• L ' HOMME AUX YEUX DE LAPIN

    L'homme aux yeux de lapin

     

    Cette étrange histoire prend ses racines dans la communauté des Gens du Voyage dont j'ai fait partie pendant de nombreuses années.

    Elle se déroule au sein même de la communauté des Manouches implantés dans la région CENTRE FRANCE et plus précisément dans les villages de la vallée d' Allier (puy-de-dôme).

     J'exploitais un commerce de récupération de métaux et de vieilles brocantes, à ce titre, je recevais une clientèle qui venait régulièrement échanger contre monnaie sonnante et trébuchante divers marchandises. : Restes de chantier, métaux non ferreux, vieux meubles et véhicules destinés à la casse.

    Je vous invite à partager les aventures d'un membre de cette communauté, nous étions à ISSOIRE, dans les années 80. 

    Je n'ai jamais su son nom de famille, les Manouches le surnommaient  '' HAZO YAK '' ou l' ''homme aux yeux de lapin. ''

    C'est son beau-frère Bougodon qui me l'a présenté.

    Un matin, alors que je m’appétais à recevoir la clientèle de nomades livrant les fruits de leur dur labeur de la veille, "Bougodon " se présenta devant mon hangar, il était accompagne d'un jeune garçon.

    «Je te présente mon beau frère, il a quelque chose à te demander».

     Le garçon devait être âgé de 18 à 20 ans,, maigre, mesurant 1,60 mètre il portait un pantalon de costume sombre rayé, une che­mise qui autre fois avait été blanche, un gilet de costume et... pas de chaussures.

    Ses cheveux noirs de geai tombaient sur ses épaules. Sa figure basanée en lame de couteau était disgracieuse car un nez aquilin et des dents plantées dans le désordre ne sont pas ce que j'appellerai des atouts pour plaire.

    Il s'exprimait avec difficulté dans un français de base mélangeant des mots qu'il avait entendus au cours de conversations avec les gadjés, des mots d'allemand et de romani.....

    La nature lui ayant joué « un petit tour à sa façon » il était obligé de tourner la tête de biais, car il ne pouvait voir de face la personne avait laquelle il s' entretenait.

    Vous connaissez maintenant les raisons de son surnom.

     

    Ce martien était planté devant moi, la gueule de travers et il m'observait.

    «il va se marier et à besoin de lovés, tu veux pas lui donner du travail».

    Que sait-il faire?

    «Chépas mon Philippe, t'as vu nous on est des trimards!, mais si tu veux après il te prêtera sa femme pour te remercier ».

    A SUIVRE......ce n'est que la mise en bouche.....

     

    « La statueExcés de douce folie »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Mai à 22:09

    Oh la vache !

    Ca commence bien ! (et je ne me moque pas ! )

    2
    Dimanche 14 Mai à 09:34

    Et avec toutes ces qualités il a réussi à trouver une femme ? Tu m'diras... si elle a elle aussi certaines qualités de lapine, les nuits seront chaudes...

    Bonne journée

    3
    Dimanche 14 Mai à 09:55

    Un certain sens commercial..............qui pourrait ,peut être ,ne pas plaire à madame.A moins que son avis ne compte pas.happy

    4
    Dimanche 14 Mai à 10:16

    Bonjour Loupzen

    Pas gâté le garçon...

    Passe un beau dimanche !

    5
    Lundi 15 Mai à 09:49

    Ho là là !!!  ça démarre fort ........................... clown je poursuis ma lecture

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :