• "sale con"....disctinction honorifique

     

     

     

    SALE CON

     

    Ah que de mots tendres susurrés à mon oreille

    vous voilà complices et artisans de mon joyeux réveil

    Connaissant les causes de ce vibrant compliment

    je puis affirmer avec force oui, je le mérite vraiment.

     

    J'en ai pris pour mon grade mais c'était à prévoir

    Je revendique que j'espérais dans un secret espoir

    me voir enfin gratifier de ce titre honorifique

    qui ferait de moi un être charmant mais maléfique

     

    Qu'ai je donc fait pour mériter cette appellation de sale con....

    Naguère proposant d'instaurer la journée nationale et officielle des « ON » je ne pensais pas être au devant de la scène, le manque de quartier de noblesse m’interdisant toutes comparaison avec le « chevalier des ON ».

    (Charles-Geneviève-Louis-Auguste-André-Timothée d'Éon de Beaumont, dit le « chevalier d'Éon »)

     

    Me voilà donc, moi le roturier élevé au rang de « con d'honneur »..belle promotion..mais donneur de quoi ?...de con-seils, de con-sidération, de con-pliments, ...

    Entre nous, nous allons nous entendre car nous parlons le même lange..asinus asinum fricaet.....j'en passe et des meilleurs.

     

    L'individu lambda que je ne suis pas, est reconnaissant à l'auteur de cette distinction.... oh combien méritée.

    ette distinction me va droit au cœur, elle m'a été attribuée en raison de services rendus.

    D’abord surpris, puis étonné que me soit adressé un tel compliment,   je devins :

     

    PENSIF : Qu'ai-je donc fait pour mériter cette appellation ?

    DUBITATIF : dans certain milieu '' on' ne prête qu'aux riches...

     

    ADMIRATIF: me voilà enfin devenu '' Monsieur  ''.frère du roi,

     

    AFFIRMATIF: c'est décidé je vais pouvoir braire avec les ânes

     

    DÉPRESSIF : et maintenant...quel sommet vais-je pouvoir gravir ?

     

    INDICATIF : vous me cherchiez ? Je suis ici....oui c'est moi le con...

     

    JOUISSIF : Ah quel pied d'être enfin reconnu... je ne suis plus un simple trou...de malotru

     

     

    PRÉSERVATIF : soyez sans craintes...ça n'est pas contagieux...j'enfilerai un ''condom'' pour vous serrer la main.

     

    Vous savez sans doute qu''un con qui marche ira plus loin que deux philosophes assis sur un banc

    C'est donc le cœur joyeux et l’âme reposée que je prends la route pour vous exposer quelques théories fumeuses qui m'ont valu cette gratification.

     

    C'est sous le regard d'une bien amicale Lune que j'entreprends cette épopée.

     

    Chère amie,vous qui venez de coller cette étiquette sur les rares poils qui garnissent avec peine, ma pelisse, connaissez vous l'histoire du CON ….vous me connaissez...un rien de grivoiserie ….un rien de provocation....mais toujours avec élégance.

     

    Con est un mot polysémique

     

    Polysémie et homonymie sont des cas particuliers d’ambiguïté

     

     il est aussi un substantif trivial qui désigne à l'origine le sexe de la femme.

     

    Con provient de l’étymon latin : cunnus désignant une gaine ou un fourreau et par analogie le sexe de la femme.

    Je ferais une parenthèse grivoise en vous laissant le choix de me suivre dans ces con-tours...: analogie et non anale logis (comme lieu d 'habitation) et cul nu..comme maux de notre civilisation.

    A ce sujet, dans nos conversations avez vous remarqué que les gens en ont plein la bouche de ce fameux épithète CON : j'aurais tendance de lui attribuer un sens plus langoureusement délicieux : le CUNNILINGUS …...

    qu'en pensent les intéressées...pas trop con comme question ?

     

    Autre sens il peut être vulgaire.

     

    Dans les dérivés du latin : cuniculus On retrouve cette racine dans :

    -le castillan cono

    -le breton konifl,

    -l'alsacien Kénjele,

    -le néerlandais konijn ou l'Allemand Kaninchen.

    En vieux français : CONNASSE était une prostitué de bas étage ou inexperte, maintenant, ce nom désigne une femme sotte.

     

    Le terme de cuniculture désigne l'élevage des lapins.

    Extrapolation intempestive du Loup : aller vite en besogne ou baiser comme un Lapin ? Je vous laisse seuls juges de la réponse....personnellement je prends mon temps !

     

    Je cite :

    « Les patronymes « Conne », « Connard », « Connart » et variantes n'ont aucun rapport étymologique avec le mot « con » : en Europe continentale , ils proviennent du germanique con(hardt) signifiant « brave et dur » (à rapprocher du néerlandais koen, « courageux » et de l'anglais hard, « dur ») Chez les personnes d'origine irlandaise Connard et Connart sont des dérivés de Connatch»

     

    ET QUAND LE CON M' ENCHANTE

     

    Jules MICHELET

     

    « C'est une impiété inepte d'avoir fait du mot con un terme bas, une injure. Le mépris de la faiblesse ? Mais nous sommes si heureux qu'elles soient faibles. C'est non seulement le propagateur de la nature, mais le conciliateur, le vrai fond de la vie sociale pour l'homme

     

     

    Pierre PERRET n''est pas en reste avec Celui d'Alice :


    Car si on l'ausculte
    Au lieu d'une insulte
    On peut faire un culte
    Du joli mot con.



    Certains ont utilisé à des fins poétiques la polysémie du mot, comme Georges Brassens dans  Le Blason. Il déclare déplorer la bassesse avec laquelle ses contemporains désignent « cet incomparable instrument de bonheur » :

    La male peste soit de cette homonymie !
    C'est injuste, Madame, et c'est désobligeant
    Que ce morceau de roi de votre anatomie
    Porte le même nom qu'une foule de gens.



    Et puisqu'il faut une référence à la référence en ce domaine , le CON a acquis ses lettres de noblesse : LE ROI DES CONS :

    Non certes elle n'est pas bâtie 
    Non certes elle n'est pas bâtie 
    Sur du sable sa dynastie 

    Sur du sable sa dynastie 

    Il y a peu de chances qu'on
    Détrône le Roi des cons.

     

    La révolution n'est pas en marche....Soyez sans craintes, les guillotines sont au rebut.





    Expressions dénuées de sens profond...quant au mot CON



    Les plus connues Le con de ta/sa mère !Le con de ta/sa race ! et Le con de Manon pour exprimer de l'agacement, de l'irritation, peuvent s'y employer de manière exclamative, en l'absence de personne à injurier .Bien sûr certaines d'entre elles conservent un emploi injurieux, comme les deux premières précédemment citées.

    Dans son sens figuré, le vocable a perdu une grande partie de sa force, dans le registre familier du moins. Aussi un grand nombre d'expressions le renforcent-elles par le biais d'une comparaison avec un objet, un animal ou une situation symbolisant la bêtise : 

    - con comme un balai, con comme la lune, (Oh..! tu quoque fillia!)

    - con comme ses pieds, con comme un comptoir sans verre,

    -  con comme un bol, con comme un jeune chien, 

    - con comme un piston, con comme une valise sans poignée.

    À cette fin, il est souvent affublé d'un adjectif :

    -  gros con, sale con, petit con, pauvre con ou vieux con.....là je m'y retrouve !

    A  SUIVRE POUR SURVIVRE....





    « Vive les "ON"in the heat of the night (les chaleurs de la nuit ) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 18 Décembre 2016 à 14:22

    Touché au cœur si cœur il y a ? smile

    Le loup hurle à la lune et la lune sourit d'avoir relancé l'inspiration.

    « Mais sans souci
    Presque au cercueil
    La lune rit
    Avec un oeil."

    2
    Dimanche 18 Décembre 2016 à 18:37

    Belle dissertation qui prouve qu'on est toujours le con de quelqu'un...

    Bonne soirée

    3
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 09:07

    Hé ho......n'oublie pas que je suis Toulousaine Con !!!! he En fait il me semble que cette manie d'employer ce mot à toute fin de phrase n'est plus d'actualité.....enfin il me semble....ou je n'y prête plus attention.....

    Article bien travaillé je trouve ..... très complet.....Tu en connais sur le sujet et moi j'en connais tout court ....des C........he

     

    Moi j'ai une expression toute mignonne quand j'aime bien quelqu'un et qu'il me fait sourire je le traite de Ti con.....c'est plein d'affection et de complicité !!!!

    Bonne jpurnée Loup et à très vite

     

    4
    Samedi 14 Janvier à 13:46

    Excellent ! J'adore, c'est plus qu'un article, c'est un camouflet ! Je ne sais pas qui t'a traité de con mais tu le lui a bien rendu. Quelle verve ! Ton texte est un con-centré d'intelligence qui va droit au but !

      • Dimanche 5 Février à 07:13

        C'est certainement une connaisseuse en la matière!

    5
    Mercredi 1er Février à 11:13

    on se retrouve, camarade !

      • Samedi 4 Février à 14:06

        D ’ordinaire je ne refuse pas le coup de main d'un camarade..mais en cette occasion je veux porter seul cette responsabilité.

        Je ne suis pas un "Tartarin de ta race..con " mais là je n'ose pas faire n'importe quoi ni répondre n'importe quoi...donc je ne risque pas que l'on me reconnaisse (les tontons flingueurs).

        A nous relire?

    6
    Samedi 4 Février à 14:15

    Suite à ton commentaire: Leçon apprise vraiment? Voudrais-tu me faire croire que ton comportement a changé?

    Dans ce cas tu pourrais te relever. Nous verrons à l'usage... smile

     

    https://youtu.be/1bD4y3za-QY?t=23

     

      • Dimanche 5 Février à 07:25

        Ci-fait ...ne pas reproduire deux fois la même erreur..ou du moins pas avec ma même personne.

        N'ai je pas lu que les erreurs nous permettaient de s'améliorer dans note vie? En voilà une qui me fit avancer à grands pas et de cette épopée il ne  restera que quelques commentaires sur des écrans qui s'éteindront un jour ou l'autre.

        je suis toujours debout et j'avance et cela sans la permission de quelle que ce soit. 

    7
    Lundi 27 Mars à 19:02

    Bonsoir Loupzen,

    Je viens de lire votre dissertation sur le mot "con"  et je me suis bien amusée. Heu! Puis-je ajouter un peu d'eau à votre moulin? Je pense que vous aimez Brassens, mais que vous n' avez peut-être pas pensé à la citer celle-là, car elle est bien bonne! Vous voyez ce que je veux dire? Oui ! C'est ça !  Vous y êtes ! Je m'en souviens  comme -ci c'était hier ! L'une de ses chansons  grivoise que j'ai entendu pour la première fois alors que j'avais 15 ans.  A l'époque, j'étais outrée et je le trouvais bien mal polit!  J'ai en vieillissant, changé d'avis car il y a de sacrés cons sur cette terre! Je me permet, afin de compléter votre collection de qualificatifs au sujet des "cons"  et qui  devrait se retourner contre la personne qui vous a ainsi qualifié  de la sorte, car bien souvent, c'est celui qui vous à nommé ainsi, qui devrait se regarder dans une glace et se mettre au courant de la chose et se disant que :" le temps ne fait rien à l'affaire!"   Quand on est con, on est con!

    C'est souvent celui qui le dit, qui ne se reconnait pas comme tel. LOL ! La prochaine fois qu'il ou qu'elle viendra vous affubler d'un de ces noms d'oiseaux, vous pourrez lui chanter ceci :

     

    Qu'ils sortent de l'œuf,
    Du cocon,
    Tous les jeun's blancs-becs
    Prennent les vieux mecs
    Pour des cons.
    Quand ils sont d'venus
    Des têtes chenu’s,
    Des grisons,
    Tous les vieux fourneaux
    Prennent les jeunots
    Pour des cons.
    Moi, qui balance entre deux âges,
    J' leur adresse à tous un message :

    Le temps ne fait rien à l'affaire,
    Quand on est con, on est con.
    Qu'on ait vingt ans, qu'on soit grand-père,
    Quand on est con, on est con.
    Entre vous, plus de controverses,

    Cons caducs ou cons débutants,
    Petits cons d' la dernière averse,
    Vieux cons des neiges d'antan.
    Petits cons d' la dernière averse,
    Vieux cons des neiges d'antan.
    Vous, les cons naissants,
    Les cons innocents,
    Les jeun's cons
    Qui, n' le niez pas,
    Prenez les papas
    Pour des cons,
    Vous, les cons âgés,
    Les cons usagés,
    Les vieux cons
    Qui, confessez-le,
    Prenez les p'tits bleus
    Pour des cons,
    Méditez l'impartial message
    D'un qui balance entre deux âges :

    Le temps ne fait rien à l'affaire,
    Quand on est con, on est con.
    Qu'on ait vingt ans, qu'on soit grand-père,
    Quand on est con, on est con.
    Entre vous, plus de controverses,
    Cons caducs ou cons débutants,
    Petits cons d' la dernière averse,
    Vieux cons des neiges d'antan.
    Petits cons d' la dernière averse,
    Vieux cons des neiges d'antan.

    Georges Brassens

    Salutation mon cher Loupzen. Bonne fin de journée! Ghislaine.

      • Mardi 28 Mars à 03:17

        c'est décidé...dans mon futur gouvernement vous serez ministre de la justice ou de la  Justesse  et comme distinction une croix d'Humour qui vous ira à ravir!

        Mille mercis

    8
    Mardi 28 Mars à 03:55

    morceau d'anthologie, cette étude du con devrait être enseignée à l'Ena et dans toutes les universités, ce qui permettrait une prise de con science, et pourrait, avec beaucoup de chance, participer à l'éradication des syndrômés de la casquette , parangons de cette engeance non pensante.

    9
    Mardi 28 Mars à 11:22

    Bonjour Loupsen,

    Si je puis me permettre d'en remettre une couche ? Je n’ai pas osé , hier soir, con-tinuer sur ma lancée; mais si l’on va dans ce sens (façon de parler), ces con-trevenant de curés en mal de cul ou de « cons », selon leur choix, se servant encore, sans vergogne, dans le creusé inépuisable de chair fraîche que sont les salles de catéchismes, qu’ils obligent sans aucune con-science,  les enfants et ados, à faire leur acte de « con-tric-ion » lorsqu’ils ont fauté, alors qu’eux ne se gênent pas pour se taper, con-tre vents et marées, de jolis p’tits « cons » de première jeunesse, et pour faire bonne mesure, prenne un air con-descendant pour réprimander gentiment et con-soler les futurs adultes  innocemment fautifs, en leurs con-seillant  simplement :  deux « Je vous salue marie et trois paters ».

    Lorsque nous affirmons que si tous les cons volaient, il ferait nuit en plein jour… nous ne sommes pas trop loin du compte !

    Décidément, la femme de votre titre honorifique est à l’honneur avec « con-cu-picence » et veut vous faire con-curence !

    Entre nous : puisque l’on se marie de moins en moins, ne sollicitant pas de certificat de mariage : garant d’une honte con-tribution à la fécondité planétaire con-scentante, prête son « con » gratuitement en s’adonnant au con-cu-binage…

    En effet : la femme de votre titre honorifique à oublié que c’est elle qui se fait enfiler chaque soir ou dans la journée avec con-plaisance, ferait mieux de réfléchir avant de s'adresser à un con-quistador absolument pas en mal de con-ciliation avec une femme qui a le cerveau con-trefait etc.

    Je pourrais, avec votre con-cours (rire), continuer encore longtemps ainsi ; mais je vais m’arrêter là, car je suis en train de m’éclater de rire toutes seule devant mon PC.

     

    Salutation mon cher ami Loupzen. Ghislaine.

     

    10
    Anne Cailloux
    Mercredi 16 Août à 16:27

    Putain con, j'en avais jamais vu antan, une con centration... bravo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :