• Le Doute

     

     

    Dans une autre vie je fréquentais un milieu religieux dans lequel, les chefs  pouvaient avoir femme et enfants les rendant ainsi capables par expériences de parler à leurs ouailles des joies et tourments de la famille.

    Un des pasteurs avec lequel j’ai participé à des  travaux d’interprétation de la bible, transportait allègrement ses 75 ans sur un vélo, de jour comme de nuit qu’il pleuve où qu’il vente, hiver comme été.

    Religieux tout terrain, il visitait les Gens du Voyage entre autre et participait très activement aux démarches d’intégration d’étrangers sur le sol français.

    J’ai la sainte (je suis raccord !) horreur du prosélytisme et ce grand homme l’ayant subodoré me fichait une paix royale.

    Très souvent, questionné par des adeptes qui croyaient (c’est la moindre des choses grand Dieu !) qu’il suffisait d’ânonner une prière pour pouvoir traverser la rue sans se faire renverser,  pourvu que la foi les transporte !

    Il avait cette explication que je vous livre et qui me transporte d’allégresse suite à ma foi et à mes faiblesses.

    « Chaque matin que Dieu fait, au petit déjeuner, je nourris ma foi avec un bon kilo de doutes ».

    Cet homme ministre du culte, enseignant et responsable du devenir des âmes d’un troupeau considérable d’ouailles, confessait qu’il avait foi en la parole de Dieu et que le fait de douter l’obligeait à chercher et à trouver des réponses à ses questions. C’est cette honnêteté qui me plait chez l’Homme.

     

    QUAND LE DOUTE EST PERMIS

    ..il s’installe avec ou sans votre permission et le mettre à la porte équivaut à renvoyer un défenseur de la Tour de Garde qui s’introduit par la fenêtre alors que votre porte a été claquée au nez et à la barbe de son prophète.

    « Dans le doute abstiens-toi ».Jolie formule pour celles et ceux qui comptent sur les autres pour évoluer alors qu’il leur a été enseigné « aide toi et le Ciel t’aidera ».

    Ce doute a pour compagne la PEUR.

    Si vous doutez de vous et que vous ayez peur que les autres se rendent compte qu’en fait vous n’êtes pas compétent dans votre vie et que vos réussites sont des purs coups de chance, un jour ou l’autre un salopard va mettre à profit vos incertitudes pour vous annexer façon  «'Anschluss, » vous dépendrez de son plan.

    Je vous dédicace à Vous chercheur de l’impossible (c'est-à-dire chercheur de l’excuse pour ne pas faire…nuance) cet exercice que j’ai honteusement copié sur le net en ajoutant mon grain de sel.

     

    • C’était quand la dernière fois que vous avez ressenti de la fierté pour quelque chose que vous avez réussi, réalisé, entrepris ?

    Si la réponse à cette question est « Heu? » ou « Houlà, je ne sais pas ! » ou « Jamais ! » ou encore « Je ne m’en souviens plus », vous êtes sur la bonne voie pour répondre oui à la question « Souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ? »

    • À quoi attribuez-vous vos réussites ?

    Au hasard ? À la chance ? Aux autres et à leur gentillesse. Mais en tout cas jamais, ou rarement, à vos compétences. Comme si le monde dans lequel  vous végétez était celui des Bisounours , des gentils dauphins et des Loups nourris au suc Candy….Va falloir vous réveiller !

    •  Acceptez-vous facilement les compliments ?

    Avez-vous tendance à dire merci aux compliments que vous recevez ou plutôt à justifier par une réponse comme « Oh tu sais, pour moi c’est facile », « Je l’ai acheté pas cher », « Je n’y suis pas pour grand-chose » ou autre variante du genre.

     Vous ressemblerez à un shamallow tenu par un « bon petit diable » enfourché sur une brochette e t tournant lentement, très lentement sur un feu de bois pour que le supplice soit long très long…à moins que vous n’appréciez les suppositoires à la « nitroglycérine » et au bois de cèdre !

    Si vous choisissez la deuxième option, encore une fois, il y a des chances que vous souffriez du syndrome de l’imposteur.

     

    KESACO ?....

    Ce n’est pas moi c’est l’autre.

    Dans le cas de l’enfant qui vient de faire « the boulette », du chat qui a encore la queue du poisson qui frétille dans sa belle gueule d’innocent ou de votre conjoint préféré trouvé allongé prés du corps frétillant avec la queue….zut je me suis trompé ! Enfin vous avez compris le sens de la démarche, puisque à votre tour vous alliez commettre l’injustice qui mène un innocent les mains pleines directement au poteau….on peut l’admettre.

    Mais ce symptôme vous empêche de récolter les fruits et de porter les lauriers qui vous reviennent de droit à la suite d’une réussite si minime soit-elle.
    « cette attitude qui est peut être la votre  est en fait une forme de doute constant qui consiste à attribuer ses réussites, son évolution, ses accomplissements à tout et tout le monde, sauf à soi » je l'ai cité.

     

    VOUS SAVEZ QUOI ?

    J’ai un aveu à vous faire…je n’ai pas souvent fréquenté la communale, trop occupé par ailleurs à écouter le chant des oiseaux, à attendre un lever de soleil comme si c’était un lever de rideau considérant que la journée qui commençait allait être une pièce de théâtre.

    Le peu de savoir que je trimbale dans ma tête c’est du vécu, de l’artisanat, du chef d’œuvre, des ampoules, des estafilades, j’en passe et des ….à mettre ailleurs.

    C’est au travers de lectures, de conférences, de vos blogs que je réussi à écrire ce que je publie.

    Et c’est là,  le hic !

    Faut-il tout savoir pour être compétant ? Et si comme ce bon pasteur (début de ce post) mes lacunes me servaient à gratter un peu plus pour apprendre ? Si mes doutes me donnaient à la fois le courage et la foi dans ce que je publie.

     

    GARÇON….2 CAFÉS et l' ADDITION

     

    Je prends conscience que mon manque de connaissances et de compétences font que je « bosse comme un turc » (en rapport avec la Bosphore !) sur mes sujets et que le regard bienveillant des autres ( de Vous ) vos compliments et commentaires agréables me donnent cette sensation de ne plus être assis à coté du radiateur.

    Vous me faites devenir un doué qui célèbre ses réussites et  en votre compagnie je les savoure.

    Je termine en vous disant que le doute en lui-même n’ai pas si terrible que cela, il peut être le point de départ d’une grande aventure comme celle que j’ai vécue à vos cotés.

    « Tu te prends pour qui ? : un vieux Loup qui hurle.....Atmosphère, atmosphère »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Mars 2016 à 08:17

    Bonjour Loup,
    je pense qu'il faut avoir confiance en soi, savoir être fier de son qu'on a réalisé, mais surtout pas orgueilleux!
    Mais il faut douter de tout ce qu'on entend, ce qu'on lit, car le doute est le chemin qui nous oblige à trouver nos propres vérités, en notre âme et conscience,  sans croire aveuglément à ce que l'un ou l'autre veulent nous inculquer comme étant LA vérité, car la vérité est masquée et ne se dévoile qu'à ceux qui la cherchent. C'est ce qu'ont professé de grands hommes comme Einstein, Krishnamurti, Descartes ou Aristote entre autres...
    Le doute est donc le début de la sagesse.

    Bonne journée, bises amicales.

      • Vendredi 18 Mars 2016 à 13:26

        Un sixième sens....a n'en pas douter nous le possédons.

        Ce remue-méninge sera-t -il un coup d'EKLA . Je manque de recule pour pouvoir prendre LA décision en accord avec mes instincts.Quant à mon déballage concernant la croyance que j'aie envers le doute je partage ton analyse....chacun de nous a ses vérités qui nous font prendre les bonnes décisions.......confirmant dés fois trop tard qe notre décision était la bonne ou la moins pire !

    2
    Patte françoise
    Jeudi 17 Mars 2016 à 11:52

    Bonjour Loup ,

    je pense avoir suffisamment confiance en moi pour ne pas avaler tout comme un béni oui oui et douter souvent et chercher toujours pour me faire ma propre vérité

    Il m'a peut être fallu arriver à un certain âge ou un âge certain ...mais je crois avoir trouvé ma paix intérieure ....

    Caresse au Loup...

     

     

      • Vendredi 18 Mars 2016 à 13:30

        J'aime me retourner sur le personnage que j'ai  été par le passé et me souviens des doutes me permettant de m'enflammer. 

        Mes certitudes sont basées sur les expériences mais la vie ne repasse pas forcément le plat à deux reprises. L'expérience c'est ce qui manque aux jeunes !!

        Pas de doute en amitiés.

    3
    Jeudi 17 Mars 2016 à 22:08

    le doute, comme le rire, est le propre de l'homme sensé. Douter ne signifie pas refuser mais chercher à comprendre, ce qui est, c'est bien connu, commencer à désobéir .

    ll pleut ce matin  sur la Baie, et je doute qu'il fasse beau avant midi, mais je comprends que les fleurs ont besoin d'eau..

      • Vendredi 18 Mars 2016 à 13:36

        L'eau à n'en pas douter est ton élément de prédilection.

        J'aime ton analyse sur la désobéissance!

        Si je me fie à ton mécanisme salutaire pour l'homme, je suis un homme sensé car la désobéissance et le refus de me laisser enrôler (sacrilège : hurler avec les Loups)  sont mes petits travers.

    4
    Lou Québec
    Samedi 19 Mars 2016 à 18:43

    Je suis d'accord aussi avec un comportement désobéissant. Qui peut apporter la lumière, ou des lumières ! Force est cependant de constater que ce n'est pas la majorité qui opte pour cette désobéissance, par manque de moyens ou, plus souvent, parce que c'est plus simple et rassurant de ne pas sortir du troupeau. Il existe tant de « prêt-à-penser » ! On nous y invite avec maintes promesses, surtout dans l'au-delà... Apprendre à penser par soi-même demande force et courage.

    Tendresse.

     

    Louise

      • Dimanche 20 Mars 2016 à 02:58

        Oui, sortir du troupeau ou des troupeaux...les plus dangereux sont les bergers qui mènent nos vies pour leur unique bien.

        je resterai un "non obéissant" ....plus grande est la difficulté plus grande sera la réussite.  Et ce refus de suivre les moutons de Panurge, je le découvre pas à pas chez les autres...comme quoi qui se ressemble s'assemble ! 

        Louise ? ...

    5
    Lou Québec
    Dimanche 20 Mars 2016 à 05:22

    Eh oui ! Et quelle joie de croiser un électro libre comme vous. Amitiés.

      • Lundi 21 Mars 2016 à 17:33

        C'est un cap, un pic que dis-je une péninsule......et à la fin de l'envoi... je suis très touché par votre sincérité !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :