• Je vous parle d'un temps.....

    Bonsoir, 

    Changement de ton car.....je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre.....mais...ou est passée ma bohème ?

     

    En Auvergne, dans les méandres de la rivière Allier, se lovait une guinguette fréquentée en semaine, par les gens de passage et le dimanche, par les amateurs de friture et de valse à nénette. On aurait pu y rencontrer Renoir, et ses pinceaux, tant l'endroit était charmant ,et baigné de quiétude.

    La tôlière était surnommée ‘ La Stella’.

    J'avais comme une petite idée pour ce sobriquet, le nom d'une bière d'Artois ne devait pas y être étranger et j'avais souvenance d'un grand panneau publicitaire ornant l'entrée du caboulot.

    Mon beau-père avait connu l'endroit au temps de sa splendeur,puis l'auberge était devenue gargote, les temps avaient changé.

    Notre tenancière était dotée d'une forte personnalité, il le fallait bien, car en compagnie de sa belle-fille, elle menait demain de maîtresse , les fourneaux et la clientèle composée  d'ouvriers œuvrant dans les environs et de commerciaux de passage.

     

    Mes tournées de chiffonnier, me conduisaient à fréquenter les gens du coin. En pénétrant dans ces lieux, j'avais droit à un sonore ‘'salut le Manouche’'.

    Les clients présents me dévisageaient, et pour rompre le silence accusateur qui venait de plomber l'ambiance, la patronne lançait  : « ce n'est pas un voleur de poules, il ramasse que les vieilles brocantes.. Jojo, tu ne voudrais pas te débarrasser de ta femme ! ». mais quel humour !.

    Cet endroit nous servait de chapelle. Géographiquement, il se situait à portée de fusil du campement de mon ami Riton. Après chaque coup de commerce, nous allions prendre un bain de bière.

    Dans un coin de la salle de restaurant, sur un vaisselier sans age, trônait une tête de sanglier, vestige de la présence du « cochon sauvage «  dans cette région.

    Nous avions pour habitude de le saluer en pénétrant dans cette zone en prononçant cette phrase : « encore un que les Allemands n'auront pas » et nous portions un toast à cette noble relique.

    Puis la patronne nous amenait à boire et tranquillement installés nous partagions les bénéfices de nos échanges commerciaux.

    L'alcool aidant, les langues se déliaient permettant ainsi de connaître les nouvelles, d'un milieu très mouvant, et non avare de coups tordus. En ce jour bien précis,la tradition fut respectée.

    Après de nombreuses tournées, l'heure de l'apéro du soir se rapprochant à grandes enjambées, il fallut se rendre l’évidence l'estomac criait famine.

    « Tu veux déjeuner beau-père? » une petite omelette au jambon ferait bien l'affaire....Pourquoi pas !

    Aussitôt dit , aussitôt avalé ! Omelette et cochonnaille, fromage furent de la fête avec en prime du bon vin .

     

    La Stella et sa belle-fille faisaient les allées et venues entre notre table et la cuisine, nous aidant à terminer les tournées servies. Comme on disait :« il y avait du tangage »

     

    Notre hôtesse avait la réputation de guérisseuse à ses heures perdues.

    On lui prêtait des dons et Dieu savait combien de temps elle avait passé à manipuler toutes les articulations douloureuses ... En vain !

    J'avais eu ce jour-là ,une idée fumeuse.

    Aidé par l'alcool ingurgité, je me souvenais m' entendre dire : « Beau-père, vous n'aviez pas mal au dos ? ».

    Avant que le samu n'arrive sur place, notre guérisseuse , cuisinière-patronne était là, droite comme un piquet d'acacias, les sens en alerte, les yeux comme des gyrophares, prête à bondir « Ah, je savais bien que quelqu'un avait mal, toi viens par ici ».

     

    Les refus de ce pauvre futur plaignant ne suffirent pas à endiguer la volonté de cette brave femme, à blesser un peu plus un mourant.

    Ne point tirer sur l'ambulance ...et si  la guérisseuse s'en chargeait ?

    Le Beau-père fut traîné manu militari dans la cuisine, emporté qu'il était, par le vouloir du bien faire de la sauvagesse.

    Les autres compagnons, dont je faisais parti, nous nous écroulions de rire au deviné de ce qui allait se passer.

    Et pendant que la sage-femme massacrait le dos de l'homme perdu, un des frères de la côte (c'était comme ça que j'appelais les manouches) comptait fleurette à la belle-fille, au beau milieu des cageots de légumes.

     

     

    Une fois l'affaire terminée, redoutant la colère de sa belle mère et prise de remords.... elle alla se plaindre, des gestes déplacés du soupirant.

    Ce qui restait de mon beau-père, le pauvre , est revenu en boitillant, jurant mais un peu plus tard ,qu'on ne l'y reprendrait plus.

    Pour se donner du courage, tel le condamné qui sentait que l'affaire se présentait mal, il avait ingurgité une rasade d'eau-de-vie de poire...dernière volonté du supplicié !

     

    Et c'est, la bouteille à la main, l'air hagard, les gestes un tant soit peu désordonnés que le pauvre homme tentait difficilement de regagner le monde des rescapés.

     

    Tellement heureux de s'être échappé des griffes de l'ogresse, il ne fit pas attention au départ précipité que les événements nous ordonnaient de prendre.

     

    Les libations s’ interrompirent brusquement.

    C'est sous sous les vociférations des deux hôtesses, que nous avons pris nos jambes à nos cous...sauf Beau-Papa à qui il était impossible de mettre en marche ses jambes, vandalisées par cette harpie.

    Je crois, que dans la fuite, nous avions « oublié » de régler nos trop nombreuses consommations.

     

    Chacun était reparti « chez soi » Le retour s'étant effectué sans encombre, je connaissais les « chemins des manouches » comme le disaient les gens d'ici, les chemins de traverse, que la maréchaussée ne fréquentait pas .

     

    Le retour « at home »se déroula sans ennuis, les fous rires couvraient allègrement le bruit du moteur.

     

    .Mais les bonnes choses ont une fin !

     

    Quand nous partions en vadrouille en compagnie de mon beau-père, le temps ne comptait plus..l'aventure c'était l'aventure.... et le retour à la réalité prenait parfois une tournure à laquelle je finis par m'habituer.

     

    Nous n'avions pas remarqué que l'astre solaire venait de descendre à la cave...a moins qu'il ait choisi d'aller se rouler dans les plumes...au dodo...nous aurions dû en faire autant.

     

    En arrivant nuitamment sur notre lieu de stationnement, j' ai eu un pressentiment...

     

    Un petit coup de patte à la porte de la caravane et....Oh! Stupeur le gouvernement était là , au grand complet derrière la porte telle une escouade de CRS lors des grands jours de mai 68.

    Ma belle-mère et les filles unies devant notre front commun !

    «  Dehors, les Romanos, passez votre chemin, voleurs d'enfants et de poules ! »

     

    J'avais revécu, un remake de «  gare au gorille », lorsque les femelles du canton de Brive-la-Gaillarde, assommèrent à coup de tétons, les pauvres gendarmes sur la place du marché.

     

    Devant l'afflux des noms d'oiseaux et des adjectifs s'y rapportant, nous avons battu en retraite chez mon beau-frère, qui pour nous remonter le moral, nous confia une bouteille de Ricard en mal de compagnie.

     

    Des fous rires garantis en voyant l'affolement de la belle-sœur,devant la situation, d'autant plus que tard dans la soirée, la bouteille d'apéritif anisée, resta désespérément vide devant les trois compères bien éméchés.

     

    Ce n'est que très tard dans la nuit ,en compagnie du Beau-père, que nous avions trouvé la force ,de regagner nos pénates, le piquet de grève surveillant l'entrée, s'étant enfin endormi.

     

    Quant au lendemain.........

     

    « L'EtiquetteTombe la neige.... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 15 Novembre 2016 à 21:56

    Oui !!! quant au lendemain ...........................j'imagine !!! MDR !!! ha Loup.................je pense que tu en as vécu de toutes les couleurs !!! Merci de partager avec nous !!! je pense qu'une petite vie pépère, ça n'a pas trop été ton truc !!!  he vie riche en rebondissements de toutes sortes je suppose !!!

    Continue à nous enchanter !!!

    Bises et à très vite !!!

     

      • Mercredi 16 Novembre 2016 à 03:41

        Oui il est vrai ! et quelque chose me dit que ce n'est pas fini !

    2
    Mardi 15 Novembre 2016 à 22:29

      ........J'adore ta façon de conter ce qui fut ta vie!

    Bisous

    Sabine

      • Mercredi 16 Novembre 2016 à 03:43

        ..la tienne ne manque pas de piments !  je te suis reconnaissant du partage que tu as fais de  tes expériences..tiens bon !

    3
    Mercredi 16 Novembre 2016 à 09:14

    Oui, y en a des choses qu'on a vécues et qui ont disparu... les guinguettes à Beauduc en Camargue, les paillotes sur les grandes plages sauvages en Espagne, bétonnées et transformées en immeubles et discothèques lazérisées... aujourd'hui, il faut faire gros et lourd !

    J'aime beaucoup ton récit !

    Bonne journée 

      • Mercredi 16 Novembre 2016 à 13:16

        Je réside en Camargue et j'ai bien fréquenté Beauduc.

        Cet été, la plage de Piemanson a été remaniée de fonts en combles......toujours le fric !

        A se relire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :