• Je suis malade, complètement malaaade

     

    Je suis malade, complètement malaaade

     

     

    « Et maintenant que vais-je faire »… était le titre et la fin d’un article rédigé en décembre. C’était aussi la fin et le commencement d’un combat de titan entre moi et….moi.

    A cet émoi suivait une période de doutes, de troubles, de remise en question.

    « Charité bien ordonnée commence par ma pomme » 

    A la question posée dans l’article « peut-on rire de tout » je suis définitivement convaincu  qu’il est possible de le faire à la condition d’avoir l’outrecuidance de  rire de « ses propres malheurs ».

    Mais le malheur n’est-il pas un coup de pied invisible donné par la vie ?

    Il peut se traduire par un coup de pied au culte si vous êtes en pétard avec une religion ou un coup de pied occulte si tout comme moi vous êtes un fou d’Afflelou, vu qu’à nos âges elle baisse et là  il y aurait encore beaucoup à dire sur les Abbesses ce qui nous conduit droit au but des coups de pieds au culte.

    C’est peut être ce coup de pied au cul qui vous fera général  comme le dit si bien Gilbert Bécaud (mais en le prenant mal et je le comprends).

    Je persiste et contre vents et marrées je maintiens cette supposition  qu’à toute chose malheur est bon.

     J’en parle en connaissance de causes et je devance les commentaires de celles et ceux qui portent dans leurs chaires meurtries les stigmates, cicatrices  et balafres de « ces bons coups de pieds qui auraient pu les faire généraux ».

    Passée la vague de l’indignation légitime et les adjectifs qui à coups sûrs m’affubleront les blessés de la vie il restera une grande question en suspend :  que faire de la pierre qui se trouve dans votre jardin ?

    Trois possibilités s’offrent à vous :

    • Jeter la pierre dans le jardin du voisin et faire supporter à la communauté ce jet de caillou
    • La mettre de coté en bordure de votre belle pelouse pour être certain de vous cogner les pieds chaque jour dans cette caillasse
    • La considérer comme une pierre de taille qui va vous servir soit à construire quelque chose, soit vous élever comme un marchepied en la rendant utile à faire….

    Je sais c’est un peu simpliste et cela ressemble fort à ces  bourrages de tête et prises de cranes   que les médias néo-pensées positives nous balancent à longueur de web.

    C’est en relisant mon blog pendant une nouvelle nuit d’insomnie que j’ai eu cette révélation. Mon « désagrément » prenait maintenant l’importance de mon premier bouton d’acné face aux réponses et témoignages que j’ai reçus.

    Je découvrais l’ampleur des doléances contenues dans les blogs que je visitais.

     En approfondissant la lecture des rubriques et des communications contenues, je me suis aperçu qu’il s’agissait de véritables « chemins de croix » si chers  aux abonnées du vendredi saint.

    La fin des divans d’Henri Chapier ou de ce fouille merde d’Olivier (porter un si beau prénom symbole de paix, victoire et de réconciliation…le Mont des Oliviers, la Bande de Gaza…).

    Une idée aussi sotte que grenue vint me sauter au paf (Personne Affreusement Féroce)… Et si l’humain se complaisait dans ses malheurs ?

    Ne trouvez-vous pas que nos congénères (ni moi et ni vous bien sûr) aiment bien ressasser et étaler les malheurs qui leurs donnent la force de vivre une journée supplémentaire ?

    Et si le fait de souffrir officiellement d’une atteinte physique leur offrait le droit d’être enfin reconnu et distingué du reste des gens « qui Eux, n’ont pas mal ».

    Cela pourrait être une explication à des problèmes d’hypocondriaque, pourquoi ne pas se trouver une maladie ou de continuer à « patauger » dans une maladie pour qu’enfin avoir l’impression que les autres s’occupent de nous.

    Houlà ! Psychologie de bas étage, exercices déambulatoires de névrosé se livrant à la masturbation de ses méninges…..Attention danger

    Je vous laisse donc face à ces questions qui de ma part ont obtenu les réponses  adéquates, mais qui resteront bien au chaud dans mes pensées.

    « Fort de caféQui suis-je, suis-je éveillé ou dors-je ? »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Février 2016 à 20:44

    Et bien je devais être connectée avec toi parce que j'ai pensé la même chose tout l'après-midi. Il est inutile que je développe, tu as bien résumé.

    Latchi noye, je ferme pour aujourd'hui. smile

      • Vendredi 19 Février 2016 à 02:38

        Généralement les guest star sont en lever de rideau ! toi ton Olympia tu me le fais en fermeture !

        Latchi noye tu ké ninasleep

    2
    Vendredi 19 Février 2016 à 07:48

    Chez certains c'est même la surenchère des maux, (pas des mots, hélas), il en est même qui inventent pour rester en communion avec leur auditoire c'est pathétique mais ça marche.

    Amicalement

    Claude

      • Vendredi 19 Février 2016 à 18:31

        Oui belle connaissance de nos entourages.

        Que penses tu du fait qu'un comédien ait besoin d'un public pour exister ? si nous ne prêtons pas attention à ces simagrées, continueront-ils à faire semblant ?

        Toutes proportions gardées avec une attention bienveillante à ceux et celles qui ont besoin d'un coup de main passager.

    3
    Vendredi 19 Février 2016 à 08:03
    J'ai toujours eu peur des idéologues idéologiques qui pullulent dans notre environnement.Je me fies au bon sens et à ma curiosité sur des sujets vitaux. Bonne journée
      • Vendredi 19 Février 2016 à 12:59

        Bonjour .... droit à l'essentiel, pas de faux semblants et méfiance..... à ce train là la lycanthropie sympathique vous guette!

        Bienvenu au club

    4
    Vendredi 19 Février 2016 à 08:05

    Toujours se plaindre pour certains est devenu un mode de vie, leur vie est rythmé  par le nombre de commentaires, et tu remarqueras, plus tu es malade plus tu en as 

    Tu as tout expliqué, bravo pour cette juste analyse il fallait osé

    bonne journée

    bisous

    marie

     

      • Vendredi 19 Février 2016 à 12:57

        Merci MARIE.... attention le fait d'être un "empêcheur de tourner et d'enterrer en rond "est contagieux !

        Merci de ton courage.

    5
    géraldine
    Vendredi 19 Février 2016 à 11:53
    Notre société est à mon avis malade. Ce que vous écrivez est loin d'être de la psychologie de bas étage. En fin c'est encore mon avis. Les thérapeutes ont tout intérêt à ce que leurs patients restent malades. Il y a des malades imaginaires, des biens portants gravement atteints et des médecins plus ou moins en bonne santé. Il y a des mots pour les maux et j'ai lu hier que la maladie n'existe pas, que c'est une baisse d'énergie. Cela peut changer énormément le mode guérison. La guérison (chez les navajos, je croie me rappeler) c'est une guerre ou l'on en sort vainqueur. La pratique de guérison chez ces peuples saints ce fait avec des plantes correspondants à la partie du corps affaibli et des incantations pratiquées par le chamane. Tous les regards se tournent vers la nature. La nature, c'est elle qui guérit.... Et l'humour pétillant qui permet de rire de tout indique le chemin de la guérison. Je suis contente se matin d'avoir trouvé un récit de Loup zen dans les notifications. J'aime bien votre facilité à l'écriture parce ce qu'elle me paraît authentique. Mais je m'attends cependant au retour de bâton, inévitable, quel qu'il soit. Bonne et heureuse humeur vagabonde (Humeur Vagabonde:émission de radio), chez moi la pluie est partie.
      • Vendredi 19 Février 2016 à 13:49

        By Jove !  vous me précédez car....la suite arrive je vais en venir aux mains....à suivre mais en attendant grand merci !

        La maladie coûte très cher à la société mais le malade rapporte beaucoup à certains !

        Mille mercis pour ce résumé 

    6
    Dimanche 21 Février 2016 à 03:19

    Je vais considérer la pierre comme une pierre de taille.

    Bonne continuation !

    Michel

      • Dimanche 21 Février 2016 à 07:14

        Toute la différence réside dans l'appréciation :

        "que faites-vous de cette pierre ? "

        l'un répondra je taille un caillou, l'autre dira je "voudrais" monter un mur et Vous ?

        vous , Le-billet-de michel, vous répondrez " j’élève une cathédrale ".

        Merci

    7
    Lou Québec
    Lundi 22 Février 2016 à 15:43

    Votre intelligence de la vie rencontre la mienne.

    Nous n'en sommes pas encore tous venus au « coup de pied au culte ». Un drame qui se joue quotidiennement sous nos yeux. Les acteurs sont nombreux. Mais où diable le metteur en scène se trouve-t-il ? Quant à l'auteur.... !

     

    8
    Samedi 30 Avril 2016 à 15:39

    Ben dis donc !!! lecture et relecture !!! rires et bonnes interrogations !!! t'es aussi tordu que moi dans ta tête   cool yes  oups !!! peut être ne faut il pas dire cela !!! ben tu vois je me demande si tu as complètement tort ou complètement raison !!!  ???  alors tant pis je me jette à l'eau  ......aie aie aie !!!   je vais moi aussi être pathétique !!!

    je suis en dépression sévère depuis 2 ans......je n'arrive pas à me dire que ça peut rendre plus fort.....je pense que ça épuise et que  ça cause des dégâts énormes autour de soi......et même si moi un jour j'en retire un plus !!! je sais que pour beaucoup j'aurais causé un moins donc ??????????? qu'en déduire ??????????????

    Mais tu vois, cette phrase la : pourquoi ne pas se trouver une maladie ou de continuer à « patauger » dans une maladie pour qu’enfin avoir l’impression que les autres s’occupent de nous........

    je suis loin de la trouver dépourvue de bon sens !!!

    je me suis souvent honnêtement posé la question !!!   je ne sais toujours  pas  y répondre !!!

    J'ai bien fait de venir yes yes yes tu viens de me griller le peu de neurones encore valables money MDR !!!  J'adore !!!

    Bises et sans rancune    clown je viens de passer un très bon moment 

    9
    Mardi 7 Février à 16:13

    Les psys ont encore de beaux jours devant eux. Ce mal là est bien de notre époque, car si on ne se plaint pas qui va penser à nous hein? Le bonheur, le bien être n’intéresse personne voyons. Plus c'est gros plus ça marche et plus on te plaint youpi!

    L'être humain est particulier, s'il ne se plaint pas personne ne  va s'occuper de lui, s'il se plaint trop ça énerve, faut savoir!

    Le signe du scorpion est un bon exemple. je sais je vais encore m'attirer les foudres de l'enfer, mais m'en fout; Donc disais-je, il est heureux( le scorpion) que lorsque il se sent malheureux, incomprissarcastic. je crois que les Psys se gavent avec eux. Il faut surtout ne pas se prendre  au sérieux et accepter tout ce qui nous arrive, et si on  analyse ce qui arrive on finira bien par comprendre pourquoi  cela arrive. Pas trop compliqué ça, suis pas hors sujet là?

    Ok, je sors...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :