• POURQUOI " LOUPZEN"

     

    Voici mon emploi du temps :

    Manger, se reposer et rôder entre-temps,
    Faire preuve de loyauté et aimer les enfants,
    Faire des cabrioles au clair de lune, accorder ses oreilles,
    S'occuper des os et faire l'amour,
    Hurler, souvent.

    (clarissa pinkola estés :  femmes qui courent avec les loups)

    Il est des jours comme ça, où il ne fait pas bon se trouver à la portée des coups de griffes et de gueule d'un Loup. Même si ce sympathique animal (je parle de Lui) se vante d'être zen, on ne sait jamais.

    Dans son entourage, on le sait , un Loup peut en cacher un autre.

    Il faut alors emprunter un chemin différent, histoire de ne pas gaspiller les cartouches. Ces dernières doivent être bénites et en métal noble.(voir la bête du Gévaudan)


    Mais cet animal a un sacré flaire. À cent lieues à la ronde, il renifle la chair fraîche et il n'hésite pas à venir roder dans votre univers.

    C'est un râleur, jamais content, toujours prêt à donner son avis surtout quand on ne lui demande pas.
    Se faisant passer pour une victime, il va pester contre les agissements de ces congénères, il n'hésitera pas à vociférer dans les oreilles d'un pauvre quidam en quête de tranquillité, vitupérant contre ses amis blogueurs, désapprouvant les prises de position d'un « Flambi - président multigame ».

     Il ira jusqu'à anathématiser de pauvres femmes qui oseraient prétendre que si elles sont célibataires, c'est à elles seules qu'elles doivent s'en prendre. Il leur ferait bien croire qu'elles ont vendu leur âme à un quelconque Dieu.


    Il ne peut s'empêcher d' hurler avec la meute des hommes qui ont élu un jeune gitan « voice of the year ».
    Remarquez ces mêmes cons ont voté pour la femme à barbe, élu meilleur gag européen de l'année.
    C'est un comble, mais il considère que ses enfants sont parfaits et qu'après trente-huit ans passés en compagnie de sa Gitane de femme, il en veut encore et encore !

    Mais au fait quel rapport avec le loup ? : peut être un poil de lycanthropie !

    C'est d'un pas prudent que je me suis rendu dans sa tanière pour lui poser la question :



    POURQUOI LOUPZEN ?

    La petite histoire de la peur du Loup

    Récemment, une amie s'interrogeait sur mon choix du Loup comme animal de référence dans la vie.
    Pourquoi ne pas avoir choisi un autre animal tel que le chien ou le chat ?
    Je répondrais avec humour : le chien c'est non. Le chat peut être, car à ma connaissance, je n'ai jamais rencontré de chat policier.

    Cette « amie » applaudissait à la lecture d'un article portant sur : l Amitié est promesse de bourrasques.

    Elle n'a pas compris que ce Loup vivait ses histoires d'amitié, en tenant ses promesses d’humeurs tapageuses.

    Porté aux nues le Loup jurait mais un peu tard qu'on ne l'y reprendrait plus !

    Il sentait le lacet de « l'amitié » entourer son cou et perdait peu à peu sa liberté d'être « brute de décoffrage » et devenait « politiquement correcte » surpris de devoir prendre les patins pour traverser sa tanière....

    Cet animal ne veut pas d’arrangement. '' Il est'' un point c'est tout !

     Au prix d'efforts "sur-lupin", il avait traversé de multiples tempêtes, évité de salutaires compromis et laissé au coeur de batailles homériques de nombreux preux et insatiables combattants de moulins à vents.


    Le loup  est un symbole plus qu'un animal.

    Dès mon arrivée dans ce monde, je me suis senti mal à l'aise.
    Étranger parmi la foule qui m'entourait, au sein d'une famille recomposée, mis de côté dans le milieu professionnel, je ne trouvais pas mes marques.

    En manque de références et d'écoutes, je me suis mis très vite en dehors de la société. Je devenais un rebelle.


    L'instruction me faisant défaut, j'ai cherché un symbole de révolte, sans trop savoir ce que cela représentait. Comme tout adolescent, j'avais peur de l'avenir par ignorance, et j'ai voulu à mon tour que les autres connaissent cette peur de l'inconnu.


    Pas besoin de chercher bien loin, qu'est-ce qui fait peur aux enfants : LE LOUP.
    Plus tard, j'ai découvert les qualités du LOUP, son mode de vie, le parallèle existant entre le parcours de cet animal et celui de l'homme, son rejet par la société, celle la même dans laquelle je me sentais à mon tour étranger.


    Pour mieux comprendre ces dérives, je vous rappelle que la peur du loup est ancestrale, et bien que ne touchant pas tous les peuples, elle est dominante en Europe.
    Le loup est à l'origine d'un nombre impressionnant de contes, de légendes, d'expressions relatives aux Loups et à leurs "personnalités".

    Qui n'a jamais entendu parler du Petit Chaperon Rouge (qui représente 29 % des contes cités par les personnes interrogées), de Pierre et le loup ou encore des 3 petits cochons ? 

    J'attire par ailleurs votre attention sur cette publicité montrant 3 petits cochons crétins, vantant les bienfaits du lait et de ses dérivés.
    On ne vous montre pas le joug invisible tenant les 3 petits enfants esclaves du lobby des marchands de lait et desserts sucrés-obéses.


    Cet animal a déchaîné sur lui la crainte et la haine. L'ignorance et la peur engendrées étaient ensuite entretenues par les récits accusant le loup, qu'il soit coupable ou non, des pires forfaits, ceux-ci étant volontairement  exagérés.
    On prêtait d'ailleurs aux loups des pouvoirs surnaturels d'origines rien moins que lucifériennes.
    On assurait au douzième siècle que "le loup est un animal terrible. Sa morsure est venimeuse... L'herbe ne repousse plus là où il est passé "... Le nom même de " loup " était devenu tabou, le prononcer revenait quasiment à invoquer le diable.


    Certains pensaient en effet que parler du loup le faisait apparaître, cette vieille croyance est parvenue jusqu'à nous avec le proverbe : quand on parle du loup, on en voit la queue !


    Autre " pouvoir surnaturel " attribué au loup : la lycanthropie ou le mythe du loup-garou. Cette croyance est très ancienne, en effet Hérodote en fait mention au cinquième siècle avant J.-C., et aujourd'hui encore la légende subsiste.
    La très sainte église catholique n'y a pas était de main morte, n'a-t-elle pas associé loup et féminité ?


    Au sommet de la pyramide alimentaire, pour gérer l'équilibre naturel, on trouve les plus grands prédateurs, parfois appelés super-prédateurs.
    Parmi eux, le tigre, le lynx, l'ours, le lion, le loup, ... Et l'homme !
    Tous sont en danger ou carrément en voie d'extinction, sauf un : l'homme.


    Bien souvent, remplis de bonnes intentions, des écologistes, naturalistes et autres partent, de bonne foi, donner des leçons aux peuples d'Afrique, d'Asie ou d'ailleurs.
    Ceux-là même hésiteraient davantage avant d'ouvrir les portes de leurs paisibles territoires au loup. 

    Mais l'Europe qui reproche à toute la planète ses grands félins ou ses éléphants, ne voit pas le loup qu'elle a dans l'œil.
    La peur du loup commence par cette domination que l'homme a voulu installer entre lui et les autres super-prédateurs.


    Bien qu'elle dure toujours, la rivalité entre ces deux super-prédateurs que sont l'homme et le loup est ancestrale. Beaucoup de peuples ont eu un grand respect pour le loup et d'autres une grande haine, mais tous, à un moment ou à un autre, l'ont pris en exemple.


    Nos ancêtres lointains, nomades, qui vivaient et chassaient en petites bandes, n'étaient pas tellement différents des loups
    C'est en meute que l'homme a appris la vie en société et non à l'usine.

    Les chaines qui enserrent vos chevilles ont pour model des fiches de paye !

    On s'est trompé en édifiant une éducation en combat contre les instincts.
    Les plus grands penseurs ont contribué à forger des croyances qu'ils présentèrent sous forme de connaissances dans leurs traités.


    Platon, repris plus tard par Aristote puis par Pline, disait de se méfier du regard malfaisant du loup, qui jette des éclairs et paralyse. En fait, le loup peut voir dans la nuit et possède, dans l'obscurité, des yeux phosphorescents semblables à ceux du chat.

    Aristote croyait ses vertèbres cervicales soudées. (CARBONE, 1991, 56). Hérodote, au Ve siècle av. J.-C., fait mention de phénomènes de lycanthropie, et jusqu'au XVIIe, des gens soupçonnés seront condamnés à mort en Europe. (CARBONE, 1991, 91).


    « Le loup est un animal terrible. Sa morsure est venimeuse parce qu'il se nourrit volontiers de crapauds. L'herbe ne repousse plus là où il est passé. » (cité par CARBONE, 1991, 14). 

    Cette déclaration de Barthélemy, l'Anglais, n'avait rien de marginal au VIIe siècle. Bien au contraire, elle reflète ce que les auteurs d'histoire naturelle et tous croient.

    C'est à peu près ce que tous les bestiaires du Moyen-Age considèrent communément.
    Plus tard, sous Louis XIV, un stratège proposera à son roi un plan de conquête de l'Angleterre comme suit : « Un loup mange un homme en deux jours, débarquez dix-mille loups Outre-Manche, en quelque temps, il n'y aura plus un seul Anglais. » (CARBONE, 1991, 16). Henry III, en 1583, s'inquiète du sort de ses «sujets habitant des villages et plat pays » car on parle d'une race pervertie préférant le berger au troupeau et la tendre chair d'enfant à toute autre.


    A divers endroits durant le XIVe siècle, les récits coïncident étrangement à propos de disparitions de jeunes filles.
    Bref, je n'ai pas fait dans la facilité en endossant cette pelisse de bête damnée.

    Et si « j'aurais su j'aurais pas venu » .
    Pas si sûr, il y a des vêtements style costards sur-mesure qui vous sont taillés et qui tombent au poil.
    J'ai bien cherché dans mes différents entourages, il n'y a que le Loup qui m'aille comme un gant.


    Bon, vous l'aurez compris, la pelisse du Loup est parsemée d'étiquettes qui sont à tors ou à raison collées à bon escient.

    Je crois comprendre que sa chanson préférée est «  la mauvaise réputation » de ce bon vieux Georges BRASSENS... Excusez-le du peu !

    Pourquoi diable s'être lancé dans l'écriture, vos pattes de Loup ornées de magnifiques griffes ont déchiré beaucoup de papier ?

    Pourquoi pas la musique, le chant ou la cuisine ou le macramé ?

     ''J'écris pour ne pas assassiner" Voyez combien la littérature adoucit les mœurs ! Alors tirons chaque mot à bout portant, comme une mise à mort'' m'a répondu le Loup.

     

    le poids des mots... Le choc de l'intello »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    comme personne
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 00:20
    ducon, ta pointe d'humour c'est Cocteau quil'a fait. Cocteau, tu connais !
    2
    Mardi 18 Août 2015 à 18:39

     ...Ce COCTEAU là..quel homme !

    Contrairement à  ce "commantateur" cet homme d'esprit ne jouait pas les pleutres et affichait ses opinions, ses gouts et ses opinions. Je n'ai aucun respect pour ces déchets gonflés de savoir qui flinguent les auteurs de blogs en douce, bravement cachés derriére un  anonymat salutaire, démontrant bien qu'ils n'ont rien dans le pantalon.

    Je me demande bien d'où vient leur peur? enfance difficile, volée ? pére auteurs de gestes qu'ils répercutent au travers de commentaires jouissifs? femme dominante ? auront-ils un jour le courage de leurs opinions ? 

     

    3
    Lundi 24 Août 2015 à 09:24

    Bonjour Loupzen, comment tu vas aujourd'hui? Voilà un texte qui parle à bon escient yes

    Je connais une personne qui se fait appelé Tilou. Quand je lui ai demandé pourquoi : il m'a répondu parce qu'il aime marcher en solitaire même s'il a un entourage que ce soit dans sa vie privée et professionnelle.

    J'ai appris des choses sur cet animal grâce à ton article. Comme nombreuses choses, afin de comprendre le pourquoi du comment de quelqu'un ou de quelque chose, il faut aller à la source même de son existence sur Terre. Comme pour comprendre le sens d'une définition d'un terme inscrit dans un dictionnaire, il faut aller à l'étymologie du mot. L'Etre humain est semblable à cela, il n y a pas d'hasard dans la vie...

    Merci pour ton article Loupzen. cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :