• La panne séche

     

     

     

    L'idée est survenue alors que je ne m'y attendais pas.

    J étais tranquille j' étais peinard, prés du feu entrain-de faire griller un bout de lard ( c'est pour la rime) quant l'article de Laure a débarqué.

    La panne d'inspiration....c'est quoi ce binz ! A quoi ça sert.. c'est pourquoi faire ?

     

    Reprenant le cours de mon occupation je me suis dis «  ben mon cochon » (ça c'est pas pour la rime..mais le cochon c'est bon.....enfin pas pour tous les gens...enfin j'me comprends ) et tout en fristouilant devant moi le cochon m'a dit «  Eh... patate...réveille toi je brûle..faudrait voir à faire attention ! »

    Un cochon qui parle...je savais que pour la télé il pouvait se trouver dans l'espace (the MUPPET SHOW.) dans les rapports homme-femme (j'ai souvent entendu dire que les hommes étaient tous des cochons..mais que les femmes aimaient bien les cochons..dans ces moments là..mais alors pour les gens qui de par leur religion...n'aiment pas le cochon..enfin je m'embrouille …) Ce ne sont que des réflexions qui ne sortiront pas de ma tête...vu que je suis en panne d'inspiration.

     

    Revenons à la réalité de Laure, d'alors.

    L'idée est là au plus profond de nous mêmes..de nous z'autres comme le disent les autres, elle est ancrée mais pas encore encrée et c'est là que le bats blesse..comme le disent les ânes bâtés.

     

    A ce sujet avez-vous remarqué, amateur de cochon, que les ânes se congratulent entre eux, se félicitant de faire partie de cette catégorie, se congratulant, époussetant l’arrière train à grand coup encensoir et s’époustouflant qu'un plus âne qu'eux puisse leur dire « Asinus asinum fricate »

     

    Rassurons le lecteur invité à déguster mon cochon rôti, nous ne faisons pas partie de cette caste, nos écrits sont restés lettre morte...par panne d’inspiration.

     

    Je vous disais donc que les idées sont bien présentes, mais il manque cette force mystérieuse qui fera se transformer cette présence intérieure en un geyser. En un mot de poète de qui viendra ce coup de pied au cul qui vous fera général.

    J'ai souvenance du Grand Gilbert nommé BECAUD dans un fabuleux titre « la vente aux enchères ».

    «  - Monsieur est généreux, merci !
    Six sous, allons allons, six sous, c'est peu,
    Un coup de pied au cul.
    Sept sous, la dame en bleu.
    Une fois, deux fois, huit sous le soldat.
    Bravo, caporal !
    Ce coup de pied au cul te fera général ! »

     

    Pour faire avancer un âne (encore moi!) il faut une carotte, pour faire bouger les montagnes il faudrait un glissement de terrain, pour vous décider à aller au de là de vous mêmes que vous faudrait-il ? ...Une bonne raison de ne plus rester sur place.

     

    Je me réfugiais naguère derrière cette atroce citation «  un con qui marche ira toujours plus loin que deux philosophes assis sur un banc et qui le regardent passer »

    Pourtant il y a du vrai.

    Le con c'est moi, c'est vous si vous décidez d'avoir une bonne raison de ne plus rester sur place...ou à votre place....c'est à dire à la place qu'on vous a attribuée.

    Et qui a décidé que vous deviez occuper cette place ?

     

    Et si en changeant quelques mots comme le fait le vent sur les tuiles de votre toiture, en éparpillant vos mèches de cheveux sagement rangés de femme accomplie vous transformait en « cette rebelle qu'en passant les hommes interpellent », vous décidiez de ne pas marcher mais de parler !

    Parler, vous exprimer, donner votre opinion....Vous l'avez déjà fait ? « on » ne vous a pas écouté..autant en a emporté le vent.....

     

    Si la faim fait sortir le Loup Dubois, la peur fait se terrer les Duponts.

    Et il faudra un magistral coup de pied au cul (même si c'est une métaphore..le coup de pied au cul pour être invisible au lecteur doit être occulte!) pour décider de faire le premier pas...en écrivant.

     

    Avancer à toujours coûté à celui qui décide de faire cette première enjambée car il se trouve soudain seul..en proie à tous les doigts pointés dans sa direction. Et c'est là que vous vous inventez les bonnes raisons pour ne pas avancer....  Pas de problèmes j'ai de la suite dans les idées.

     

    .a suivre.

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Pourquoi j'écris et pourquoi je crieLa panne sèche...suite »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Mai à 07:58

    J'ai cru que ta muse était en repos vu que c'est le jour de la fête du travail!
    Mais tu dis que les idées sont bien là, alors c'est moi qui te le mets ce grand coup de pied au .....

    A bientôt donc mon frère Loup.

     

      • Mercredi 3 Mai à 17:59

        Aie ! coup au but !..je viens de prendre un coup de Lune !

    2
    Lundi 1er Mai à 08:37

            Tu as encore les idées donc je te lirai encore longtemps!Te mettre le coup de pied au cul me serait du domaine de l'impossible sauf virtuellement mais pourquoi ferais je cela à un ami que j'adore vraiment (même sans le connaître autrement que virtuellement)....J'adore tes écrits même si je ne peux y répondre faute d'avoir ton bagout.Tu vois,voilà que je m'invente les bonnes raisons pour ne pas avancer!

    D'ailleurs suis fatiguée et puis ......suis fatiguée et encore ....suis fatiguée.

    Et interrogative !

    bisous

    Sabine

      • Mercredi 3 Mai à 18:01

        A genoux ou sur les mains....je vais te le suivre ce chemin...(BECAUD)

        Sabine la Bien heureuse te rends tu compte du chemin parcouru ensemble...et c'est pas fini ! Tu es incroyable !

    3
    Lundi 1er Mai à 08:54

    Ah, les coups pieds au c..., ce n'est pas agréable mais ça fait avancer. J'en prends tout le temps avec moi-même. Ce matin encore, je me suis aperçue d'un truc énorme, le pourquoi j'avance moins vite que je ne le veux dans l'un de mes projets... Je me suis donné un bon coup de pied (moral, j'entends) et je vais mieux avancer, c'est certain. Evidemment, ce coup pied au c...a à voir avec mon organisation, ma volonté, et ma peur. C'est toujours cette trinité-là qui me met les bâtons dans les roues... Classique. On en est tous là.

    C'est amusant que tu cites Bécaud : figure-toi qu'il est né dans ma rue, et que j'ai une vue directe sur l'appartement où il est né !

    Si mes coups de pieds sont salutaires, j'en suis ravie. Comme tu dis, le plus difficile est de commencer. Je m'engage pour ma part à appliquer une leçon tous les jeudi de la formation que je suis, pour mener à bien mon projet. Et ce jusqu'à avoir terminé ma formation et lancé mon projet. Voilà : un engagement, il n'y a rien de plus fort pour avancer. L'inspiration viendra en apprenant. Et ça ne sera pas forcément facile. Mais si je veux passer générale...

    Je te souhaite une coupe pleine d'inspiration !

      • Mercredi 3 Mai à 18:05

        Laure...N'oublies jamais que c'est toi qui m'a fait redémarrer...de la fuite dans les idées....Don't forget ! génial plombier !

    4
    Lundi 1er Mai à 09:40

    C'est marrant de constater comme l'âne et le cochon ont une importance capitale dans notre vie...

    Bon 1er mai, si possible très inspiré !

      • Mercredi 3 Mai à 18:10

        C'est vrai....constatation très réaliste !

    5
    Lundi 1er Mai à 11:41

    salut

    bon premier mai

     

    je ne vois pas ce que c'est cet article de Laure ??????????

     

    et bien pour la fête du travail, tu ne chômes pas ah ah ah

    tu avances dans tes idees, tes ecrits, c'est bien,

    parfois certains reculent plutot qu'affronter l'horrible vérité et de se nettoyer du mauvais coté en eux

    donc si tu te sens propre avec toi meme, continue, avance

      • Mercredi 3 Mai à 18:08

        "panne d'inspiration" de Laure GERBAUD sur google +....des vérités sur nos peurs et nos excuses à ne pas avancer !

        Avec des commentaires comme les tiens..comment veux-tu que je baisse les bras....c'est de la dynamite !

        MERCI

    6
    Mercredi 3 Mai à 20:33

    C'est curieux, parfois on baisse les bras, même très longtemps,.......les maux, les angoisses, les peurs nous paralysent.....  et puis "une étincelle, un rien, un geste" et on redémarre, on respire un grand coup et on avance !!! Je pense que l'inspiration va avec !!!.....Mais ce qui est essentiel, ce sont les encouragements et l'absence de pression néfaste, il faut que la décision d'avancer vienne du plus profond de nous pour être véritablement efficace.....ceci dit, moi je ne suis pas très "coup de pied au cul " ok ça fait sursauter, mais à long terme ????? je suis plus douceur et compréhension....en fait tout dépend de chacun, clown clown clown et du fameux coup de pied, s'il est donné avec amour........pourquoi pas he

    Bises

     

      • Jeudi 4 Mai à 02:40

        Vive les coups de pieds "occultes " invisibles, indolores mais efficaces !happy

        Jolie fleur du printemps ..ne te laisse pas cueillir par n'importe..quoi ou qui...accepte de te laisser "sentir" et "humer"  .....money que ton parfum embaume les esprits et marque par ta présence tes absences.sarcastic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :