• Le vin délie les langues! Aimons jeunes et buvons vieux

     

     

     

    « Dieu n'avait fait que l'eau, l'homme a fait le vin » Victor Hugo

    Ma première rencontre avec le vin, remonte à bien à bien des années. J’en ai des souvenirs quasiment mystiques.

    Mon père entretenait une vigne en Auvergne et nous faisait partager les travaux pour qu’en Septembre, en période de rentrée des classes, nous jouissions de la récompense que nous offrait une année de labeur.

    J’ai souvenance des préparatifs de la veille et de l’avant-veille, l’odeur de la futaille, les bruits de la pierre qui aiguise les couteaux, le grondement des bacholles que l’on traîne sur le sol pour être chargées sur le plateau du camion.

    Les amis de voisins et les voisins qui furent des amis apportaient par leur présence l’idée que je me faisais alors de  ce que devait être un soir ou de leur morne existence ils passeraient à l’éclatante lumière d’un coup demain  des maquisards.

    J’ai une expression qui caractérise ce moment  chargé de secrets, de couleurs, d’odeurs et d’émotions :

    c’est une communion entre la Nature et l’Homme.

    Les vendanges ne peuvent être qu’un acte d ‘amour durant lequel Dame nature offre à ses plus virils conquérants le fruit de ses entrailles sublimé par ce don sacrifice.

    Le vin appartient à la catégorie des « boissons d'alliance », considérées comme le résultat d’une alchimie divine permettant à l’Homme et à sa triste terrestréité de s’élever au niveau des Dieux

    En alchimie il pourrait s’agir de l'action du Soufre sur le Mercure, c'est-à-dire du Ciel sur la Terre.

    Le Vin assure le lien entre les Dieux et les hommes, mais aussi les liens entre les hommes eux même durant ce moment magique où ces compagnons reçoivent des mains de la Terre-Mère ce nectar qui était destiné aux Dieux.

    Ce qu’il aura été nécessaire de couper  les sarments de la vigne, rabattant  ces bras chargés de promesses en la production de grappes de raisin, ce qu’il aura fallu de sueur et de soif pour permettre à  ce nouveau né de plant de vigne de porter à bout de bras la promesse d’une bonne récolte.

     L’homme, les éléments et la nature en étroite communion pour qu’enfin la transformation chimique et magique nous révèle ce grand cru ou cette innommable piquette…qu’importe les efforts ont été semblables et dans le cœur du vigneron le calice empli de ce jus de treille, levé à bout de bras me faisait penser au prêtre qui le dimanche élevait le ciboire pour l’offrir à son Dieu  dans l’attente d’être sanctifié.

    Tous les symboles sont déjà là, fécondité, mort, et entre deux, plaisir, vérité, philosophie, folie. Depuis la nuit des temps, le vin réjouit notre être, source de vie, il exalte les passions des hommes, et adoucit ses peines 

    Je cite :

    - « Le vin est associé à autant de Dieux et de mythes.La déesse sumérienne Gesthin associe le vin à la mère, source de vie."

     L’arbre de vie et la vigne sont donc étroitement liés.

    - « En Egypte, Osiris qui règne sur le monde des morts est aussi Dieu du vin. »
    Après la vie, le vin devient étroitement lié à la mort : la vie, l’ivresse, la mort.

     

    - « Chez les Grecs, le symbole s’étend encore, Dionysos, Dieu de la vigne et du vin est aussi Dieu de la folie. Les grecs apprendront à  gérer ce vin folie vérité par des règles de savoir boire »

     Comment concilier in vino veritas et les discussions philosophiques…..Précurseurs des radio-bistrots ?

    - « Chez les Romains, il devient Bacchus, entre les fêtes, la débauche et l’orgie ».

    Le but du vin est de nous aider dans la manifestation de l’esprit. L’alcool ne se dit-il pas “Spirit” en Anglais et en France, ne dit-on pas “Vins et Spiritueux” ? Être spirituel peut signifier à la fois avoir un profond sentiment religieux, ou faire de l’humour

     « Un homme qui ne boit que de l'eau a des secrets à cacher à ses semblables ».

    En conclusion je dirai que de toutes les substances consommables, le vin est la seule à entretenir un rapport privilégié avec la parole. On parle souvent d’un vin d’honneur, d'’un vin de messe, d’un nectar des Dieux, d’un vin d’amitié.

     

    Les trois couleurs du drapeau

     - Le vin rouge est, lui plus encore, le vin central et premier.
    Symbole de vérité, pure, directe, c’est lui qui donne la base de la philosophie du vin. Il nous conduit vers la libération totale.

    Il a des vertus médicinales, il fait baisser le risque cardio-vasculaire, cérébro-vasculaire, et de cancer, le tout à doses raisonnables, un demi-litre par jour.

     - Le vin blanc attirera plutôt la part féminine de chacun. Il sera recherché par les femmes dominantes, ou souhaitant l’être, et les hommes au féminin dominant.
    Enfin il est relié avec toutes les mémoires de conflits avec la mère : le jeu Féminin- dominant, féminin-dominé.

    Ne dit-on pas qu’il faut les consommer avec les “fruits de mer“. ?
    Ce sont des vins très soufrés et ayant la capacité de réactiver toutes les pathologies inflammatoires chroniques (les colères rentrées). Ils sont souvent plus difficiles à digérer

     - Le vin rosé, ou “mettre de l’eau dans son vin”.
    Il nous évoque l’art du compromis que vous aimez  ou que vous avez besoin de travailler.  Et si vous ne le digérez  pas, demandez-vous si vous acceptez facilement les compromis ou, si à l‘inverse, vous n’en avez pas trop fait.

     

    Le vin mène parfois au divin gardons nous de trop en abuser,

     Car nous comparer au Dieu pourrait nous enivrer,

     Et gare à la chute,

    De ce nectar je n'en boirais qu’une flûte !

     

    Et çà, c'est de moi et à cette heure ci je n'avais rien bu !

    « Mon premier est désir...Mon Amour »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Mars 2016 à 07:28

    C'est sur je n'ai plus aucun doute....vous êtes un épicurien !!!!

    Je suis née bourguignonne, pourtant je n'aime pas le vin......c'est cependant plus l'odeur que le goût qui me rebute !!

    Pourtant, ce vin, qui n'en est plus, tout à fait un, ces petites  bulles festives me charment et m'enivrent.....oui je confesse j'aime le champagne sans limites....

    Passez une bonne journée.

      • Mercredi 9 Mars 2016 à 13:21

        Fier enfant de la Bourgogne.

        je ne consomme pas de vinasse et en tenant compte de ma vie de voyage j'ai toujours le permis de me bien-conduire !

        Comme j'envie ces fines bulles et voudrais vous enivrer !...mais je laisse ce plaisir à Monsieur.

    2
    Mercredi 9 Mars 2016 à 10:33

    Bonjour Loup, une très belle ode au vin, je te félicite même si je n'en bois pas. Un demi-litre par jour tu dis? Moi avec un demi-verre je roule sous la table.

    Et puis j'ai trop de mauvais souvenirs d'enfance, du temps où les hommes noyaient dans le vin leur pauvre vie et ensuite...

    Latcho dives.

      • Mercredi 9 Mars 2016 à 13:17

        C'est vrai l'abus en tout est un défaut et connais cette "expérience ". Mais ne pouvons nous pas nous adresser à des gens normaux ?

        La vie vaut la peine d’être vécue......en bonne compagnie... tout comme se pochetronner seul n'est pas imaginable

    3
    Jeudi 10 Mars 2016 à 06:08

    Voilà un article qui aurait plu à notre bon roi Henri IV qui disait " bonne cuisine et bon vin, c'est le paradis sur terre "

    Nous ne buvons  jamais de vin, mes voisins du dessous en boivent pour nous tous les jours.. Voilà leur devise

    Afficher l'image d'origine

    bonne journée

    bisous

    marie

      • Jeudi 10 Mars 2016 à 06:46

        Grossière erreur s'il en fut !  l’excès en tout n'est qu'un défaut dont il faut à tous prix se défausser.

        " Sous mon toit l'alcool n'existe pas et ne fera pas la loi " voici ma devise que je t'offre  et je sais de qui je parle !!beurk

        Maintenant il faut savoir garder sa raison pour apprécier à une juste valeur (décidée et quantifiée )  ces  moments qui se doivent rester de plaisir.

        Un outil, un couteau sont inoffensifs en leur matière mais leur utilisation peut devenir dramatique....encore une fois il en est de la responsabilité de celui ou celle qui le tiens en main !...yes

        Quant à ce bon roi Henri  fin  gastronome ?  ..les huîtres, l'ail et la poule au pot ont fait se lever tant de protestations ( protestants ?) qu'un homme des Charentes l'a assassiné (sans doute était-il adique au Cognac !)sarcastic

        Religieusement parlant : le paradis sur terre :tssss tssss tsss vous n'y songez pas  !

    4
    Lou Québec
    Vendredi 11 Mars 2016 à 21:19

    Aimons jeunes, et buvons vieux ! C'est de vous ?

    Je réfléchis...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :