• CERCLES

    Il me revient une chanson qui parle de ronds dans l'eau et d' une pierre que l’on jette
    « Dans l’eau vive d’un ruisseau
    Et qui laisse derrière elle
    Des milliers de ronds dans l’eau »

    En cette période de canicule voilà une idée bien rafraîchissante qui m'offre l'opportunité de vous offrir ce texte.

    Publier ses pensées est bien représenté par une pierre que je jette dans l'eau et qui s'en va vers vous sous forme de ronds dans l'eau.

    Ces mini ondes de choc viennent à votre rencontre sous la forme de clapotis pour certaines, de vaguelettes pour d'autres et l'ont été par le passé sous forme de vagues.

    Tempêtes dans un verre à dents, dans un lavabo ou « splatch » dans votre baignoire...le faiseur de vagues n'étant pas responsable de la force des ondes de chocs !

    Pour les plus orgueilleux lancer des pierres au ciel se traduisaient par un geste de révolte à l'encontre des « habitants de ce ciel » dont ils craignaient les retombées sur terre. Faut-il être benêt pour ignorer les lois de la physique « tout corps lancé en l'air retombe sur ta gueule...... »

    Jeter des cailloux dans l'eau pour en faire des ricochets est une image d'Epinal, qui fige dans nos esprits les gestes des enfants et des adultes qui ne voulaient pas grandir

    Compte tenu de mes préférences en matière d'habitation, je suis venu à « l'inter pas toujours très net » assez tard dans ma vie.

    Mais revenons aux cercles de l'auditoire disparu.

    En rencontrant le web, GOOGLE + (si affinités) s'offrit à moi. Ce fut le jour où vous m'avez laisser croire que j’étais digne d’intérêts et qu'une fois lancés mes posts feraient des ronds dans l'eau jusqu'à vous.

    De l'eau a coulé sous les ponts, des religieux ont ensanglanté la planète, des votes ont rempli les urnes et les poches de nos représentant, des amitiés virtuelles sont nées parfois devenues concrétés, la routine s'est installée, entre léchouilles et bisous «  à tous ».

    Je vais donc arrêter de faire des ronds dans l'eau et supprimer mes cercles à exception de quelques uns.....l’orgueil me pousse (pas dans l'eau, je ferais un trop gros rond ! )à dire « qui m'aime me suive ».

    Je vous remercie de vos présences ou de vos absences durant tout ce temps.

    NOUS REVERONS NOUS UN JOUR OU L'AUTRE ?

    « Histoires d'Homme et de FemmeLa quadrature du cercle..on l'a dans le baba ! »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Août à 09:55

    Qu'on réussisse beaucoup de ricochets ou qu'on les loupe complètement, le résultat est le même: la pierre finit au fond de l'eau...

    Reste à savoir qui est la pierre, et qui l'a lancée...

    Bonne journée

      • Dimanche 5 Août à 13:43

        j'avais entendu parler " pierre qui ricoche loupe le coche "...happy 

        Un jour un Belge a essayé avec une pierre ponce....Déçu !  à se relire.

    2
    Jeudi 2 Août à 11:53

    Bonjour Loupzen,

    Je me souviens très bien de cette chanson, qui accompagnait d'ailleurs un joli film !

    Il fût (avec ou sans accent ?)  un temps lointain où, pour se parler, on se réunissait dans les veillées ou tout simplement sur la place de la ville ou du village.  Le net, les blogs, les forums ont remplacé les "palabres" . En mots, textes, poèmes, en photos et même en chansons, nous essayons de remplacer "l'Arbre à palabres", en espérant que les autres nous entendent et nous perçoivent.

    Pas si simple dans notre société actuelle, mais nous avons tous des choses à dire et à partager. Il suffit  ... "de passer le pont" winktongue enfin, je voulais dire   de prendre le temps !

    "Palabres"

    Un tableau à quatre mains, résultat de "bidouillages" successifs que j'ai intitulé "Palabres" 

    "Ce n'est qu'un au-revoir"  !  Bon courage pour la suite  ... le "9" est un bon chiffre, la preuve, je suis née un  9/9 et à bientôt pour quelques nouvelles palabres. 

     

     

    3
    Jeudi 2 Août à 12:33

    Messire....................Ne savez vous pas....que l'on ne peut faire des ronds dans l'eau..............................que dans l'eau...Ailleurs c'est impossible il n'y a pas d'eau et pas de pierre ..a part dans le cerveau des gens.mais celle ci ne fera jamais de ronds dan l'eau elle est trop bien collée au crane de certains.

      • Dimanche 5 Août à 13:46

        Que nenni cher et grand "argentique "...et les ronds de jambes ?glasses

      • Mardi 14 Août à 12:20

        Que nenni,Messire.Je ne suis vraiment pas doué pour les ronds de jambes.Toutes flatteries me mets automatiquement en position "Méfiance".Par contre je crois savoir que beaucoup pratique cet art ...non martial avec une dextérité digne de louanges.happy

      • Mardi 14 Août à 12:33

        Une pierre que l'on jette dans l'eau vive d'un torrent, en effet : c'est très dur d'y faire des ronds dans l'eau ; mais dans une eau calme comme une mare, un lac, c'est possible et l'on voit les ronds qui s’alignent tout  en s'agrandissant, et qui se dirigent vers la rive  de cette même pièce d'eau. Les ronds atteignent plus ou moins leur but...ou non. Au sens figuré, vous pouvez en déduire ce que vous voulez... Chacun à selon ce qu'il pense, ses propres déductions.

    4
    Dimanche 12 Août à 14:59

    Pour vous la remettre en mémoire. Il y a bien d'autres choses à deviner dans les paroles de cette chanson... Vous avez su faire des ronds dans l'eau jusqu'à moi... 

    Il y a aussi la pierre qui roule et qui n'amasse pas mousse...  avec ma sympathie.  "La sympathie, nous en avons besoin !"  Est aussi une très belle chanson !   Amicalement,  N. GHIS.

     

    Comme une pierre que l'on jette

    Dans l'eau vive d'un ruisseau

    Et qui laisse derrière elle

    Des milliers de rond dans l'eau

     

    Comme un manège de lune

    Avec ses chevaux d'étoiles

    Comme un anneau de Saturne

    Un ballon de carnaval

     

    Comme le chemin de ronde

    Que font sans cesse les heures

    Le voyage au tour du monde

    D'un tournesol en sa fleur

    Tu fais tourner de ton nom

    Tous les moulins de mon cœur

     

    Comme un écheveau de laine

    Entre les mains d'un enfant

    Ou les mots d'une rengaine

    Pris dans les harpes du vent

    Comme un tourbillon de neige

    Tu fais tourner de ton nom

    Tous les moulins de mon cœur

     

    Comme un vole de goélands

    Sur les forêts de Norvège

    Sur des mouton d'océan

    Comme le chemin de ronde

    Que font sans cesse les heures

    Le voyage autour du monde

    D'un tournesol en sa fleur

    Tu fais tourner de ton nom

    Tous les moulins de mon cœur

     

    Ce jour-là prés de la source

    Dieu sait ce que tu m'as dit

    Mais l'été finit sa course

    L'oiseau tomba de son nid

    Et voilà que sur le sable

    Nos pas s'effacent déjà

    Et je suis seul à la table

    Qui résonne sous mes doigts

    Comme un tambourin qui pleure

    Sous les gouttes de la pluie

    Comme les chansons qui meurent

    Aussitôt qu'on les oublie

    Et les feuilles de l'automne

    Rencontrent des ciel moins bleus

    Et ton absence me donne

    La couleur de tes cheveux

     

    Comme une pierre que l'on jette

    Dans l'eau vive d'un ruisseau

    Et qui laisse derrière elle

    Des milliers de rond dans l'eau

    Au vent des quatre saisons

    Tu fais tourner de ton nom

    Tous les moulins de mon cœur...

     

    Michel Legrand

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :