loup,

    de nos jours tout est fait, comme disait Machin: "à l'insu de notre plein gré". On nous  impose tout, on ne nous demande plus notre avis! On n'adore plus que le dieu dollar! Comme dans notre "république" notre liberté rétrécit comme peau de chagrin.

    Latcho divès.

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:20

        Latchi rath tu ké, 

        Je pensais être tranquille avec mes nouvelles certitudes, mais un dieu capricieux et taquin vient d'en décider autrement. La route je la reprendrais avec plaisir, par habitude, sans contraintes.

        Je refuse de baisser les bras et de me laisser aller ...amertume quand même.

         

    3
    Delattrons
    Jeudi 31 Mars 2016 à 08:22

    S'agissant de profit : à qui profite le crime ?

    Là est toute la question, puisque, pour les nantis, qui on changé de camp : "Pourvu que çà dure !"

    D'où le changement.

    ^^

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:24

        Et oui à partir de demain ce sera comme avant car, quand on sait ce qu'on sait et qu'on voit ce qu'on voit on a raison de penser ce qu'on pense!

        Cela fait beaucoup de "qu'on"....et là, nous ne voulons pas en faire partie.

      • Lundi 4 Avril 2016 à 15:19

        j'adore ta derniere repartie!

    4
    Lou Québec
    Samedi 2 Avril 2016 à 19:32

    Oui, nous vivons bien dans la civilisation du profit. Et cela semble s'accentuer. De plus en plus vite. La réussite de ce coté-là est thésaurisée, glorifiée, adulée, encensée ; bref nous sommes des saucissons bien saucissonnés... 

    Il s'agirait de cesser de consommer d'un coup sec et implacable, et tout l'édifice s'effondrerait ! Nous pourrions déménager dans la jungle amazonienne, s'il y reste encore quelques arbres pour nous cacher...

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :