• Madame va être servie

    Le plaisir de la table est de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les pays et de tous les jours ; il peut s'associer à tous les autres plaisirs, et reste le dernier pour nous consoler de leur perte.

    Les plaisirs du quotidien :

     

    Existe t il un rapport entre les plaisirs de la table et ceux que nous éprouvons en visitant les quartiers d'intimité de notre conjoint ?

    Il semblerait que seules les personnes atteintes de troubles aigus du comportement face à la gourmandise y soient sensibles .

    Vous connaissez mon sérieux et l’intérêt que je porte à l'étude du comportement de mes congénères, ils m'ont poussé à consulter le très célèbre docteur BOMBAY.

    Ce spécialiste a joué un rôle important comme Con de Sultan au prés de l'équipe de tournage de «  ma sorcière bien aimé ».

    C'est vous dire qu'avec une telle référence cette communication prend tout à coup un aspect scientifique qui, je l’espère, ne vous semblera pas trop rébarbatif.

     

    C'est à l'occasion d'une de ses sorties de la clinique du «  Fou rire » que ce praticien m'a accordé une entrevue.

    A ce sujet je n'ai jamais su s'il était sorti à la fin de ses consultations où s'il était en position « d'évasion » tant ce doux-dingue avait une étrange attitude.

     

    Il revenait me dit-il, d'un banquet auquel il avait été invité par Jean Anthelme Brillat-Savarin, homme politique et critique gastronome, réfugié aux Amériques en 1794.

    Je trouvais cela bizarre, tout comme les avis de cet homme.

     

    «  La table est le seul endroit où l'on ne s'ennuie jamais pendant la première heure » a été sa conclusion.

    Oui mais le reste du temps, comme le chantait le Georges Brassens :

     

    «  Que le coq imbécile et prétentieux perché dessus
    Ne soit pas déçu
    «  Mesdam's, en vous laissant manger le plaisir sur le dos
    Chantez in petto.....
    Quatre-vingt-quinze fois sur cent
    La femme s'emmerde en baisant ».

     

    Alors, je restais sur ma faim, quelles preuves existe-t-il entre les plaisirs d'Amour et les plaisirs de la chaire ?

     

    Réussir un mets consiste à associer divers ingrédients possédant chacun des senteurs, des goûts, des odeurs différents.

    C 'est un savant dosage de subtilités, de patience, de passion qui déclenche cette magie, cette alchimie qui offre en fin de communion ces plaisirs qui donnent envie de « remettre çà »

    Il va sans dire qu'il faut un savoir faire , mais reconnaissons le, l'état d'apprenti n'est pas fait pour déplaire....le plaisir de surprendre et de se faire prendre.

     

    La fin d'un repas réussi ressemblerait-elle à un orgasme gustatif ? 

     

    Ce qui en résulte est une forme d'excitation , une ’élévation de l'esprit en accord aux plaisirs que le corps ressent.

    Le meilleur moment d'une rencontre est celui pendant lequel vous gravissez les marches d'escalier qui vous conduiront au septième ciel.

    Tout est une question de tempo...piano puis crescendo , envolée et subtilité

    Quel langage se prêterait le plus à cette élévation des esprits et des corps...la musique bien sur !

    Imaginez vous en chef d'orchestre 

     

    Chaque acteurs de la recette qui va être interprétée " est "  aux ordres »

    Votre partenaire n'attend plus que votre intervention.

    Rien ne manque, vous donnez le départ d'un geste de la main, la scène vous appartient .

    Déjà conquise par le décorum, elle est rassurée par votre attitude, le mouvement fait place au silence « lento » puis adagio et « moderato ».

    Tous vos sens sont en éveil, les gestes sont nets et précis allegro et presto, la passion vous habite et l'Amour vous invite à poursuivre.

    Vous connaissez bien les ingrédients pour mener à bien ces ébats.

    Un rien de complicité, un soupçon d'exotisme pour épicer la recette, pas de « goujateries » ni de lourdeurs qui rendraient la recette indigeste et ferait de vous, par réputation un « McDO-Lover ».

    Votre interprétation va crescendo, vous connaissez bien la musique et de cette partie vous restez le Chef.

    La femme apprécie, elle est traitée en « guest-star « , vous avez tout fait pour la sublimer, au dessert elle vous rendra tout ce que vous lui avez donné.

    Vous vous dirigez vers une explosion des sensations, l'accord des saveurs est parfait, le timing est celui d'un amant, ne pas faire attendre son invitée et terminer en beauté.

     

    Avant que d'avoir bu, vous vous écriez « A table Madame, je vais vous dévorer ». Elle vous découvre carnassier mais délicat sauvage qui a su dompter une pressante envie en « Vous faire plaisir avant toutes choses ».

     

     

     

     

    l

    « le temps est un certain temps...Lundi....comment çà va ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :