• LE JOKARI

    Un jeu venu du fond des ages et donc de notre enfance....une sorte de retour vers le futur....

    A peine avez-vous frappé la balle..et toc..elle revient vers vous porteuse d'un message....

     

    J'aime ce concept du jeu appelé le JOKARI.....

     

    La balle innocente est reliée à un socle posé sur terre, par un long élastique...puis une main vient frapper cette balle pour l'envoyer ''valdinguer'' dans le futur....... et cette messagère du moment présent nous revient chargée de futur, avec un air narquois : '' et bien, tu m'as chassé de ton présent avec perte et fracas, je te reviens rempli d'un futur que je ne te divulguerais pas...je ne suis pas la messagère de ta mort, mais sache qu'elle t'attend''.

     

    Attendre, attendre..je préfère me surprendre..

    J'ai compris que les voyages ne garantissaient pas toujours la jeunesse et qu'il suffisait d'un mot pour entreprendre un long voyage alors que l'immobilisme nous préparait à une vie de statue de sel.

     

    Me surprendre....et être surpris: il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. (Jean d'Ormesson )

     

    L'enseignement et l'instruction me font cruellement défaut pour emprunter à autrui ce que je puis comprendre.

    Les uns se gargarisent de citations qu'ils alignent comme des chapelets au pied d'un calvaire qu'ils ne pourront surmonter, d'autres glissent sur ce monde comme, un surfeur qui attend la vague complice qui le mènera sur la plage parmi les rires et les bravos ou dans les abysses d'un monde moderne qui ne me convient pas.

     

    Cette si belle langue française que vos ancêtres ont eu tant de mal à faire pénétrer dans nos têtes ornées de bonnets d’âne, elle est entrée à coups de règles grammaticales et à coups de règles sur les doigts, pour que ces dernières soient apprises, récitées à leur tour sur le bout des doigts.

     

    Pourtant j’ai suivi Jean Anthelme BRILLAT-SAVARIN lorsqu'il professait  : Je suis intimement persuadé que la langue française, dont je me sers, est comparativement pauvre. Que faire en cet état ? emprunter ou voler ? .

    .J'aurais pu alors lui rétorquer : non il faut la transformer !.

     

    Je cherche en vain des raisons d’écarquiller les yeux, de m’esbaudir sur un effet de plume d'écrivain, de piaffer d'impatience comme un jeune marié devant un corset rebelle, d'éviter de justesse la camisole que les gens biens voudraient me faire porter parce que je trouve un matin beau à couper le souffle, un rock 'n' roll sublime et digne d'être interprété par le grand et talentueux PAVAROTTI, et de m’effondrer conquis après qu'un de mes petits m'est appelé : mon papy ».

     

    Nous n'avons plus de héros, nous n'avons plus de maîtres.Nous avons remplacé la surprise par la fatigue et l'admiration par le ricanement.

    Nous n'osons plus aller à la découverte des autres, l'art de la critique est élevé au rang des ''arts et métiers d'Avenir ''Gravir une échelle propre à nos valeurs en montant sur la tête des autres...pourquoi ne pas écraser leurs pieds..c'est plus simple pour arriver à rien..mais tout seul.

     

    Chacun est prisonnier de sa famille, de son milieu, de son métier, de son temps. A une autre époque il se disait que le temps ne faisait rien à l'affaire, qu'on soit jeunot ou grand père, entre nous pas de controverses....

     

     «Le comble du moderne, c’est à la fois de passer pour rebelle, d’avoir le pouvoir et d’être plein aux as. Ah ! Bravo ! Quel chic ! Être résolument moderne est une tentation que j’ai fini par repousser. Pour la bonne raison que le moderne sent déjà le moisi» Jean d'Ormesson

     

    Je suis viscéralement opposé à cette notion :

    A chaque jour suffit sa peine...pourquoi écrire serait il devenu une punition ?    je veux désormais étancher ma soif de libérté en écrivant maintenant ce que je n'ai su et pu dire avant.

    Je ne suis pas un assassin des mots des autres et encore moins un spadassin, dissimulé dans une ombre propice pour porter un coup fatale sous forme de critiques à un beau texte qui passait par là...Cyrano a été présent bien avant moi.

     

    « A tous les ''ON''Le révérend Loup.... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Septembre à 08:15

    Ca alors! Je suis sidérée! J'étais persuadée de t'avoir envoyé ce mot, Jokari,  car il m'était venu en tête en pensant à toi, mais après vérification non!

    Finalement, d'une façon ou d'une autre il t'est quand même parvenu. smile

    Latcho divès frère Loup.

    2
    Jeudi 7 Septembre à 08:17

    Moi aussi j'ai joué au jokari dans ma jeunesse et moi aussi j'ai apprécié Brillat-Savarin (dans mon assiette)... mais j'ai de gros doutes sur le concept de "modernisme", qui sert surtout à arranger les uns au détriment des autres. L"évolution", la "croissance", le "progrès", la "réforme", le "changement", la "mode", se résument en deux mots: l'argent et le pouvoir.

    Il nous reste le choix - à nous autres petit peuple - de rester dans le moule pour une vie bien planplan et râleuse, ou de choisir de jouer dans la marge en utilisant au mieux les règles du jeu qu'on nous a imposé.

    On naît ici ou ailleurs, on grandit ici ou ailleurs, on n'a rien choisi. Mais on a un cerveau, alors soyons "modernes": essayons de nous en servir...!

    Bonne journée

    3
    Jeudi 7 Septembre à 09:55

    Bonjour, j'ai moi aussi joué à ce jeu, normal c'est de mon époque. la balle te revient dans la figure si tu n'y fait pas gaffe, on peut appeler cela aussi un boomerang, ou le retour à l'envoyeur etc.

    Il n'y a rien de moderne car tout revient du passé, la mode par exemple. L'écriture est un moyen d'expurger ce que l'on a au fond de soi alors ne nous en privons pas. De toute façon il y aura toujours un retour bon ou moins bon.

    Bonne journée et un bise.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Vendredi 8 Septembre à 12:47

    Hé bien tu vois, j'ai acheté ce genre de jeu cette année pour les enfants et finalement je ne l'ai pas sorti, j'ai eu peur des trop violents retours.......je vais attendre que les petits grandissent un peu plus....

     

    Il me semble que les gens qui cherchent à rester "modernes" avant tout, sont des gens superficiels qui veulent paraître !!! On peut apprécier une certaine modernité tout en restant soi même !!! Il serait trop d'hommage de s'emprisonner dans un moule qui ne nous correspond pas pleinement ...........et si l'écriture est pour toi une aire de liberté, surtout ne t'en prive pas.....pour notre plus grand plaisir 

    Bonne fin de journée à tous ....à bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :