• La Louve que tu étais....la Femme sauvage

    Quelques temps après mon arrivée dans le monde des blogs, j'ai été la « victime consentante » d'une Louve qui m'a conduit vers son auteure préférée.

     

    J'ai exploré ce monde étrange et pourtant oh combien réconfortant, je fais allusion au monde du Loup et de son peuple.

    A mon tour en ces temps de disette de communication (because le grand rush deselections) de vous livrer quelque textes à réfléchir (oui je sais....vous auriez préféré des textes à...enrichir  ).

     

    JE VOUS DEMANDE DE VOUS FAIRE UNE OPINION PAR VOUS MÊME

     

    Vos commentaires seront les bienvenus.et même si comme à l’accoutumé vous vous déguisez en courant d'air...par ces temps de canicule vous serez encore les bienvenus.

     

    Clarissa Pinkola ESTE : 

    « Les loups sains et les femmes saines ont certaines caractéristiques psychiques communes: des sens aiguisés, un esprit ludique et une aptitude extrême au dévouement.

    Relationnels par nature, ils manifestent force, endurance et curiosité.

    Ils sont profondément intuitifs, très attachés à leur compagne ou compagnon, leurs petits, leur bande.

    Ils savent s’adapter à des conditions perpétuellement changeantes. Leur courage et leur vaillance sont remarquables. »

     

     

    LE RÊVE DE LOUP

    Cette nuit, le loup m’a rendu visite.

    Il m’a dit :


    « Aime-les, protège-les,
    Mais mange-les s’il le faut.
    Couche-toi, tapis-toi et écoute.
    Lève-toi et chasse. Lèche leurs larmes
    Mais arrache-leur la bouche s’il le faut.
    Retiens ton souffle et perce la nuit.
    Hurle tes peines et tes rires au vent, toujours.
    Creuse sans relâche et fais-toi un abri chaud et sûr.
    N’oublie quand même pas de courir dans la neige, dans les prés, juste pour bouger,
    et parce qu’il est bon de se croire parfois sans ennemis. 
    Mais tranche-leur la gorge s’il le faut.
    Il s'est approché de moi encore.

    « Viens, caresse-moi. Aime-moi sans mesure, sans réserve.
    Mais n’hésite pas à me tuer s’il le faut. »

     

    LA LOUVE QUE TU ÉTAIS


    pour éviter de jouer les petites marchandes d'allumettes, 
    il faut impérativement effectuer un geste essentiel.
    Il faut refuser de perdre votre temps avec ceux qui ne vous soutiennent 
    pas dans votre art, dans votre vie.
    C'est dur mais c'est vrai.
    Sinon, vous allez mener une vie réduite qui va geler toute pensée,
    tout espoir, vos dons, l'écriture, la peinture, le théâtre, la danse.

     

    Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d'un savoir immémorial.

     

    Chaque femme a en elle  "LA FEMME SAUVAGE"

     "je cite:

    Mais la Femme Sauvage, comme la nature sauvage, comme l'animal sauvage, est victime de la civilisation.

    La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu'elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde.

    Pourtant, si éloignées que vous soyez de la Femme Sauvage, votre nature instinctuelle, vous sentez sa présence. vous la rencontrez dans vos rêves, dans votre psyché. Vous entendez son appel. C'est à vous d'y répondre, de retourner vers elle dont vous avez, au fond de vous-mêmes, tant envie et tant besoin.

    De par sa double tradition de psychanalyste et de conteuse, Clarissa nous aide à entreprendre la démarche grâce à cet ouvrage unique, parcouru par le souffle d'une immense générosité.

    A travers les " fouilles psycho-archéologiques " des ruines de l'inconscient féminin qu'elle effectue depuis plus de vingt ans, elle vous montre la route en faisant appel aux mythes universels et aux contes de toutes les cultures, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe-Bleue à la Petite Marchande d'allumettes.

    La femme qui récupère sa nature sauvage est comme les loups. Elle court, danse, hurle avec eux. Elle est débordante de vitalité, de créativité, bien dans son corps, vibrante d'âme, donneuse de vie. Il ne tient qu'à vous d'être cette femme-là.

    A vous de penser en toute Liberté....si vous savez encore le faire.

    « Aller au charbonHistoire de sablier »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Juillet 2016 à 16:18

    Oui, je revendique ce côté femme sauvage, mais avec un bémol, sauvage mais toujours douce !!! Tu vois, dans ton paragraphe "rêves de loup" il y a un côté cruel  auquel je ne peux pas adhérer .................. je me ferais donc manger, pas de doute la dessus   he  !!! par contre, j'aime beaucoup les paroles de Clarissa ................

    Donc, mon côté femme sauvage est, il est vrai très limité, mais bien présent et aimerait se développer d'avantage,............ dans mes rêves par contre, il s'exprime tant et plus sarcastic mais il est souvent très dur de réaliser ses rêves cry et malheureusement je ne pense pas qu'il ne tienne qu'à nous d'être la femme que tu décris, la réalité de la vie se charge de nous mettre des bâtons dans les roues ................... et bien souvent, ce sont plus, des poutres que des bâtons !!!  snif !!! sans oublier que je suis effectivement une victime de la civilisation !!!

    Et pourtant, pourtant, si tu savais comme tu me fais rêver avec cet article !!!

    Bisesss Loup

    2
    Samedi 30 Juillet 2016 à 18:18

    " - Certaines femmes ne sont peut être pas faites pour être apprivoisées.
    Elles ont peut-être juste besoin de courir, libres, jusqu’à trouver quelqu’un d’aussi sauvage pour courir avec elles".

    Candace Bushnell

      • Mardi 2 Août 2016 à 16:47

        Tu as tout dit.... sœur de Lumière.

    3
    Mardi 2 Août 2016 à 14:12

          Je n'ai plus le temps......(désormais il m'est compté)...."de perdre mon temps avec ceux qui ne me soutiennent pas dans ma vie!". Je pense que tu l'as compris avec mon vécu que je t'ai offert!

    J'ai ce besoin d'avancer ,de courir ,de danser ,de chanter ,de Vivre ....de transmettre mon vécu!

    Je dérange parfois certes mais alors sous les "quolibets",les agressions , ,comme le roseau,je plie mais ne romps point.

    J'ai toujours a faire,je peins ,je crée....

    Aux pires moments de tristesse,je sais ,qu'après les larmes,je me remettrai en route .

    Je suis revenue avec une force en moi...Je veux partager ...

    Ai je tort.....

      • Mardi 2 Août 2016 à 16:45

        Tu as trouvé ta voie...suis ce chemin qui te conduiras à ta nouvelle vie.

        Tu as des amis invisibles.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :