• Un monde impitoyable et cruel

    Donner une suite à : le prix de la soit-disant liberté.

    a celles et ceux qui m'ont fait l'honneur de "décortiquer" l'article  publié sur la vie formidable que vivent les Gens du Voyage, j'apporte par ce nouveau post un peu plus de plomb dans cette radieuse matinée.

     

     

    Dans cet univers impitoyable, Dallas ferait figure de bluette. Comme dépeints dans les chapitres précédents, les rapports de force sont les leviers des échanges au sein de la communauté. De nombreux exemples vécus confirment le fait qu'il n' y 'a pas de place pour les faibles. 

    Chaque année pour le ramassage des pommes, je retrouvais en Auvergne une grande famille Manouche. Confortablement installés prés d'une petite rivière, les hommes et les femmes étaient embauchés par les propriétaires locaux pendant un mois. A  la fin de la saison, le maire  laissait le droit de stationner durant quatre à cinq mois. Ils étaient passés maîtres dans l'art de la vannerie et les commandes étaient nombreuses. Le père voyageait en caravane hippomobile et j'ai  souvent noirci mes fonds de pantalons assis sur des souches d'arbres lors de soirées inoubliables.

    Gravures de cartes postales avec édredons en plumes, femmes aux jupons virevoltants, feu de camp surplombés par des marmites en fonte dans lesquelles mijotaient de fameux ragoûts... niglo itou...  Rien ne manquait à ces témoignages idylliques.

    C'EST QUOI LA FEMME ? 

     

     Et pourtant...  pour  avoir été présent et acteur je peux vous dire que la place de la femme n'était vraiment pas enviable.  A la période de leur menstruation, les quatre filles et l'épouse de «Neness» avaient droit à un régime à part car considérées comme impures. 

    Des couverts et ustensiles de cuisine leur étaient attribués et spécialement réservés durant cette période puis mis à la poubelle à la fin de leurs utilisations. Elles devaient effectuer les gestes de la vie courante dans un emplacement bien spécifique à l'écart du reste de la famille. Les nuits se passaient sous la caravane, emmitouflé dans une pelisse...on n’est pas des sauvages!!

    ON N'EST PAS DES BÊTES...NOUS !

     

    Sous cette verdine aux charmes romantiques vivait un être humain, un garçon à qui je ne pouvais pas attribuer d'âge. Enchaîné de jour comme de nuit à l'essieu de la roulotte, il poussait des cris et se comportait comme un animal. Son existence connue  par les autres familles n'avait rien d’officielle et chaque fois que j'ai tenté d'en connaître un peu plus, les visages se fermaient et la discussion se détournait. Tabous tous ces sujets concernant les esprits troublés.

     Il était la cible de la terrible méchanceté des autres membres de la famille, recevant des coups,  victime de la cruauté de son entourage.

     Deux écuelles en fer émaillé étaient remplies d'eau et de nourriture. Parfois il était trimbalé et sa longe attachée à un arbre. Une sorte de Mowgli, frissons garantis et inimaginable que je pose les questions qui fâchent.

     Puis une année, à leur retour je n'ai pas revu ce garçon appelé Yempa.

    Mais je vous rassure, ce n’était pas  prés de chez vous et il y a bien longtemps…..cela fait 15 ans.

    « Le prix de la sois-disant libertéMatières à reflexion »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Avril 2016 à 15:40
    Ce n'est pas si longtemps que ça. Je ne juge personne mais c'est très cruel pauvre petit garçon merci pour ton partage bisous caty
      • Samedi 30 Avril 2016 à 16:17

        Rencontre du 3eme type :

        ton blog est le reflet de la beauté et de "l'art de porter beau"

        Mon blog est celui d'un monde pas "vraiment agréable à vivre"... j'aime bien les visites des uns et des autres elles m'apportent de l'air frais !

    2
    Samedi 30 Avril 2016 à 21:44

    Waouhhhhh !!! ça fait mal !!!  Je n'arrive même pas à trouver les mots !!! comment accepter ça !!! moi je n'aurais pas pu les fréquenter  (excuse moi)....non pas à cause de leur origine ou leur mode de vie, loin de la, mais de la cruauté envers cet enfant !!! quant aux conditions des femmes effectivement ça fait froid dans le dos !!!

    J'apprécie tes récits car ils ne sont pas ornés d'hypocrisie .......mais celui la est vraiment dur !!!!  Une fois encore tu n'a pas peur de dire ce qui est, et franchement Merci !!! ceci dit  derrière nos murs il se passe aussi des choses horribles !!! donc je continue de respecter le peuple nomade !!!

    Bises et bonne soirée, à demain si tu le veux bien !!!   si tu me laisses encore entrer chez toi  yes

    3
    Mardi 3 Mai 2016 à 09:12

    Hé bien rien ne s'arrête ! L'horreur ! ça me rappelle une petite fille devant un centre de loisirs, avec un bout de pain sec, des habits déchirés et un visage sous la Crasse, des cheveux si emmêlés qu'aucun peigne n'en serait sorti vivant, une enfant de six ans dont le frère me dit ce n'est pas la peine de lui parler elle ne répond pas... quand elle m'a dit quelques sons le frère était sur le cul...La misère et la bêtise, est bien présente en ce monde...C'était il y a trente ans...merci de ton témoignage !

    4
    Mercredi 4 Mai 2016 à 15:34

           15 ans ......Une vie à la dure mais qui se vit encore même dans le confort....simplement" on "ne le sait pas et si "on" le sait ,on se met des oeilleres.

    un copain me racontait récemment les sévices que sa ... mère lui avait fait vivre et les voisins se taisaient.Chez moi ....c’était différent mais ...si tu savais.....je ne suis pas fibromyalgique pour rien me disent les toubibs.

    bisous

     

    5
    Petitepaquerettes
    Samedi 14 Mai 2016 à 02:54
    Oh particulier y a t'il des révoltés. . Des personnes se soulèvent tels devant ces cruauté. .. ceux qui les font en ayant eu que d'autres exemples .. mais les autres ayant connu d'autres choses ..?? Tous laisse faire ??? Oh...
    Quand je suis arrivée en France dans une boutique devant la giffle qu un enfant avait reçu pour juste avoir été sous un mur de vêtements. . Je me suis indignée. .c'est moi qu'on a juger ..c'est la que j'ai apprise que ici la fessée était autorisé. .ouf moi qui vient d'un pays ou cela est condamné. .dur vie .. celle des nomades.. au féminin comme aux gamins. ..
    6
    Vendredi 27 Janvier à 08:47

    pureeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee quelle histoire

    merci du temoignage, on ne voit que les surfaces des certains et ce que l'on veut montrer aussi

    et là la vie reelle comme tu l'as connu et bien merci du partage

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :