• Le coup de parapluie

     

    Orage, oh temps d'espoirs, Oh météo mon amie,

    Aurais-je tant vécu pour jouir de ces instants précieux,

    De voir s’accomplir les prédictions d'une grenouille sortie,

    De son bocal sur une échelle en croassant se moquer des fâcheux.

    Ce n'est pas pour rien que je me suis blanchi dans des travaux ménagers

    Mais pour jouir enfin de ce malicieux moments ou devant mes yeux ébahis,

    Je verrais des gens trempés de la tête aux pieds de ne point posséder,

    Cet objet si convoité et que même l'Espagne nous envie,

    Ce précieux objet qui fit jadis le bonheur d’un amoureux transi,

    Le fit connaître au monde entier, j'ai cité : le PARAPLUIE.

    Car c'est bien de Lui dont nous parlons, ce faiseur de rencontre fortuite,

    De ne pas posséder cet objet pratique anti fuites,

    Fera de vous un animal trempé de la tête aux pieds.

    Oh délicieux souvenirs des averses passées

    Moments inoubliables chassés par le temps sec arrivé,

    Alors que dans la rue au bras d'une demoiselle vous vous pavaniez

    De rire je me suis écroulé de vous voir soudainement comme une vieille soupe, trempée.

     

    « Voyage....voyage....tout en douceurAy los gitanos somos así »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Septembre à 08:12

    Le parapluie n'a qu'un défaut: il n'est pas là quand on a besoin de lui... du moins chez nous c'est comme ça ! lol !

    Bonne journée

      • Samedi 8 Septembre à 05:05

        il me fait le coup à chaque fois à moi aussi

    2
    Lundi 3 Septembre à 10:29

    Wahouuuu  superbe aubade au parapluie. depuis  que j'ai vécue aux Antilles j'ai toujours un "paraguay "dans mon sac même tout petit mais j'en ai un. le parapluie comme tu le dis  si beine est un moyen de communiquer mais ic en Espagne enfin chez moi il ne pleut jamais alors difficile de papoter.. Bonne journée. une bise.

      • Mardi 4 Septembre à 05:37

        Ce délire n avait qu'un seul but : divertir Suzanne une bonne amie.

        Je serais plus adepte du coup de torchon que du coup de parapluie !happy

    3
    Jeudi 6 Septembre à 13:21

         Dans mon exil,il ne pleut jamais !Si si ne dit on pas qu ' "en Bretagne il ne pleut que sur les cons"?

    4
    Samedi 8 Septembre à 01:53

    J'ai toujours sur moi un parapluie nain, vous savez ce type de pépin escamotable qu'on glisse vite dans une poche ou un sac. Parfait en cas d'averse ou de pluie prolongée.  Lorsque la pluie n'est pas trop forte, je garde la tête nue sous les gouttes mais quand elle devient lourde et battante, je sors le pépin qui d'un clic s'ouvre tout grand. La pluie... je la préfère au soleil : elle chante. Quand elle tombe sur divers objets ou des aspérités du sol, ça fait des notes de musique.

    "Singin' in the rain" a été écrit pour moi entre autres gens qui aiment les larmes du ciel.  Quand il pleut, je ne bougonne pas : je marche, avance. Plutôt que de me plaindre d'un coup de tabac, je m'adapte. Au lieu de crier sur les gouttes, mieux vaut danser sous la pluie. C'est aussi ce que j'essaie de faire dans ma vie : si le contexte n'est pas ce que vous escomptiez, adaptez-vous & modifiez-le en mieux. Sortez là le parapluie de la sagesse, très utile de nos jours, encore plus nécessaire que le parapluie normal... mais souvent oublié sur les étagères quelque part aux fins fonds de notre conscience.

    5
    Jeudi 13 Septembre à 11:24

    Bel exercice de style au  tour du parapluie :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :