• En ces temps de renouveau....prémonition ?

    Paroles de la chanson Le Grand Pan par Georges Brassens

    Du temps que régnait le Grand Pan, 
    Les dieux protégeaient les ivrognes 
    Un tas de génies titubants 
    Au nez rouge, à la rouge trogne. 
    Dès qu'un homme vidait les cruchons, 
    Qu'un sac à vin faisait carousse 
    Ils venaient en bande à ses trousses 
    Compter les bouchons. 
    La plus humble piquette était alors bénie, 
    Distillée par Noé, Silène, et compagnie. 
    Le vin donnait un lustre au pire des minus, 
    Et le moindre pochard avait tout de Bacchus. 

    Mais se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé " 
    La bande au professeur Nimbus est arrivée 
    Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement, 
    Chasser les dieux du firmament. 

    Aujourd'hui çà et là, les gens boivent encore, 
    Et le feu du nectar fait toujours luire les trognes. 

     


    Mais les dieux ne répondent plus pour les ivrognes. 
    Bacchus est alcoolique, et le grand Pan est mort. 

    Quand deux imbéciles heureux 
    S'amusaient à des bagatelles, 
    Un tas de génies amoureux 
    Venaient leur tenir la chandelle. 
    Du fin fond des Champs Elysées 
    Dès qu'ils entendaient un " Je t'aime ", 
    Ils accouraient à l'instant même 
    Compter les baisers. 
    La plus humble amourette 
    Était alors bénie 
    Sacrée par Aphrodite, Eros, et compagnie. 
    L'amour donnait un lustre au pire des minus, 
    Et la moindre amoureuse avait tout de Vénus. 

    Mais se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé " 
    La bande au professeur Nimbus est arrivée 
    Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement, 
    Chasser les dieux du firmament 

    Aujourd'hui çà et là, les coeurs battent encore, 
    Et la règle du jeu de l'amour est la même. 
    Mais les dieux ne répondent plus de ceux qui s'aiment. 
    Vénus est faite femme, et le grand Pan est mort. 

    Et quand fatale sonnait l'heure 
    De prendre un linceul pour costume 
    Un tas de génies l'oeil en pleurs 
    Vous offraient les honneurs posthumes. 
    Pour aller au céleste empire, 
    Dans leur barque ils venaient vous prendre. 
    C'était presque un plaisir de rendre 
    Le dernier soupir. 
    La plus humble dépouille était alors bénie, 
    Embarquée par Charon, Pluton et compagnie. 
    Au pire des minus, l'âme était accordée, 
    Et le moindre mortel avait l'éternité. 

    Mais se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé " 
    La bande au professeur Nimbus est arrivée 
    Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement, 
    Chasser les dieux du firmament 

    Aujourd'hui çà et là, les gens passent encore, 
    Mais la tombe est hélas la dernière demeure 
    Les dieux ne répondent plus de ceux qui meurent. 
    La mort est naturelle, et le grand Pan est mort. 

    Et l'un des dernier dieux, l'un des derniers suprêmes, 
    Ne doit plus se sentir tellement bien lui-même 
    Un beau jour on va voir le Christ 
    Descendre du calvaire en disant dans sa lippe 
    " Merde je ne joue plus pour tous ces pauvres types." 
    J'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste.

     

     

    « En mémoire d'un oublié de la route.Les pères Noel se suivent et se ressemblent »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Décembre 2017 à 10:59

    Bonjour le loup, je ne connaissais pas cette chanson de Brassens que j'adore. Il était très réaliste et ces paroles de chansons tellement encore d'actualité. Bonne soirée en famille. Que fait Un Loup solitaire de surcroit "Gitan" en cette soirée du 24 décembre?

    Un réponse me serait agréable, hihihihappy

    Bises à vous deux.

      • Dimanche 24 Décembre 2017 à 17:06

        festejar y avanzar la revolución ... simplemente

    2
    Lundi 25 Décembre 2017 à 10:25

    Muchas gracias. Bésos à vosotros dos.

    3
    Lundi 25 Décembre 2017 à 17:20

    Bonjour Monsieur le Loup et merci pour "Le grand pan" qui réjouit ce monde devenu bien triste.  Et, quand on commence avec Georges, forcément, on continue avec Brassens !  Je viens d'écouter "Les oiseaux de passage" qui doit bien vous plaire aussi ...

    Il disait :  "Il n'y a pas d'autre révolution possible que d'essayer de s'améliorer soi-même. Si chacun tente quelque chose, le monde ira mieux "

    Trop tard pour vous souhaiter un "joyeux Noël", peut-être la nouvelle année ...

    Bonne soirée.

      • Lundi 25 Décembre 2017 à 17:51

        " un commentaire avec rétro activité ou effets rétroactifs serait un cadeau de votre part"

        Ce jour de Noel presque passé vous a t il comblé ? Je l’espère de tout coeur....nous aurons tenté le possible pour améliorer "l’Ordinaire " de nos journées.

        Bonne continuation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :