• le révolté du WIFI

    Comment dire « je t'aime » à la vie

    Je ne me sent pas l’âme d'un poulet de basse-cour qui gratte la terre de son enclos pour y trouver quelques vers de terre et de petits vermisseaux afin de satisfaire son appétit et apaiser sa curiosité.

     

    Je n'ai pas non plus ni le plumage ni le ramage d'un aigle, pour finir brodé sur un drapeau ou frappé sur une pièce de monnaie.....« in God we trust ou Got mit uns. »...Georges BRASSENS a mis les deux oncles d'accord....Moi, qui n'aimais personne, eh bien, je vis encore.

     

    Je n'ai pas non plus l'ambition d'un albatros au plumage gonflé d’orgueil, forçant l'admiration de ceux qui occupent le plancher des vaches jusqu'au moment difficile de son amerrissage....qu'il est comique et laid...Charles et la L.P.O.(Ligue Protection des Oiseaux)...

    Je reconnais qu'en croisant ma route, certains d'entre vous m'ont traité de prétentieux car je ne prêtais pas attention à leur présence, j'avais le museau dirigé vers le sol afin de ne pas mettre mes pattes dans les crottes de vos chiens.

     

    J'ai endossé crânement ma pelisse de Loup, elle n'avait jamais était portée sur les épaules d'un académicien, mais souvent jetée sur le dos d'un enfant frigorifié....ou d'une femme battue...ce n'était rien qu'un peu d'humanité, mais à moi ça me fend le cœur...et à toi qu'est-ce que ça te fait...

     

    J'enrage de piétiner, de marquer le pas, de ne plus avancer.

    Je maudis le vent d'oublier de m'emporter, les feuilles ont une destiné, moi je me contente de les voir s'envoler.

    Combien de temps encore vais-je rester là à attendre, à ne rien entreprendre, à ne rien tenter.

    '' la course d'avec le temps est perdue d'avance'' m'a dit un ami...alors pourquoi vivre un jour de plus....Ta fin est là, elle t'attend et sera exacte au rendez vous qu'elle t'aura fixé....moi j'ai des envies d'être malpoli en déclinant son invitation.

    Serions-nous mort avant d'avoir existé ? si c'est cela votre triste certitude, je préfère alors suivre la route du hasard bordée d'incertitudes.

     

    Partir....Partir nous avons tous en Nous ce désir brûlant de conquêtes. Quitter un port ne se résume pas en des pensées d'aventurier. Il est si facile de conquérir un pays mais encore faut-il pouvoir quitter ce port, c'est là que se résume votre aventure....Quitter est votre défit, certains de vous l'ont dit....d'autres l'ont fait Delenda Carthago est. Ne soyez plus esclave de vos peurs.

     

    Il y a loin de la coupe aux lèvres. Avoir des envies et savoir exprimer ces envies.

    Vient alors le moment du partage, tant redouté.

     

    Invitez une personne à vous lire c'est se préoccuper de son bien être, découvrir ses goûts, porter une attention réelle à sa présence.

    Accepter la présence d'un étranger sous son toit ?....Brillat-Savarin, maître gastronome l'a si bien résumé :

    Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit. …..

    Ma cuisine s'est montrée parfois indigeste, les assiettes retournées intactes en attestent. Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage et monter une mayonnaise digne de ce nom c'est pour un débutant, faire preuve de courage !

     

    Pourtant je redoute les rassemblements et préfère à ces phénomènes d'associés, les grands espaces ou règne les silences et l'absence.

    Être ermite serait-elle la seule condition pour bien écrire ?

     

    La solitude mène à la folie ou au génie...qui détient la clé de cette mince frontière ?

    Le lecteur seul peut en décider. La solitude est à vous, rappelez-vous le sentiment de solitude ne vient pas du fait d’être seul, mais de la façon de percevoir une situation. 

    Va-t-elle vous donner des ailes ou vous réduire à une existence de petits pas.

     

    « L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence » à professé Christian BOBIN. Je préfère dire en connaissance de cause que mon cœur éclate « dans le silence ».

    je suis entre deux mondes. Ma Liberté un jour je t'ai quitté....

     

    Voir partir un ami est une grande joie, celle de chercher au travers de son absence les souvenirs des temps passés en sa compagnie, c'est la promesse d'un retour à l'aube, le récit de son aventure est alors semblable au mien......qu'avons nous fait pendant tout ce temps, à quoi avons nous occupé cette absence.

    J'écris pour ne pas assassiner !

    Plus simplement et pour faire sobre, je n'ai pas dit pour rester sobre car je ressens une certaine ivresse à me plonger dans cette mare nostrum qu'est l’Écriture (avec majuscule ) je couche des mots qui une fois regroupés, devraient devenir des phrases, des paragraphes et pourquoi pas des livres.

     

    Je dédie ces lignes de révolte aux Marie(s),Chrisy,

    Ghislaine, Sabine, Suzanne....

    Alain le Poète....P.L Sisley

    Aux Philippe (avec ou sans Astérix )

    François(...j'ai retrouvé mon téléphone!)

    à Triskel (pour notre prochaine collaboration ).

     

    Je suis encore tributaire de WIFI (celui de notre logeuse ) et espère pouvoir reprendre mon envol d'ici huit jours.....

     

    Bonne journée

     

     

     

     

    « Le vent d'Est (suite )Le vent d'Est ( suite sans fin ) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 08:36

    Récit et dédicace qui me touche....

    Grosses Bises à vous deux

    Christine.....qui s'éloigne un peu, certes, mais ne se désintéresse pas pour autant...

      • Samedi 2 Décembre 2017 à 22:04

        La potée se prépare dans notre nouvelle tanière...je cherche un nom...la grange au loup...?

    2
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 09:09

    Pour être lu il faut commencer par avoir quelque chose à dire... et c'est ton cas ! lol

    Bonne journée

    3
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 10:19

    L’écrivain ne fait que partiellement partie de la société des hommes et cet éloignement, s’il peut parfois se révéler douloureux car incompris ou dénigré, lui permet de s’affranchir des contingences qui empêchent toute création : ainsi libre, il trouve dans cette distance une présence accrue au monde, vigilant plus que tout autre aux manifestations de la beauté et de la violence de l’univers.

    Une page pour toi: http://www.plus7.fr/2017/05/27/editos/la-solitude-de-lecrivain/

    A bientôt frère Loup, baxtalo drom.

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 06:32

        C'est l'exactitude même, ces passages du ressenti vers la découverte du pressenti sont difficiles à négocier mais obligatoires.

        L'incompréhension de notre encourage pourrait nous effrayer...elle est un signe qui indique que nous sommes sur la bonne voie..c'est égoïstement rassurant.

        Merci

      • Lundi 4 Décembre 2017 à 06:40

        C'est ma vie, je n'y peu rien c'st elle qui m'a choisi, c'est pas l'enfer, pas le paradis....c'est ma vie....

        Excellent choix d'article...grand merci à toi ANNIE.

    4
    Mercredi 29 Novembre 2017 à 10:27

    Bonjour Quel cri de détresse, de désespoir, ton cœur "explose" mais ne rompt pas et pour cause car il doit continuer à battre pour poursuivre le chemin qui t'ait tracé. Combattre l'impatience est un chose ardue qui prend de l'énergie. Quand on est tributaire de quelqu'un, de quelque chose, il en est ainsi; Apprendre  à attendre. Il semblerait que cette attente prenne fin, le bonheur n'en sera que plus grand. Le moral  remontera en flèche et oubliera vite ces moments de déprime et de rage à la fois.

    Courage le Loup et merci pour tes paroles et écrits.

    Grosses bises à vous deux car Catinou subit aussi ce que tu ressens et en souffre aussi certainement. Les Gens  du voyage sont habitués à ce que tout n'arrive pas tout de suite, l'aurais tu oublié...

    Le bout du tunnel arrive et le soleil avec.

     

      • Samedi 2 Décembre 2017 à 22:06

        il faudra bien qu'un jour nos chemins se croisent....

    5
    Dimanche 3 Décembre 2017 à 12:09

    Bonjour Le loup c'est le destin qui en décidera...

    Voici un blog que je commence pour moi surtout pour me remémorer des souvenirs inoubliables.

    https://souvenirdenavigation.blogspot.com.es/

    Les chemins se croisent quand c'est nécessaire mais toi tu as compris il suffit juste de continuer à mettre en pratique

    Bises du dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :