• ROUGAIL

    Le ROUGAIL est une préparation d'origine malgache, condiment indispensable pour accompagner le carry sur l'île de La Réunion. 

    Très épicée, elle se compose traditionnellement de tomates coupées en petits dés, de gingembre pilé, d'oignons émincés et de piment Martin.

    C'est à la base une préparation d'origine TAMOUL mais, sa notoriété est en effet Réunionnaise.


    Le fait que ce soit une préparation ne m'a pas échappé et c'est pile-poil ce qui m'intéresse :
    La préparation, c'est-à-dire le mélange d'ingrédients raffinés, tomates, mangue verte et de cocktails explosifs : gingembre pilé, oignons et piments Martin. Soit dit en passant avec le piment Dupont çà n'a pas les mêmes effets.

    Ce Rougail, par ellipse est un plat de traditions qui se rapproche du Cari. C'est un condiment accompagnant de façon révélatrice les instants de vie des Réunionnais.

    Ce mélange astucieux révèle de par sa composition différents aspects d'une personnalité culinaire complexe.
    Il vous surprendra par sa douceur à l'attaque du palais, mettant en confiance vos papilles, ne montrant aucun signe d'agressivité, petit à petit, il fera en sorte que vos barrières de défense des à priori  baissent la garde pour faire grimper le régime des tours dans votre moteur interne.

    La douceur de la mangue verte, avait rendu oisif votre système salivaire, plus occupé à coller les timbres de la Poste sur vos dernières cartes postale de vacances, mais c'était un cheval de Troie !
    L'ennemi est dans la place ! Martin est son nom de guerre, piment est sa véritable nature.

    Ce dernier ne se déplace jamais seul, ses assesseurs semblables aux écuyers du moyen-âge lors des joutes, portent avec eux le parfait attirail du spadassin.
    Oignon pilé à l'attaque sucrée pour tromper l'ennemi et gingembre pilé qui lui annonce dés l'ouverture des hostilités qu'il n'est pas là pour donner du lait, lui, il frappe fort.
    Je préciserai tout de même que c'est un coquin ce Gingembre car, nous savons qu'il est rude et agressif..Oui mais pour nous les hommes.... Cela peut représenter une aide non-négligeable en cas d'épuisement... alors ne pourrions-nous pas pactiser quelques fois, avec l'ennemi ?

    Je vous laisse seul juge en votre âme et votre inconscience.

    Ce mélange complexe de force est de douceur, de raisons à être déraisonnable et de savoir faire pour que le cœur puisse savoir ce que la raison est sensée ignorer correspond à une personne de mon entourage.

    Originaire de l'Île de la Réunion, cet rougail (et oui ce rougail en est une !) m'a montré la marche à suivre en me rappelant qu'il suffit de mettre un pied devant l'autre et de recommencer pour avancer.
    Elle exerce la profession de kinésithérapeute.

    Nous nous sommes télescopés à trois. Non pas dans cette bonne vieille ville qui a la réputation d'être la reine des andouilles, ni lors d'un concours hippique avec au départ dans la dernière un cheval de Troie.... Mais grâce à un troisième personnage, Antoine dont je ne puis faire ici l'éloge, tant la place qu'il tient est grande... Patience son heure viendra.

    C'est avant tout un regard inquisiteur et scrutateur qui vous accueil dans sa place. Comment fait-elle pour accéder à vos données vitales alors qu'elle est, durant 10 heures par jour, enfermée dans un local de la taille d'un plumier scolaire.
    Une élévation de l'esprit lui est alors indispensable, guidée par je ne sais quel canal, son diapason vibre et la connexion se fait à l'unisson.

    De petite carrure, elle ne possède pas moins la force d'un étrangleur quand ses mains se posent sur vous, façon de dire « tiens ne serait-ce pas à cet endroit que vous avez mal ? ». Elle n'écoute pas votre réponse suffoquée pas vos cris et gémissements, elle n'en a cure, elle sait un point c'est tout !

    De façon inattendue, c'est en « gym -astiquant mes méninges » qu'elle a remis en marche le bon déroulé de pas, ce qui étonne et intrigue le corps médical, toutes chapelles confondues.

    J'associe la personnalité de cette artiste chargée du service après-vente des hôpitaux et autres cliniques à ce rougail bienfaiteur, mais inscrit au menu de la vie dans la catégorie cocktails Molotov.

    Elle, sa vie est compliquée, bordée de limites franchies par les autres, écrasée par la sempiternelle omniprésence du mâle dans toute sa splendeur, elle paye un lourd tribut à ce que je nommerai «  un combat décisif dont l'issue ne fait aucun doute ».
    C'est elle où elle... il ne peut en être autrement car depuis fort peu de temps elle s'est dressée le poing levé pour dire stop aux rouleaux compresseurs de tout genre qui lui réduisaient son espace vital.

    Son infinie patience dans la maîtrise de son art vient du respect qu'elle porte à ses visiteurs furent-ils d'un soir.
    Ma femme a fait cette expérience heureuse lors d'une rééducation suite à une intervention lourde.

    Son humeur s'acclimate à votre personnalité affichée. Elle sera à l'image de ce Rougail, changeant, doux, corrosif, « décolleur de pulpe » en vous secouant la bouteille, attentiste en vous voyant mettre la table, mais toujours vous accompagnant dans votre vie.

    De par ses origines, elle fait la nique aux mixophobes à qui elle prouve que la blondeur n'est pas l'apanage des Scandinaves et remercie en secret un certain KITLG.

     Ce gêne de type Flodor vous transforme en chips craquant, héritage d'un ancêtre qui s'est égaré lors d'une invasion viking ? Qui saurait le dire, n'oubliant pas que son île natale est une histoire de réunions.

    Quand ce rougail entend l'appel du large prés des cotes de Langevin, le naturel chassé au galop refait surface, il lui fait le coup du souviens-toi, et les fins de phrases prononcées sont amputées des consonnes roulantes, sonnantes et trébuchantes.

    Pas franchement à sa place dans cet univers trop exigu, son horizon est barré par l'étroitesse d'esprit de ses compagnons de chiourme.

    Je n'arrive pas à comprendre comment elle fait pour passer 10 heures par jour, enfermée en compagnie de ses patients ( tous ne sont pas des zigotos comme moi ) dans une cabine de consultation qui atteint les dimensions d'une boite d'allumettes.

    La promiscuité, l’étroitesse du local, les odeurs...comment une fille des îles peut résister à l'envie de mettre les bouts, de larguer les amarres ?

    Je l'ai comparée à un cuirassier nageant dans une baignoire!

    Quand va t elle enfin comprendre que sa place n'est plus ici et qu'une mission de la plus haute importance l'attend ailleurs!

    Qu'importe, vaillante dés l'aube jusqu'au coucher, elle recevra les tonnes d'immondices que les bras cassés viennent déverser lors des consultations. Elle assume, mais sait se préserver en sachant trier le bon grain de l'ivraie.

    Je ne serais pas surpris qu'un jour, en s'adressant à moi, elle me complimente ainsi :
    « li « li boir lo bénite boug-là ».

    « Qui suis-je, suis-je éveillé ou dors-je ?Nuit bleue érotique »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Février 2016 à 09:47

    OH OH   super 

    Dans mon petit bled perdu , chaque année, des voyageurs dans l'âme (qui ont rapporté cette recette de leurs divers périples) guident les bénévoles de notre association villageoise  à le confectionner ..... et c'est un délice pour les papilles des festivaliers de l'été 

      • Lundi 22 Février 2016 à 13:12

        Très intéressant ,peux-tu développer ?

        J'y pense, je préfère ton nouvel avatar

    2
    Lundi 22 Février 2016 à 09:52

    Faut partager le rougail avec elle .... allez au fourneau !!! 

      • Lundi 22 Février 2016 à 13:07

        Il faut savoir raison garder ! 

        Ma Catinou sait ce qu'il faut "offrir" à un vieux Loup pour qu'il este zen.

    3
    janyjeannot
    Lundi 22 Février 2016 à 11:35

    Le voilà ton plat tant attendu!

    Quelle recette fabuleuse ! Quant au portrait,c'est encore un délice de lecture <3

      • Lundi 22 Février 2016 à 13:10

        Ce portrait j'ai mis beaucoup de temps et d'hésitations pour le publier,cela a été effectué avec l’autorisation de la concernée.

        Je te remercie du fond du cœur pour ta présence.

    4
    Jeudi 25 Février 2016 à 08:51

    Je ne connaissais pas cette recette, toujours contente d'apprendre

    bonne journée

    voiler

    bisous

    marie

      • Jeudi 25 Février 2016 à 20:53

        http://nomade-souvenirs.eklablog.net/

        Merci Marie...le printemps arrive...les  grillades aussi!!

        Si tu a envie d'épater les amis devant un BBQ ou ailleurs, va consulter mon blog de recettes de cuisine réalisables par toutes et tous !...succès garantis + quelques recettes de vins "espéciales ".

         

    5
    Jeudi 25 Février 2016 à 21:07

    bon bef, bon savann....

    6
    géraldine
    Mardi 1er Mars 2016 à 11:42

    j'imagine la recette fumante à feu doux, mais les mêmes ingrédients à macérer pendant 12 à 24 heures me met autant l'eau à la bouche. Puisse ce cuirassier prendre la poudre d'escampette (et nous avec d'ailleurs). Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :