• ET MAINTENANT ...QUE VAIS-JE FAIRE ...

    Rire de tout ?.....où se situe la limite de la bouffonnerie, de la dérision  thérapeutique,  du « je m’en foutisme » avec son cri de ralliement :   après moi le déluge.

    Dans cette expression « et maintenant » ce qui m’interpelle  c’est le plaisir de décortiquer cet adverbe.

    Maintenant ou main tenante ?

    Les puristes linguistes et très tristes n’hésiteront pas à me dénoncer à ce bon vieux BLED.

    Si main tenante veut dire (pour moi) main tendue et main agrippant c’est qu’en cet instant une main vient de me retenir, de m’empêcher d’aller vers un but quelconque ou bien précis.

    Cette main tenante totalement invisible est née de mon imagination fertile. Depuis très longtemps cette force me guide, me retient ou me pousse vers des directions dont je n’avais même pas idée.

    Longtemps j’ai pesté contre ce « capitaine invisible » d’un bateau parfois ivre, fluctuant Homergiture (Les Simpson…)  parfois radeau médusé d’être encore le petit navire qui avait trop, trop, navigué, parfois Nautilus façon Némo,  parfois galère avec en son bord un seul  rameur-râleur  persuadé qu’après lui  viendrait le déluge, l’ego gonflé comme un life- jacket en de telles circonstances façon. Terence Young  dans  Les 4 plumes blanches : canon, canon, canon…MOI.

    « Il est vrai  que tu es habitué à ces traversées houleuses »  semble me dire la main tenante, « arrivant toujours à bon port mais obligé  de bruler ton vaisseau pour ne pouvoir faire le voyage de retour. »

    « Monsieur Loupzen, votre épaule droite est dans un tel  mauvais état, un peu comme si vous aviez fait un câlin à un char PATON lancé à toute vitesse où si vous préférez, comme si   CHABAL avait stoppé net votre course insensée après le vol de son portefeuille ! »

    Ce toubib, je le connais bien, combien de fois m’a-t-il remis sur mes pattes, combien d’injections a-t-il infiltré mes articulations trop sollicitées ? La confiance est entre nous, il ne rigole pas….c’est dommage moi non plus.

    « Votre épaule est inopérable,  c’est un cas d’école, il va falloir vous armer de courage et de patience ». Assis face à moi, les lunettes sur le bout du nez, bien décidées à regagner leur étui en signe de fin de service, les yeux dans mes mirettes, il a prononcé son jugement que je résume ainsi :

    « Les douleurs qui me font passer des nuits blanches seront de pire en pire. Les  douleurs qui me forcent  à un arrêt de mes activités salutaires feront de moi un handicapé ».

    ET MAINTENANT… qui suis-je, où vais-je ? Suis-je réveillé ou dors-je ? Un peu sonné comme le boxeur que j’ai été, je vais m’assoir dans le coin neutre, à l’abri des coups et des commentaires.

    « Ben !... je l’attends ton bon mot, ta pirouette, ton esprit corrosif…tu ne te marre plus ? Allo ….Loupzen  y’a le téléphone qui sonne…. Mais y’a jamais qu’un con qui se morfond »

    Parlant à ma main : « je te signale que lorsque le bras à failli on punit la tête »... me disait encore ce matin Pierre CORNEILLE, le radiologue du Centre d’interprétations d’Imagerie (le C.I.D).

    Cette  partie distale du membre supérieur terminant le bras et munie de 5 doigts dont le premier  (le pouce) possède la capacité de s’opposer aux autres chargé du pouvoir exécutif a  le culot de me répondre «  manque de jugeote pépère, la tête soi-disant bien pleine t’appartient, tu n’a plus qu’à te la couper pour suivre ta logique ».

    Le coup de gong me sort de ma torpeur …tiens encore une pirouette...Peur à tors …. Ou à ai-je raison d’avoir peur ? Peur de qui, de quoi, de mes réactions ? De ne plus pouvoir avoir de réactions….

    « ….messieurs au centre… » je me souviens de ce que nous disait l’ arbitre de boxe…le combat va reprendre, j’ajuste mes appuis, je lève mes gants... en garde…et toc, le direct est entré facile, téléphoné suivant l’expression consacrée…tiens encore une expression…consacrée ou sacré con que je suis…que je me sent minable, en caleçon, la tête basse et la queue au bon endroit, ou voudriez-vous qu’elle soit  en ce moment de débandade…Le direct m’a mais K.O , même plus la force de lever le bras pour me protéger…quel bras ? Le complice de la main tenante ? Où est-elle passée cette traitresse ?

    En ce temps d’élections régionales qu’elle soit de droite ou d’ailleurs elle est noueuse comme un cep de vigne, peu être est-ce du à la fréquentation des tire-bouchons et des  soirées  à rechercher « les véritas in vino ».

    Bardée de cales qui sont les témoins des durs combats passés à malmener la terre, le fer et par la suite le bois, qu’elle les a soigneusement dissimulés à l’intérieur pour sembler plus douce en apparence  trompeuse, elle reste ferme et dure à saisir pour celui qui voudrait la tromper en de fausses caresses.

    Cette main souvent  tendue à un plus faible devenue le rempart à l’agression d’un plus fort qu’elle, a souvent puni,  tenu et brandi bien haut  le signe de ralliement de chevaliers à la cause perdue, n’a jamais flatté un quiconque ladre seigneur de pacotille, cette main a repoussé des avances qui saliraient son souvenir  mais elle su calmer, apaiser et ôter les tentions de chaires souvent meurtries et impatientes de réconforts.

    Où est-elle en cet instant ?

    Elle a trouvé refuge dans celle de ma femme, douce, câline, aimante et rassurante.

    « Viens, descendons de ce ring »…c’est vrai que depuis tant d’années elle a été mon soigneur, ma main invisible, celle dont je vous parlais ….viens ce combat est terminé…un autre t’attend…plus dur encore.

    C’était il y a bien longtemps…en ce Mardi 8 décembre 2015

      

    « ....DES PETITS SOUCIS QUOTIDIENSOBJET LITTÉRAIRE NON IDENTIFIE »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 09:00

    Je recopie ma précédente réponse pour ceux qui ne l’ont pas lue, parce que j’ai envie de te répondre, en espérant qu’elle ne t’ait pas froissé. Dans le cas contraire tu peux supprimer.

     

    Bonjour Loup, je comprends à présent tes insomnies, ton texte est touchant. Par chance pour nous la main qui te sert à écrire est encore active et j'espère qu'elle le restera toujours. Te souviens-tu que nous avions parlé des mains il y a quelque temps? Mais à notre époque il doit bien exister de quoi calmer la douleur, j'espère également que tu trouveras une solution. Je te souhaite bien du courage et je t'embrasse, bien amicalement mon frère de Lune.

      • Mardi 16 Février 2016 à 04:28

        Une partition à plusieurs mains ? oui cela doit exister et sinon il faudra l’inventer. Ce ce que je vais faire dés demain en pensant à nos mains sans y venir (aux mains )je sais que ce sujet est important..alors 

    2
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 11:44

    alors ta main est en sûreté!

      • Mardi 16 Février 2016 à 04:29

        ...sans menottes 

    3
    Vendredi 11 Décembre 2015 à 06:49

    A la question, " est maintenant que vais je faire?" On ne peut répondre qu'une chose, c'est continuer à vivre, peut être vivre différemment, mais vivre, car la vie malgré toutes les farces qu'elle peut nous faire, est une de plus belle chose qui nous soit donné.

    Bon courage avec toute mon amitié

    Claude

      • Vendredi 11 Décembre 2015 à 10:43

        Je sais maintenant que pour toi ou vous, l'amitié n'est pas un vain mot ( en parcourant ton blog et en lisant tes commentaires).

    4
    Mercredi 6 Janvier 2016 à 00:29

          Merci de m'avoir oriente vers cet article.....c'est un peu de ma vie que j'y ai trouve!

           Le 16 juillet 2014,j'ai eu un tres grave accident et ai connu(vécu serait plus juste) une EMI.

          Et depuis ce voyage dans un autre monde,j'ai maintenant une "main tenante" ,invisible mais qui vient se glisser dans la mienne quand au plus fort des crises,je voudrais partir ,retourner vers ce que j'ai vécu!Je sens une petite main et pourtant je vois un homme adulte .

    J'ai essaye de parler de ce que j'ai vu....Je fais peur parfois pourtant c’était apaisant.

    Mais bien sûr avoir vécu 3 jours hors de son enveloppe  peut faire peur .J'ai eu la chance aussi d'avoir mon amie qui toujours m'a écouté,a accepte qd j'arrivais chez elle en pleurs,pleine de questions ...sans réponse .

            Pour ma part ,c'est un professeur tres connu et tres inhumain qui m'a assené une veille de noël" On ne peut plus rien pour vous !Il vous faut poser vos valises et  surtout cesser de rêver"! Je suis restée KO plusieurs mois .Avait il oublier qu'a cause d'un de ces traitements mon taux de lipases pancréatiques était définitivement hors norme !Il a ajoute ,"essayez de ne pas déclencher un cancer du pancréas!A t'il oublie qu'a cause d'un médicament,mon coeur a ralenti tres fort?En fait il s'en foutait!!!

    C’était il y a 5 ans .Un désespoir total et l'envie d'en finir puis mon EMI.

    Et une envie de me battre ,de gagner .J'ai change et parfois c'est complique...pour moi aussi .C'est un long sujet.

    Heureusement cela m'a rapproche de mon époux(Pou). Il a cherche et cherche  a comprendre ,a me comprendre.Pas toujours facile .Il lit bcp sur ce sujet mais il lit bcp .Un vrai papivore!

    Et moi je veux vivre,parfois a cent a l'heure car je ne suis pas sure du temps .

    Désolée de mettre confier ainsi J'ai trouve que toi aussi ......

      • Jeudi 7 Janvier 2016 à 19:04

        Cher capitaine !

        Nous sommes tous "le capitaine " de notre vaisseau, tantôt paquebot, bateau livre, rafiot, fringuant voilier, radeau et j'en passe. 

        Traversée sur mer calme, croisière, naufrage... nos vies ressemblent à ce que acceptons qu'elles soient...ton commentaire est troublant...je te remercie de me le confier.

        Quant aux du destin....je crois sérieusement à la présence "de mains " sous quelques formes qui nous guident....je vais publier sur mon blog ma propre expérience.

        A suivre... avec sincérité et attachement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :