• Excés de douce folie

     

    J'étais jusqu'à ce jour un inconnu et je devenais un méconnu.J'existais enfin

     

    Ma présence je la devais à un hurluberlu nain de par sa naissance mais grand de par ses connaissances.

     

    Chez lui tout était petit, même ses pas ne l'amenaient jamais bien loin, ce qui lui paraissait important c'était de grandir dans l'estime des gens.

    Sa vie d'à présent ne ressemblait pas à celle d'hier, pour une fois dans sa vie il avait fait un grand pas.

    Des pas il en avait tentés et devenu patenté il en avait fait son métier.

    Producteur de « pas chassé ici c'est interdit» un boys'band qui n'avait rien à démontrer sinon qu'à force d'avancer quand les autres reculaient, comment voulaient ils être pris et assouvir leurs passions sans renoncer au plaisir d'être pris pour ce qu'ils sont.

     

    C'est dans la salle des pas perdus d'un tribunal des flagrants délires qu'il fit son premier faux pas en se prenant les pieds dans le tapis, le fameux Bernard lui dit : « fallait pas y mettre les mains. »

     

    A chaque jour suffit sa peine lui répétait-on, mais ces «on» à qui on prête bien des intentions n'en étaient pas à leurs premières répétitions : « on t'avait bien prévenu » le laissaient sans réaction il avait somme toute mis ses pas dans les pas de son père et tout comme lui se retrouvait par terre.

     

    Venu d'en haut, de l’éther, une mélodie qui n'était pas en sous-sol mais en rez-de-chaussée mineur lui rappelait « si je suis tombait par terre c'est la faute à Voltaire et si j'ai le nez dans le ruisseau c'est la faute..à pas de chance ! ».

     

    Reculer pour mieux se faire pousser (la formule est emprunte d'un pas de sage ) lui convient donc et sa valse hésitation lui ouvrit le passage vers le plus noble et compliqué des métiers : celui d '' accommoder les restes '' surtout quand on a plus rien...que l'amour pour tracer un chemin.

     

    Ce nain connu créa un met connu inconnu ...CEMOI.

     

     

    Quelques personnages célèbres grâce à leur petite taille :

     


    Henri de Toulouse-Lautrec : on ne pouvait pas le voir, même en peinture

    Michel Petrucciani : il jouait du piano debout… sur son siège

    Passe-partout de Ford Boyard : par contre, il n’est pas passé dans le monde de la chanson lui

    Mimie Mathy : elle s’est pas pendue à un bonzaï depuis le temps qu’on en parle ?

    Gary Coleman : Arnold. ou Willy je sais plus. Il a finit comme gardien de parking….

    Tom Pouce : un personnage majeur

    Tattoo de L’île fantastique : Mignon personnage ce tattoo, qu’on avait vite dans la peau

    Les nains de jardins : Paraît que des fous les enlèvent !

    Les Schtroumpfs : si si, ça compte....

    Grincheux.....c'est moi !

     

    « L ' HOMME AUX YEUX DE LAPINL'HOMME AUX YEUX DE LAPIN (suite ) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Mai à 08:20

    Et tu oublies ceux qu'on appelait les fous du roi, comme Triboulet, bouffon de François 1°.
    Comme quoi la taille n'est pas un obstacle à la célébrité, certains en ont fait un avantage.

    Latcho divès Loup.

    2
    Lundi 15 Mai à 08:29

    C'est super, avec un peu de chance t'auras peut-être la légion d'honneur !

    Bonne journée

    3
    Lundi 15 Mai à 09:55

    Grincheux ou pas !!! le principal est que tu sois là !!! clown 

    Bises et bonne journée !!! 

    4
    Mardi 16 Mai à 12:12

    Grincheux, grincheux ... c'est toi qui le dis ...

    A-t-on jamais la bonne perception de soi ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :