• La passerelle

    Une passerelle entre deux mondes...un rôle que j'ai assumé...je n'ai pas eu le choix.....mais ne l'avais-je pas cherché .

    E t maintenant que restent ils de mes traversées?

    « Newton observait : « Les hommes construisent toujours trop de murs, jamais assez de ponts. » Parole de vérité, car si les murs isolent, les ponts relient. Sauf quand les murs protègent et que les ponts exposent

     

    Sans bien pouvoir en déterminer les raisons, j'ai eu ce rôle difficile de porter de l'information à deux mondes opposés, un peu comme l'estafette qui dans les tranchées de Verdun, apportait le courrier et les nouvelles.

     

    De cet épisode je n'en ai pas ramené que de bons souvenirs..mais le jeu en valait la chandelle comme ils disait en ces temps là .

    En parcourant les boyaux étroits tête baissée pour éviter les balles dans mon parcours de correspondant de guerre, j'ai quand même contribué à biens des bonheurs des gens qui ne connaissaient pas le monde parallèle des Gens du voyage et des ''Romanos'' qui avaient de terribles a priori en ce qui concerne le monde des gens 'civilisés'' et il parait, normaux.

     

    J'ai mené à bien cette mission avec sérieux et parfois un peu trop de zèle (mais les sentiments ne sont-ils pas le sel qui manque à notre vie?).

     

    Je ne puis à ce jour dire dans quel monde j'ai été le plus à l'aise..parfois nos petits défauts se faufilent dans les failles des systèmes et chassé le naturel il nous revient au grand galop.

    Mais c'est ainsi, il manque à mes titres de transport un billet retour et c'est vers vous que s’achèvera mon voyage...tout le monde descend..terminus .

     

    Quelques instants de nostalgie, car il faut bien tirer les larmes dans les chaumières, quand je songe aux passagers descendus en cours de route. ….j'en suis encore à me demander si ce ne sont pas eux qui ont été les plus veinards.

     

    Et que dire à ceux qui sont présents.. ? Que c’est moi le veinard de vous avoir rencontrer.

     

    Nos échanges ont été d'une grande richesse, parfois houleux mais comme j'aime à le dire '' l amitié est promesse de tempête'', j'ai appris '' énormément'' à votre contacte, vous avez été de prodigieux professeurs sans vous en rendre compte et d’impayables compagnons avec les quels j'aurais tant aimé tirer quelques bordées, avec ou sans filles, avec bière ou vin fins...qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l’allégresse .

    Quant aux «  gibiers de potence »  de l'autre continent, j'ai conserve de profondes amitiés semblables aux estafilades qu'ils m' ont causées.

    Mais je serais bien en peine de leur témoigner mon attachement, ils confondent toujours Jules FERY avec un replaçant du onze de FRANCE.

    Et puis comme nul n'est prophète dans ce pays..c'est pourquoi je voyage ;

     

     

    « Bistrot :attention danger !A tous les ''ON'' »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Septembre à 07:19

    ??? Qu'est ce à dire? Tu nous quittes  déjà?

    Les voyages forment la jeunesse m'as tu dis, alors il ne fait jamais  s’arrêter.

    Faciliter les ponts entre deux mondes doivent être transmis je crois que c'est notre  rôle de tout un chacun...

    Mais le voyage n'est pas fini, un autre recommence, tel est le fil de la vie comme la roue qui tourne inlassablement.

    Tout n'est que recommencement.

    A plus au loup solitaire qui reprend sa route.

    Bonne journée et une bise.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 5 Septembre à 07:43

    Un beau jour de septembre tu as posé le bord de ta passerelle sur un côté de mon île. Je l’ai accueillie, je l’ai empruntée et toi et moi ensemble nous sommes arrivés sur le monde Ekla.
    Tu es parti à l’aventure, explorant à droite et à gauche à la recherche de je ne sais quoi, revenant vers moi de temps en temps puis repartant. Je suis restée dans les environs me raccrochant à des branches solides, toujours prête à te tendre la main, veillant sur toi comme une sœur surveille son petit frère trop turbulent.
     Quoi que tu fasses, où que tu ailles, tu ne pourras jamais décrocher cette passerelle, je l’ai bétonnée.
    Latcho drom phral.

    3
    Mardi 5 Septembre à 08:05

    Quand on passe un pont dans un sens on le repasse toujours dans l'autre sens un jour ou l'autre. Peut-être pour voir l'impression que ça fait, ou peut-être parce qu'on a oublié ce qu'il y avait de l'autre côté...

    En quelque sorte, on va, on vient et on revient. Donc même si tu pars, tu reviendras.

    Amen.

    lol

    Bonne journée

    4
    Mardi 5 Septembre à 10:19

    Bonjour

    merci de ta mission de nous faire connaitre un peu mieux la vie des gens du voyage

    continue bien le chemin et ne nous abandonne pas

    5
    Mardi 5 Septembre à 12:10

         Ce que tu écris me laisse sans voix!Quoi tu veux nous abandonner...Non....prends soin de toi et reviens!

    6
    Mardi 5 Septembre à 21:55

    Bonsoir,

    très touchant votre écrit qui sort de votre cœur, en tout cas j'espère que toutes les personnes ici qui vous apprécie y compris moi nous allons continuer à vous lire.

    Bonne soirée et prenez  surtout soins de vous 

    Lucette

    7
    Mercredi 6 Septembre à 04:00

    Bin alors quoi ? Un petit coup de mou du loup ????

    C'est fini, oui !?

    De sages paroles ont été écrites en commentaires. Entends les ...

    8
    Vendredi 8 Septembre à 11:55

    Moi je compte sur toi pour rester avec nous......en ce moment, c'est moi qui m'éloigne un peu mais.......comme dit Lucky on va on vient et on revient clown

    Et puis, pourquoi partir ??? tu es très à l'aise parmi nous non ?    et apprécié qui plus est ...... alors je te dis à très vite !!!

    Bises Loup.... et pour toi net pour Catinou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :