• Jeux de mains

    Jeux de mains

    Il est un témoignage qui caractérise la fin d'une aventure humaine : « jeux de mains jeux de vilain ».

    Cela tendrait à prouver qu'il faille garder les mains dans les poches et de ne pas les sortir lorsqu'on vous tend la main.

    Mais comment répondre à une poignée de mains justement pour ne pas en venir aux mains, car en matière de main, il est facile de faire un faux pas.

    En un tour de main alors que vous aviez la main heureuse vous voilà faire des pieds et des mains pour qu'une main innocente ne soit pas accusée d'être baladeuse.

    Je n'y suis pour rien, j'en mettrais ma main au feu si cette main pleine de doigts s'est posée sur le bas des reins prometteurs de cette innocente jeunesse aux mains pleines.

    Je ferais mettre à l'index ce majeur qui, alors que je me tournais les pouces, à fait battre les mains au point de faire sortir une main de fer de son gant de velours.

    Je croise les doigts pour que cette affaire de maladresse ne se termine pas en un improbable « pince-fesses » alors que je ne faisais que lui passer la main dans le dos.

    Une amie est venue prêter main forte par son témoignage, elle a le cœur sur la main et veut laver cette main de tous soupçons d'égarement tactile.

    Elle déclare en levant la main au ciel qu'au moment de ce glissement progressif vers le plaisir qu'elles étaient ensemble, unies comme les cinq doigts de la main.

    Ce témoin n'était autre que la main gauche, jumelle de la main droite accusée à tors d'ambidextre.

    « j'ai trébuché » invoqua comme excuse l'auteur de ce coup de main. « Pour ce crime de lèse callipyge vais-je me retrouver condamné au bûcher ? ».

    L’Effrontée avait la langue bien pendue, peu habituée à la tourner sept fois dans sa propre bouche elle avait pour habitude de la fourrer dans les affaires des autres.

    « vous enfoncez une porte déjà ouverte et lors de cette chute c'est celle de mes reins que vous avez agrippée ».

    « Certes il y a eu de votre part maladresse, je réclame justice pour cet acte soit disant involontaire. Vous mériteriez un coup de boule » et en relevant sa jupe dévoilant sa polissonne construction elle éclata d'un rire qui en dit long : « Désormais en embrassant Fanny, vous ne penserez plus qu'à lui. ».

    En la quittant, je fredonnais :

    « Que jamais l'art abstrait, qui sévit maintenant
    N'enlève à vos attraits ce volume étonnant
    Au temps où les faux culs sont la majorité
    Gloire à celui qui dit toute la vérité . »

    Sacré Georges, c'est avec panache que tu savais élever les débats, de ce qui fait qu'ici bas, dans le ciel il y a des étoiles qui nous font lever les yeux et sur terre des fois il vaudrait mieux marcher en baissant les yeux.

     

    « La feuilleHommage à un Poéte »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Mars à 09:52

    Des mains, des bras, des langues, des bouches... bref, une histoire bien humaine ! cool

    Bonne journée

      • Lundi 4 Mars à 20:33

        Tu me fais penser à la chanson "alouette "happy

        Merci de ta visite

    2
    Dimanche 3 Mars à 19:12

    Il aurait suffi, comme a dit Ponce (pas Pierre mais Pilate) de s'en laver les mains !

    C'est ce que nous faisons tous, assez souvent smile

      • Lundi 4 Mars à 20:36

        C'est ce que préconise la médecine pour éviter la transmission d'un microbe.

        Si cela pouvait éviter à l'homme de mettre la main à la pâte et de garder ses mains dans ses poches.

        Je reviens aprés quelques jours d'absence.

    3
    Mardi 5 Mars à 10:23

    Bonjour

    superbe texte amusant sur des aventures manuelles he

    4
    Mercredi 6 Mars à 06:39

    Que dire quand  bien des femmes  font ce qu' elles  peuvent  pour  que  leurs attraits se remarquent, quitte  à passer par  un chirurgien !

     Qu' elles le  font  pour se sentir  bien dans leur peau, ce qu' on  peut  admettre !

    Mais  on  peut aussi   supposer qu' elles  seraient déçues, si  au  moins  un oeil qui traîne  ne se posait  pas sur  leurs avantages !

    Et  n' oublions  pas, qu' à la  plage   elles sont souvent  plus  déshabillées qu' en   sous vêtement, et ce sont  pourtant  les sous vêtements qu' elles  veulent cacher !

     Bonne  journée

     

    5
    Mercredi 6 Mars à 07:22

    Tes constations sont (celles d'un expert ) sont sans appels ! alors que parfois les femmes se "torturent " le corps et l'esprit pour faire appel à nos coups d'yeux concupiscents.

    Le monde est mal fait et notre œil est critique.

    6
    Mercredi 6 Mars à 08:40

    J'aime bien ce billet... manuel. Je constate que nous avons au moins une référence culturelle en commun outre Fanny : Georges Brassens. Comment serait-il entendu aujourd'hui ?

    Bonne journée, loupzen.

    Au temps où les faux culs sont la majorité
    Gloire à celui qui dit toute la vérité

      • Mercredi 6 Mars à 19:36

        Je vais hâter le pas de Loup pour découvrir votre univers....MERCI 

    7
    Vendredi 8 Mars à 11:00

    Bonjour

    petit tour sur le dernier article pour te souhaiter un bon et beau weekend avec du soleil tout plein, si possible

    8
    Samedi 9 Mars à 16:53

    bonjour Loupzen,

    je suis ravie de voir que votre plume est toujours autant aiguisée

    une fois de plus, nous avons des problèmes de communication

    j'ai répondu à 2 de vos mails, envoyé deux autres et deux MP et je suis en attente de vos avis

    Au plaisir

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    9
    Mercredi 13 Mars à 23:04

    on y voit la main du Grand Ordonnateur 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :