• Le repas du soudard

    Puis vint l'homme victorieux et comme il avait faim, vint la Femme.... pas celle que l'on aime, que l'on serre contre son cœur, que l'on chérit à qui on susurre « chérie », mais celle que l'on dévore sans attendre son accord, celle que l'on honore sans lui offrir la félicité.

    La faim au ventre l'homme décidément plus goulu que gourmand, d'un œil d'expert a choisi de quelle façon sa captive lui servira de déjeuner. Mais il faut faire vite, aller à l’essentiel tout de suite le plaisir n'attend pas, la table est le seul endroit ou durant la première heure on ne s’ennuie pas.

    Son plaisir à lui c'est d’être prédateur,qu'importe la façon dont il va se conduire, il est le vainqueur fougueux pressé d'en finir et de jouir d'entendre sur l'autel de la victoire suppliaient ses victimes d'en finir.

    A ce stade du repas, finis les amuse-gueule, terminée la cuisine du terroir, oubliés les recettes de Mère-grand, les bons petits plats de son enfance ne sont plus au menu du jour.

    Non …ce que veut l’homo-erectus c’est du self-service, il veut de la mangeaille, de la bonne pitance, se gaver de « bonnes à braiser » et il veut manger avec les mains, il veut du changement, finies les bonnes manières ce qu'il veut c'est croquer à pleines dents dans des morceaux de choix.

    Son pied (mis rapidement sous la table avant de le mettre au chaud dans le lit) c’est un circuit court : du producteur au consommateur. Il n'y a pas d’intermédiaire, exception faite de la T.V.A :

    Très Vite Avalée.

    Il est là l''Homme dans toute sa splendeur, vainqueur il entend bien le faire savoir, il veut du renouveau, casser les habitudes, retourner à la cuisine les plats réchauffés, il exige de la chaire fraîche.

    Faisant fi les bonnes recettes de sa mère patrie (j’entends par là ses origines géographiques) il part en vadrouille au pays du Chianti Il n’y a que les italiennes qui parlent bien d’Amour en avalant des nouilles.

     

    Pomodoro ou pommes d'Amour lui mettent l'eau à la bouche, c'est finalement une daurade qui lui fera connaître le grand frisson dans les Pouilles.

    Puis se sentant d'humeur badine, pris d'un appétit coquin, c’est avec des baguettes et quelques chinoiseries qu’il variera les « menus-plaisirs des sens » de façon anodine.

    Oubliant pour un temps le riz gluant et le canard laquais que sont les « Dien Bien Phu » des pauvres servis dans les buffets à volontés, c'est pour oublier ses « sushis » qu’il découvrira le raffinement du Nyotaimori .

    A moins que ses fantasmes l’appellent irrésistiblement vers une Shéhérazade proposant kébab,cornes de gazelle et mille et une nuits .

    De la pizza, le français est le roi. Et bien qu’à l’origine ce plat de pauvre permettait de finir les restes de la veille (oui parfois sa Dame à mal à la tête ou elle a sommeil et il devra remettre au lendemain ce qu’il aurait dû consommer la veille) il a un faible pour la Quiche et la Tourte façon Royale.

    Il est le dominant dans toute sa splendeur et s’identifiant à un torero, il plantera ses fourchettes-banderilles dans les chaires croustillantes d'une pluma de pata negra ibérique.

    Repus pour un temps mais jamais rassasié, cet amant pantagruélique se verra contraint de détourner son appétit féroce.

    Il n'aura aucune pitié pour un pâté en croûte, un magret de canard, il ne portera pas le deuil pour une belle poularde de Bresse et provoquera le naufrage d'une flottille d’écrevisses dans une mer de champagne.

    Quelques hoquets plus tard, il posera son regard de voyeur sur les résultats d'analyses que lui tend une jeune infirmière.

    '' Qui y ’a-t-il au menu ''demanda t il à cette ingénue.

    il ne prononce pas quoi, c’est trop matériel mais qui….c’est plus charnel…et déjà il pense à ce qu'il va se mettre dans la panse.

    Alors dans un délire de satyre, il imagine une jeune infirmière qui lui propose :

    '' In starter we  have'' Cholestérol et triglycérides,

    '' En premier plat : les hématies du domaine Hémoglobine…

    '' Puis le chef vous propose : '' une compote de globules rouges sur son lit de mort  consommation excessive d’alcool ou de tabac''

    Pour la suite :''les hématies congénitales, l’Hématocrite et sa pinte d’Hémoglobine ''.

    En dessert....stop ! il a déjà sa petite idée. Aveuglé par la jeunesse de cet entremet il ne pense qu’au dessert.

    C’est le fruit défendu qui pousse dans le jardin d’Éden.

    il ne pense qu’à çà et déjà il se sent mieux à la vue qui lui est offerte au travers du voile transparent de l’infirmière.

    Aveuglé par ses propres promesses et ses certitudes il n’entendra pas cet hymne à l’Amour que claironne la jeunesse désabusée et salie par des mains invasives et expertes en comptage de billets de banque :

    « Les bourgeois c’est comme les cochons, plus ça devient vieux plus ça devient bête, plus ça devient cons ».

    Il faut se hâter de ne pas généraliser, j’ai toujours eu la sainte horreur des étiquettes, s’empiffrer n’est pas un signe de manque de respect pour la donzelle et future dame qui va vous supporter ce soir.

    Vous serez gai comme un Italien quand il sait qu'il aura de l'Amour et du vin et après ce copieux repas elle découvrira que vous êtes un véritable maître queue.

    Au petit matin elle succombera au chant du coq en pâte et elle s'endormira '' ravie au lit''.

    En Provence il y a un dicton :'' c'est bien connu que c'est une fois couché qu'on "sent l'ail au lit".

    Question de goût mais avec modération.




    « La SAINT LEON et le ONZE NOVEMBREÉclaircir le mystère du clystère »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Novembre 2018 à 10:02

    Eh ben voilà le portrait dans toute sa splendeur du genre de mec que j'peux pas blairer ! Le genre de mec qui fout la merde sur terre, égoïste, plein de morgue et de suffisance, pour qui les femmes ne servent qu'à tirer un coup et faire des gosses... pffffff !

    Bonne journée

      • Mardi 13 Novembre 2018 à 12:46

        Je suis surpris que la fin de cet épisode  ne soit pas plus commentée !

    2
    Mardi 13 Novembre 2018 à 12:19

    Je ne puis que partager l'avis de Luckyozz.

    Ça rejoint la "philosophie" de notre triste époque " tout tout de suite, et tout pour moi"

    Bonne journée Loupzen.

      • Mardi 13 Novembre 2018 à 12:53

        HIC et NUNC....

    3
    Mardi 13 Novembre 2018 à 12:34

    Ah monsieur Loupzen, votre style d'écriture nous emmène toujours très loin visiter de nombreux horizons où souvent règne le roi des  -ON

    on ne se lasse pas de vous lire

    bonne semaine

    4
    Mardi 13 Novembre 2018 à 12:54

    Etre témoin et partager ne veut pas dire : partager et accepter !

    merci

      • Mardi 13 Novembre 2018 à 12:56

        de cela je n'en doute point c'est ce qui fait le charme de vos écrits

    5
    Mardi 13 Novembre 2018 à 15:51

    Les "bonnes manières" se perdent wink2   disent-ils !  

    Une plongée dans les affres de la goujattitude   ...  Ah ! les mufles, comme j'aime leur côté romantique  que vous décrivez si bien. 
     

      • Mardi 13 Novembre 2018 à 17:58

        Si au moins il a pris les patins...!...quant à la fin de l'histoire le choix été permis entre l'ail au lit (Ah les senteurs de la Provence !) et les relents de harengs ...il sortait du théâtre comme un vieillard en sort (vieil hareng saur... Ponçon du Terrail...?)

        Avec mes souvenirs olfactifs.

    6
    Mercredi 14 Novembre 2018 à 07:35

    En pensant  aux  poilus, je me dis que si le soudard  était volontaire, les poilus n' avaient pas le  choix,  faute  de quoi  ils auraient  été  fusillé !

    Du soudard on n' attend pas de bonnes manières, juste  quelqu'un  qui sait  que sa vie  ne vaut pas grand chose et qui veut  en profiter à sa manière.

    Et  il me semble qu 'une Madelon  ne devait pas s' offusquer d' une odeur d' ail  au  lit !smile

     Passe une  bonne journée

     Amitié

      • Mercredi 14 Novembre 2018 à 08:50

        TRUBLION.... tu viens d'inventer "le blog aux senteursyes...pas forcément odeurs de sainteté ( en ce qui me concerne ! )sarcastic

        mais un avant-gout de " "revenez' y " , de papier d'Arménie, d' effluves d'Orient et pourquoi pas pour certaines d'entre-elles de "jeunes filles en fleur " !

    7
    Vendredi 16 Novembre 2018 à 10:05

    Bonjour

    ca donne faim tout ça (ah ah ah)

     

    bon weekend

    et on marchera pour eviter les blocages des gilets jaunes, peut etre si on n'est mal placé sur la route he

    8
    Samedi 17 Novembre 2018 à 18:57

    Cela tombe bien, je n'aime pas les bisounours...  wink2

      • Samedi 17 Novembre 2018 à 20:14

        Bisounours ? Vous n'en trouverez pas beaucoup dans ma tanière.....même pas en descente de lit

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :