• J'ai une idée

    Pour que naisse une idée, au sens « procréation » encore faut-il que les éléments prévus à cet acte de création existent et jouent leur rôle.

    Me rapprochant le plus possible de l’hypothèse de la création d'un enfant par deux êtres humains, on peut considérer que la pensée est le résultat de la cogitation d'un cerveau en ébullition, jusqu'au moment de l'extase .

    L'éjaculation de ce cerveau donne naissance à une idée. Je ne vous donnerai pas les détails en cas d'éjaculation précoce, lorsque une idée ne peut aboutir ou qu'un projet d’idées est avorté.

    En cas de réussite, l’auteur de ces tribulations prend son pied et tient à faire partager cet acte courageux.

    Car il en faut du courage pour dévoiler ses pensées, présenter une idée à la cantonade et la faire partager par des pique assiettes.

    Ne voulant pas payer les violons du bal ni même aider à monter ou démonter le chapiteau, ils se positionnent en voyeurs lors d'une sorte de partouze littéraire.(j’exagère mais je ne suis pas loin de la réalité).

    Ces derniers sont les premiers à se rincer l’œil et à plonger leurs mains sur le clavier pour donner leurs impressions lorsqu' une « jeune idée » est étalée à la vue de tout le monde, cela devient indécent....ce qui plaît à beaucoup.

    Sans jamais payer de leur personne ces anonymes excellent dans le travail de snipers : « je reste incognito, je balance mon fiel et je me tire ailleurs parce que c'est plus bath ailleurs ». Ils flinguent à « tout va » bien à l'abri derrière leurs avatars de tarés.

    L'Idée donc est en cours de création. Elle a germé, génération spontanée, ça pousse tout seul.

    « Nous voulions écrire un témoignage sur..... Qu'importe le flacon pourvu qu on est l’ivresse de la création.

    Il y a des matin comme çà ou tout va bien, les doigts courent d'un pas léger sur le clavier, ils parlent tous seuls et partent dans toutes les directions, difficiles de les suivre, les diriger ?

    Je n'y pense même pas, ils ne m’appartiennent plus et son les jouets de mon imagination.

    J'emploie le NOUS en me prenant pour un monarque comparable à un roi soleil, en vérité je suis con comme la Lune.

    Mais faute avouée est à moitié publiée .

    Heureusement dans ce ménage qui remue il y a des éléments perturbateurs.

    Changement de direction, les  idées affluent, super flux et de reflux d’émotions et de sensations, les sens troublés par mes idées ont du mal à faire le point sur la situation.

    Il faut calmer le jeu et revenir en arrière .

    Ou en étions Nous ? Sous le Soleil ou en compagnie de la Lune ?

    Seuls les commentaires du lecteur me donneront la position.

    Les premières lueurs du jour éclairent les pages qui furent blanches et le premier va et vient du PC au WC, provoque un déplacement d’air pour que sèche l'encre encore fraîche.

    C'est décidé, je vais publier ...il est 5 heures Paris s’éveille...







    « MotivationMoi j'aime la folie douce à mon coeur »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Juillet à 13:16

    Avoir des idées c'est être créatif. Et quand on est créatif, on crée, on construit. C'est le contraire de la crétinerie. Quand on est crétin, on casse, on saccage. Et c'est fou comme la crétinerie progresse de nos jours...

    Bonne journée

      • Vendredi 6 Juillet à 04:58

        Je te  sais assez fin d'esprit et savoir ta faim de liberté me rassure  quant à ton combat contre la connerie humaine.... 

        Reste dont un rempart contre les crétins des Alpes ou d'ailleurs.

        Il faut garder les armes à la main en cas de besoins.

    2
    Vendredi 6 Juillet à 19:07

    Ce soir, je n'ai pas d'idée, j'ai juste une chanson  sans paroles  qui me revient tongue

    La première fois que j'ai entendu ce texte, c'était au tout début des années 60 et il m'émeut toujours avec la voix du Grand Jacques.  Les paroles s'envolent, les écrits et les chansons restent. 

    Bonne soirée et bon week-end 

    Mais le temps que s'allume l'idée sur le papier, le temps de prendre une plume, le temps de la taille ....

    3
    Vendredi 6 Juillet à 20:02

    Mais de mille façons mais par mille détours
    Je t'aurais dit " partons " je t'aurais dit " brûlons
    Brûlons de jour en jour de saisons en saisons ......magnifique lettre d'amour du grand Jacques.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :