• I have a dream....Rêve éveillé ou réalité ?

    Le rêve fait-il partie des moyens de communication mis à notre disposition ?

    Oui j'en suis intimement convaincu à condition que son interprétation ne soit pas soporifique.

    Parlez-vous en dormant ou restez-vous muets dans le silence de votre lit douillet ?

    Êtes-vous en accord avec cet adage : La parole est d'or et le silence est d'argent  ou tout comme moi, prétendez-vous que la parole rapporte de l'argent pendant que nous dormons.

    Parlez-vous en dormant, ronfler ne vous suffit plus, il faut avoir une vie durant votre sommeil ... Surprenant non ?

    Au cours d'une nuit sans kim wilde, j'ai assisté à un de mes rêves. Dans cet étrange rêve j’entendais un représentant de la loi des hommes crier :

    « tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens »

    Ce bon - homme s’adressait en vociférant à un parterre de gens en armes. Ils encerclaient des Gens du Voyage réunis en une tribu prophétique aux prunelles ardentes (Baudelaire )

     

    Réveillé en sursaut le cœur battant la chamade, une étrange question me turlupinait :

    ''Celle qui partage ma couche et qui est Gitane, allait-elle être jugée, condamnée et exécutée ''

    Était ce le même Dieu qui avait donné tous pouvoirs à ce magistrat pour occire cette femme

    Serait-elle reconnue par Dieu ?

    Si tel était le cas je me rendormirais rassuré… Ma femme serait  jugée, condamnée, exécutée.... mais sauvée.

    Ouf j’avais eu peur pour rien!

     

    Le doute étant permis, il s’installa me montrant ainsi qu’il n’avait cure de ma permission pour cohabiter.

    Pourtant, petit j’avais appris que d’un même robinet ne pouvait couler de l’eau propre à la consommation et de l’eau saumâtre.

    Alors de quel robinet coulait le Bon Dieu ?

    Ne tenant pas à retourner dans cette sale (de) justice je me mis à gamberger laissant mon esprit préoccupé se tailler un espace de liberté propre à la divagation. Une  sorte de no man’s land dans lequel il se mettrait en roue libre, sûr et sans crainte que personne ne viendrait le déranger.

     

    Plus tard de retour à la civilisation, les bonnes choses ayant une fin, mon esprit me raconta que les hommes avaient besoin de mettre des étiquettes sur tout ce qui les entouraient.

    Un besoin de classifier, de cataloguer, de reconnaître qui était qui et qui faisait quoi. Pas de place à l'inconnu ni aux rêves.....souvenirs attention danger.

    Toute leur vie serait alors figée dans des tiroirs qu'une main divine ouvrirait «  quand ce serait le moment » leur destin était programmé, tout écart de déroulement de leur vie était impossible puisque pas prévu. 

    L'individu devenait répertorié, conditionné et mis en rayon comme au super marché et  pour eux cela été "rassurant ". 

     

    Ainsi quand monsieur Ducon voulait trouver le responsable de la hausse de ses impôts et de la vie chère, il sortait son fusil et se rendait à la grande surface locale pour tirer sur le voyou responsable de sa misérable petite vie.

    Un dialogue surréaliste digne des plus beaux films d'horreur s’affichait sur l’ écran noir de mes nuits blanches. Notez bien que le sommeil est responsable de bien des excès.....Dans la réalité c'est encore......pire que ça.

     -''Bonjour madame, je voudrais un article portant l’étiquette : responsable de la hausse du coût de la vie''

    La vendeuse se mit en quête pour trouver dans ce grand bazar de la cour des miracles une dizaine d’étiquettes ainsi libellées :

    ” Chômeur, homme politique, agriculteur, retraité, malade.”

    - ''merci je me ferai bien un chômeur et un homme politique''.

     Deux cartouches plus tard, de retour à la maison il brandissait fièrement devant " Bobonne la Peroxydée " les deux étiquettes encore fraîchement tachées de sang.

    - ''la vendeuse m’a fait un prix pour les deux… Zut ! Regarde l’étiquette du chômeur…c’était le voisin d’en dessous…ah le con !… Remarque il avait dépassé la date limite de consommation, 55 ans… C’est rendre service à la FRANCE''.

    Plus tard il irait à son bureau, rasant les murs pour être certain que personne n’irait lui coller une étiquette dans le dos comme le font les gamins au moment de la Pâques.

    -''Bonjour Dugland, ça va ? Le week-end s’est bien passé ?''

     Catastrophe p’tit gars fallait pas poser la question ! Waterloo morne plaine qu'est la vie de son compagnon de bureau-galère.

    .Vous savez quoi ? À côté de petit pavillon, avec sa petite femme et ses petits chiards, dans sa petite voiture au gros crédit, son petit cul serré dans son petit costume, Monsieur Vincent les a rencontrés.

    Ils arrivent, les envahisseurs sont là.

     Mais que font la Police et le Maire…,

    -''Tiens en rentrant ce soir je vais au super marché me payer deux étiquettes responsables de ma gastro… Pan, pan. Ça ira mieux ! Je vais en les tuant faire disparaître 2 causes de mon mal-être''

    ''- Faut que j’aille à la compta pour faire un emprunt parce que là mon vieux, je vais me payer un sacré paquet d’étiquettes, y sont nombreux les salauds.''

    ''- qui ça ? Dis-tu te fous de ma gueule…y sont responsables de tout le bordel dans le pays, tu vas voir… Ta maison, ton auto, ta femme… Y vont tout te piquer…

                ''-Ta femme ? Ah bon tu veux t’en débarrasser ? Je crois que certains rachètent les antiquités….enfin quoi tu sais bien de « quoi » je parle.

                ''-Des Gitans, Tziganes, Rroms, Yéniches, Manouches…des voleurs de poules ! Dehors les Romanos !''

     Un tintamarre effroyable sanctionna soudainement mon cauchemar en me rapatriant à la réalité.... Le réveil.... Sorte de charge héroïque au son du clairon...redescendre sur terre, reprendre contact avec la réalité...ouf sauvé par ce con de gong.

     Tout ça n'était qu'un cauchemar, les personnes n'étaient pas jugées sur leur appartenance à un groupe d'individus, de races ni de couleur.

    La première information qui a déboulée dans ma tête au réveil se résume à ce passage emprunté à un site du web dont je vous communique les grandes lignes:

    JE CITE :

    Mon esprit répugne à l’usage excessif de vocables prestigieux depuis qu’ils sont mis sous surveillance, estampillés monopole d’Etat… La liberté et l’égalité, par exemple, sont plus des chevaux de Troie que des chevaux de course. Je préfère aujourd’hui croire aux mots de chair et de sang, aux mots qui hurlent  : comme l'amitié, la famille ou le courage.

     Pourtant nous ne sommes pas près de voir triompher un quelconque Bohémien à un concours de chansons à la télé, ça c'est ce que je disais en mai 2014.... The VOICE si tu m'entends.

     

    RÊVE ÉVEILLE ou REALITE

    « ORIGINES DESDOULEURSLES BUISSONS ou LES SCHWARZ »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Janvier 2016 à 07:43

    Ceux qui acceptent la différence sont encore trop rare, et pourtant c'est en côtoyant la différence que l'on s'enrichit

    Amicalement

    Claude

    2
    Samedi 9 Janvier 2016 à 11:40

    Alors sans avoir rien que la force d'aimer nous aurons dans nos mains, Amis le monde entier...(.the big Jack !)

    3
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 11:49

    bonjour c, je te souhaite une très agréable dimanche

    bisous

    suncaty

    4
    Mardi 19 Janvier 2016 à 17:13

    vraiment en forme !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :