• La LOGIQUE DE NOS MAUX (en attendant la suite )

    Logique de nos maux

     

    «  Ne pars pas les mains vides »

    Quel homme n’a pas entendu cette interpellation jetée au moment de quitter la table , lieu de communion  , propice à la discussion sur la façon d’achever  une partie de jambes en l’air entre une cuisse de poulet aux morilles et un pied de cochon  gratiné ?

    Ce leitmotiv a le don de me mettre l’écume aux naseaux à tel point que je préfère continuer mon repas sans pain (ce qui et bon pour ma brioche) sans sel (ce qui est bon pour mon cœur) sans vin (ce qui ne sera pas profitable  à ma sieste).

    Tout en marmonnant je ne sais quelles imprécations, je songe à cette douce nuit d’été durant laquelle j’ai accepté le meilleur mais pas le pire…..Mais sacrebleu, si çà continue je vais la prendre au mot !

    Oui je pars…… mais les mains pleines !

    Dans le sac de voyage, j’emporte un nécessaire de survie (vivre sans elle ?  vous n’y pensez pas !) , ma carte bleue (où ai-je mis ce foutu code ?), des vêtements pris au hasard (cet ensemble de chez truc-moche, celui qui me fait ressembler à un Kosovar et qui la fait hurler), ma boite de médocs  (et oui mon gars ! t’es plus de la première jeunesse),  mon porte feuille ( dans quel blouson l’ai-je oublié)…. bon trop compliqué tout çà… je prends simplement les assiettes, la panière à pain, la carafe de vin, la salière, la poivrière… oui bien sûr chérie je n’oublie pas de changer de chaine de télé en partant !..  je sais tu ne supportes pas J.P PERNAUD tout comme toi je préfère le RICARD .

    Comme quoi avec un peu de bonne volonté, tout peut s’arranger !

    Une fois de plus j’ai baissé mon pavillon et non pas mon pantalon palsambleu !

     

     Il y a des jours pendant lesquels  j’en ai plein le dos et le bas du dos…. tiens, pourquoi ne pas dire ras-le-cul ?   Question d’éducation, de bien séance ou de précision morphologique quant à la situation du problème ? Je découvre ces expressions qui émaillent nos parcours de vie ou de survie de tous les jours, ne seraient-elles pas en rapport avec  les « mal être » que nous extériorisons ? J’ai souvenance d’une  de ces dernières, grivoise et malodorante  à souhait mais qui replacée dans ce con de texte arrive comme un cheveu sur la souple et repart comme un pet de lapin sur une toile cirée.

    Je vous la  glisse en douce : de J.M Bigard : pet contenu, furoncle au cul.

    Que les dames qui seraient choquées d’une telle hardiesse de ma part, me rayent de leurs cercles mais c’est la vérité vraie, celle qui sort de la bouche des enfants (oh sacrilège !)  si tu ne dis pas ce que tu as sur le cœur… histoire de te soulager... tu vas droit vers un titre de propriété d’un « furunculus ou tumeur inflammatoire »……  en gros c’est la cata, il faut dire à cet embourbeur ce qui te remplis  le bas du dos,  c’est une question de vie ou de mort.

    Revenons à nos préoccupations linguistiques.

    Ne trouvez vous pas qu’il y a une logique entre nos expressions de ras-le-bol et l’apparition de nos maux ?

    Car il faut bien s’en rendre compte, nos petits bobos s’ils ne contribuent pas à enrichir les exploiteurs du VIDAL (bible du médecin) font tout de même la joie du tiroir caisse de nos apothicaires.

     En aparté, les pharmaciens  de nos villes ne vivent bien que grâce à notre mal être… la maladie coûte cher ….  Mais le malade rapporte.

    Ne pas trop s’écouter mais faire attention à tous ces petites alertes données par notre corps ….

    Il faudrait avoir les Portugaises ensablées pour  rester sourd à ces petits détails qui font que : ce matin je ne me sens pas bien. (Rien à voir avec une concurrente  lusitanienne du PARIS-DAKAR qui voulant sortir des ornières du quotidien s’est embourbée dans un chemin de traverse).

    Drôle de comparaison entre le matériel auditif dont la vie vous a doté et la Crassostrea  Agulata ou huitre portugaise.

     La seule comparaison qui s’impose réside dans la forme  de ce mollusque bivalve et de ce que l’on nomme en argot « l’étagère à mégots ».  Pierre PERRET les surnommait « les cages à miel » rapport à l’excédent de cérumen qui parfois encombre et enlise la trompe d’Eustache et rend inaudible les sons venus de l’extérieur….  C.Q. F.D …..  Fermez le banc (de sable bien sûr).

    De retour à la sainte table et non pas à la table de la sainte….mais çà j’y reviendrais plus tard, j’en profite pour esquisser  une série de pas de coté, histoire de ne pas les mettre dans le plat.

    Remarquez qu’il faudrait être un sacré artiste de cirque pour quitter le plancher des vaches et sauter sur la table pour éventuellement atterrir la voute plantaire en premier, dans un plat vide, seul souvenir de feues les grillades.

    Mettre les pieds dans le plat : c’est aborder de façon maladroite un sujet épineux, voir brulant et qu’il ne faudrait évidemment pas aborder !

    Pour éviter de jeter de l’huile sur le feu, je n’y suis pas allé avec le dos de la cuillère… oui il faudrait être vraiment con pour se servir de la partie convexe d’un instrument prévu de façon concave à contenir… pourquoi pas un grain de sel,  métaphore péjorative pour exprimer une pensée ou une parole qui n’a rien à faire dans ce débat !

    J’en étais donc à cet instant où la sainte qui me supporte depuis quelques années, me demandait ce que j’aurais été censé répondre à : « pars pas les mains vides ».

    Il y a un état de  fait que nous les hommes nous connaissons bien. C’est c e sentiment d’injustice dont nous sommes victimes.  Vous les femmes faites preuve d’une mauvaise foi évidente à notre égard….entamer une discussion  débouche inévitablement sur une scène de guérilla orbi et urbi.

    Comme le disait mon père «  je perds intelligemment et vous gagnez bêtement ».

    Sentant arriver la discussion qui nous mènerait à cette heure tardive de la soirée, vers ce que Catinou appelle « la nuit passée à l’hôtel du cul tourné », j’ai balayé d’un revers de la main cette sournoise insinuation que l’Homme ne mettait pas souvent  la main à la pâte.

    Je précise sans aucune grivoiserie de ma part que la position dite de : « la nuit du cul tourné » implique que l’être aimé  tourne  le dos à son conjoint sous un prétexte typiquement féminin : -j’ai sommeil – non pas ce soir –je regarde le film -…. Elle fait la gueule en quelques sortes…  ce qui ne l’empêche pas de mettre la main à la pâte.

    Tout est une question d’interprétation. C’est bien pour cette raison que ce soir je vous laisse librement interpréter ce texte…

    A suivre

    « cacophonie de Loups ?QUAND LE VIN EST TIRE........... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Janvier 2016 à 07:56

    Ouf! J'ai donné, mais grâce au destin je suis sorti de cette galère et la princesse qui a accepté d'unir son destin au mien n'aime pas se compliquer la vie, et la vie n'est qu'harmonie pour chacun de nous

    Amicalement

    Claude

    2
    Mardi 19 Janvier 2016 à 06:08

    C'est pas compliqué de vivre en harmonie avec l'autre, tu y met de l'amour beaucoup d'amour, du respect l'un envers l'autre,et si tu dis des mots que tu ne devrais pas dire il y a les excuses, pas compliqué... mais ça c'est mon point de vue et pas forcement celui des autres.

    gif

    bonne journée

    bisous

    marie

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 19:03

        L'harmonie  est un art à développer lors de l’exécution des nos partitions. Que nous soyons premier violon, soliste, ou simple jouer de triangle, il nous faut faut pour éviter la cacophonie, vibrer à l'unisson.

        Et lorsque le concert de nos vies est terminé, le "chef d'orchestre " bienveillant en voyant ranger nos instruments nous rappellera "qu'il ne faut pas partir les mains vides "

        Merci pour vos partages et votre présence.

    3
    Mardi 19 Janvier 2016 à 08:24

    Ben voyons vieux loup tu grognes un pet  .... à ma maison , l homme dit au fils ' ne pars  pas les mains vides"  et bé  lui se lève parfois(souvent) sans rien prendre oh moi aussi ......  là c'est " fait ce que je dis pas ce que je fais" .... (rire) ra lala ces hommes jamais  contents quand ça ne  va pas dans leur sens !! mais que ferait on sans homme et que feriez vous sans nous 

    Claude tu revis   ahah t as donné ??? ah "pouvou que ça douuuure"  et  je te le souhaite !!!

    4
    Mardi 19 Janvier 2016 à 17:04

    Ciao Loup, en forme à te lire !

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 18:32

        Ben mes cadets..ben mes p'tits frères..pour une surprise c'est une surprise !

        J'ai tenté de m'aventurer à  pas feutrés sur ton blog...no way...mes commentaires  sont passé à la trappe! 

        Je subodorais que la chasse au Loup avait été déclarée......tu me fais grand plaisir de te souvenir de notre amitié.

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 20:43

        Ne déconne pas (parfois, il faut être direct), je ne pratique pas la censure,
        et j'apprécie ton sale museau

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :