• un site ou il est interdit de...reserve de chasse.....apophtegme?

    Je m’étais inscrit sur un site dont les auteurs d’articles, de commentaires, de nouvelles, de romans (vous faut-il encore d’autres raisons ?) correspondaient pile -poil à mon état d’esprit du moment.

    Des apophtegmes ils en pleuvaient comme des albardes !

    Ces preceptes, sentences, paroles mémorables de personnes illustres avaient valeur de maximes.

    Des déclarations chocs, martiales, froides et coupantes comme l’acier, ne supportant aucune contradictions me donnaient du courage et l’envie d’avancer dans un monde que je croyais meilleur…meilleur pour qui ? 

     

     Je me souviens d’une déclaration du style «  c’est dans la pénombre que l’on assassine le mieux », faisant allusion que c’est  dans la nuit, dans le silence, dissimulé derrière je ne sais quel bouclier que les assassins de l’ombre  de je ne sais quel parti politique réglaient les comptes….effrayant mais réaliste ! (je ne cite pas…. car les cons-connards présents sur ce site vont encore me flinguer...tranquille.

    Ce qui me désole le plus réside dans le fait que « ces messieurs les censeurs » ne supportent pas et ne tolèrent pas qu’un individu qui ne s’accouple pas dans leur sérail puisse toucher du doigt ce qu’ils considèrent comme leur Nirvana, la seule vérité….accouplement…toucher du doigt…Oh !!! pas de ce pain là que je mange !

    Ne pas partager leurs ruminantes vérités, certes mais pourquoi ne pas s’expliquer, dire, communiquer, porter la contradiction au nez et à la barbe de ce novice qui ose s’aventurer sur leur chasse gardée ?

    Partager le savoir noble démarche et ne pas le conserver jusqu’à moisir…..sans ce partage que seriez-vous messieurs les censeurs ?

    Si j’extrapole, que font ces sans-couilles ? Ils vous flinguent façon snipper, de loin, lâchement.

    La bastos façon « critique assassine » vous crève le cœur, vous ne pouvez même pas riposter car ce couard n’a pas d’adresse ou d’e-mail pour  que vous puissiez porter l’attaque dans sa contrée.

    Dans la pénombre d’un PC ces refoulés de la vie ont lâché leur venin…pleutres sans vergognes vous assassinez mieux dans l’ombre.

    Un de ces chancres me demandait si je connaissais COCTEAU. Parfois je le rencontre derrière le miroir.

    Un autre m’interpellait sur le fait de « poster » des célèbres phrases de grands auteurs…..pas le droit de citer « mon auteur rien qu’à moi….oh ! le vilain ».

    Allez les petits (je cite Roger COUDERC…Ducon tu connais ?) je retourne vers ma meute….

     

    « L'ETERNEL FEMININ... QUI DURE MINE DE RIENle sexe opium du peuple , »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :