• L'HOMME AUX YEUX DE LAPIN (suite N° 2)

    Le soir venu, les trois hommes que j'avais embauchés pour effectuer ce travail avaient besoin de se dégourdir les esprits.

    Prudent je l'étais par habitude avec ces gens. Je prélevais un tiers de la somme que je leur devais en paiement de leur travail.

    L'argent ainsi « épargné d'office » était remis de la main à la main aux femmes.....pour qu’elles puissent assurer un entretien correcte de leurs enfants.

     

    Première halte de ce chemin de croix.

    Le bar restaurant situé à la sortie du village dans lequel je suis installé. La bière est fraîche et ne doit pas attendre sur le rade du bar..qu' à cela ne tienne...vite fait bien fait...les premiers billets s'envolent à tire d'aile... la tireuse de la bière était sous pression.

     

    Les quelques kilomètres qui séparent la ligne de départ du lieu de stationnement s'effectue sans problèmes par les chemins de contrebandiers moins fréquentés par la maréchaussée.

     

    Seconde halte....Faudrait peut être penser à mettre quelque chose dans l'estomac !

    Quatre gros pains de campagne, cinq paquets de chips, quatre poulets, deux calandos et cinq bouteilles de Cognac ….de quoi terminer la soirée en beauté !

    Les quatre premières « Martel étoilées » sont pour la communauté et la « der des der » est pour le père...on a du respect pour les traditions chez ces gens là !

     

    Soit dit en passant sur l'égratignure que je fais à Martel (pas le Charles de Poitiers) mais celui de la marque du même nom est justifiée. Après la soirée trop arrosée, le lendemain au réveil ils se sont mis « Martel en tête » dans le sens où il y a comme une sorte de furie sauvage qui galope dans le crâne que seule l'aspirine peu stopper.

     

    Le moyen de locomotion chez eux m'a de suite captivé.La famille possédait quatre roulottes hippomobiles.

    Quand il faut faire le plein des véhicules qui tractent les roulottes, les problèmes pointent le bout de leurs naseaux....Si c'est encore assez facile de remplir de carburant un réservoir, c'est une autre paire de manches que de nourrir des chevaux épris de liberté.

    Un des gails du père, trouvant que l'herbe était plus verte chez le voisin, avait défoncé la barrière d'une propriété, suite à une envie subite, se régalant des parterres fleuries et de quelques plantes soigneusement bichonnées par une brave dame.

     

    Des mots, gros et vindicatifs s’échangèrent, le garde champêtre fut saisi de l'affaire du siècle et devant les menaces de dépôt de plainte, je suis intervenu pour calmer les belligérants.

     

    Mon intervention consistant à laisser une poignée de billets sur la table de la victime a ramené le calme.

     

    Ce soir, je suis invité à partager le repas ….et le cognac.

    Le grand feu qui toute la soirée a réuni les membres de la famille, donne ses derniers rougeoiements, créant une ambiance plus intime.

    Le vieux chef de famille est complètement ivre. Il finit de vider une bouteille de rachidi ( traduire par : la brûlante, si vous préférez de l'eau de vie...qui donne la mort!).

     

    Les tiknés (les petits) sont dans les roulottes.Des matelas sont alignés sur les planchers, les enfants une fois couchés, sont recouverts de gros édredons de plume d'oie qui leur garantissent une douce température.

    Les femmes sont affairées à divers travaux ingrats et leurs maris se saoulent tranquillement.

     

    Juste avant de quitter la place de stationnement, je remercie l'Ancien, qui dans un sursaut de connerie allait déclencher une suite de fin de soirée beuverie que je n'avais jamais eu à maîtriser jusqu'à ce jour.

     

     

    Il m'agrippe le bras gauche et me tire à lui .Nous nous faisons face à face, son haleine de poivrot me donne la gerbe.

    Je vous traduit ces hoquets : « Rachai...t'es un frère..je te donne ma fille Sonia...prends la pour la nuit... ».

    Pour me remercier de divers services rendus cet homme pour qui j'étais un « pasteur » m'offrait sa fille en remerciement.

    « Accès de douce folie (SUITE)Excès de douce folie (suite....si vous le voulez bien) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Mai à 20:48

    No comment.

    (ah bin mince : j'ai commenté)

    2
    Vendredi 19 Mai à 12:11

    Ben dis donc !!!  drôle de mœurs !!! ça ne devait pas être toujours agréable comme ambiance !!!

    Allez je poursuis clown

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :