• Carpe diem...

    Carpe diem et truite Fario

    Quels rapports en les deux...vous allez être surpris quand vous connaîtrez le dénominateur commun.....une poêle à frire.

    Ce récit remonte au temps ou nous vivions en compagnie de Manouches, sur les bords de la rivière Allier., prés de BRIOUDE en Haute Loire.

    Nos caravanes se frottaient les boules d’attelages en toutes complicités amicales dans de verts pâturages.

    J'avais alors opté pour une vie tranquille où se la couler douce prenait toute son importance...en ces lieux même ou l'Allier paresseuse ne nous donnait pas envie d'échapper à ses méandres.

    Nous avions comme voisin et compagnon de route une famille de Manouches experts en vannerie qui tressaient des paniers de toutes beauté.

    La matière première leur était fournie par les eaux vives de cette belle région puisque c'est dans les fossés de la rivière que les joncs étaient cueillis.....sacrée zone industrielle !

    Mon « pote le gitan » se trouvait être un type bien, père de quelques enfants qu'il avait semés de ci de là et qu'il regardait pousser avec amour.

    Les moyens d’existence de cette famille se trouvaient dans la production de paniers et de la revente de truites aux hôteliers du coin.

    J'aimais leur compagnie et la réciprocité était telle que parfois nous échangions nos sites d'hébergement..nous partagions la nuit à la belle étoile.



    L'homme que nous appelions « garçon »ne se prenait pas la tête dans l'existence à tel point qu’après mures réflexions, il considérait que la fabrication et la vente de 3 paniers journaliers étaient suffisantes à le nourrir lui et sa famille.

    Rien n'aurait pu le forcer à effectuer des heures supplémentaires.

    Un gadjo stupide, un soir de libation avait gravé sur sa caravane tirée par un cheval, l'expression « CARPE DIEM »..

    Ignorant le sens profond de ce savoir littéraire, ne sachant ni lire ni écrire, il prétendait que c'était le nom donné à une variété de - « Cyprinus carpio » ou Carpe commune.

     

    Lors d'un de mes passages dans la bonne ville du Puy en Velay, j'avais rapporté divers instruments servant à l’amélioration des préparations culinaires pour son épouse.

    Aussi simple que cela puisse paraître, le fait de faire chauffer sur la braise d'un feu de bois, un aliment dans une casserole dont la queue était recouverte de plastique......posait problème.

    J'avais donc ce jour là, apporté une poêle à frire, pas n'importe quelle poêle à frire..non une Teffal céramique de 24 centimètres.

    Objet sérieux, bonne tenue en main, qui servira dans quelques mois à assommer un ivrogne en mal de sensations..il en aura eu que le mal de tête.

     

    « Garçon » péchait comme à l’accoutumée, à l'abri des problèmes de notre monde, le matin même, je lui avais apporté une commande de 6 paniers.

    Cette commande sera effectuée en deux jours....à chaque jour suffit sa peine.

     

    Ce que je vais maintenant vous révéler est véridique et dépasse les bornes de notre « réalité de gens civilisés ».

     

    Lançant sa ligne avec dextérité, il avait la réputation d'un fin pécheur, homme de ses origines il avait la réputation d'être cool, avec cette notion de pas trop vite le matin et doucement le soir !

    Prés de lui, son chien, une bouteille de vin et la poêle à frire....du producteur au consommateur en quelques sortes.

     

    J’étais affalé dans l'herbe, témoin et apprenti de son art de la pêche, lorsque j'ai vu une magnifique truite fario mordre à l'hameçon, puis une deuxième et une troisième .

    Elles terminaient leur existence dans la poêle à frire pas encore chaude.

     

    Quant à la quatrième...belle prise..elle dépassait de la poêle et due sons salut à ses dimensions hors nomes !

    Notre homme la rejeta à la rivière.

    J'étais sidéré mais pas trop étonné quant à ce jour j’appellerais mon témoignage « CARPE DIEM et TRUITE FARIO ».

     

    « La fête de la musique #Carpe diem...one more time »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Juin à 08:44

    Vu sous cet angle, je trouve que la vie peut être très belle en toute simplicité.......après .......y a le revers de la médaille, mais c'est un autre sujet de débat....

    J'aime bien ce récit, j'avais l'impression de me lancer dans la lecture d'un bon roman....

    Comme quoi, ton cadeau tombait "pile poêle" he

    Elle me fait rêver cette histoire vraie avec son côté "Petite maison dans la prairie".......vraiment je suis sure qu'avec nos vies trépidantes on passe à côté de quelque chose de précieux.....

    Bonne journée Loup et à très vite

      • Vendredi 23 Juin à 20:23

        Ah le pile poêle..... ce qui me rend un peu tristounet c'est de ne pas avoir su "aimer plus " ces personnages.....que sont-ils devenus.....se sont eux les vedettes !

    2
    Vendredi 23 Juin à 11:15

    Vraiment Carpe diem.Mais je me demande si vraiment cette expression latine est bien ce qu'elle prétend être.Oui je sais ,je suis un peu obscur ........Une belle leçon involontaire d'écologie en tous cas de votre copain.En tous cas.....il faudrait penser à écrire un bouquin......pas un blog.....Ou les deux....happy

      • Vendredi 23 Juin à 20:26

        Tiens je vais écrire u,n bout d'article sur l'ERREUR" de cette expression...y a à dire !

        Quant au bouquin....c'est fait..mais....."il est où l'éditeur il est où ?

        Cordial partage de truite au bleu(si, si j'ai la recette !)

      • Samedi 24 Juin à 07:26

        Depuis que je fréquente les blogs,beaucoup ont pris cette devise......Bof.En fait Je me suis rendu compte qu'il n'en était rien de leur carpienisme.Mais me direz vous,c'est le virtuel.Avec tous ces défauts.Et peut être une ou deux qualités.

        ""Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain » serait sa définition.C'est bien le hic........Autrement dit ,vit dans ton monde sans t'occuper des autres.Les bougnats étaient "radins"....certes,mais pas avares........happy.....avec le genre humain.

    3
    Ninaïe Prigent
    Vendredi 23 Juin à 13:50

    Votre création est plus que subtile!!!

    Bravo!!!!

      • Vendredi 23 Juin à 20:27

        ...il ne lui manque que la peinture !

    4
    Vendredi 23 Juin à 20:35

    Après tout, quand ça tient pas ça tient pas... pas la peine de gaspiller pas vrai ?

    J'aime bien le coup de poêle sur la tête, ça peut permettre de redresser le fond quand il commence à se creuser...

    Bonne soirée

      • Samedi 24 Juin à 03:51

        Aie..c'était un fond en céramique !

        Quand tu passes vingt ans à coté de ce genre de phénomène.......comment veux-tu te sentir dans le moule (rien à voir avec une bi-valve) qui te catalogue "comme les autres ..bon pour le service "...en lisant tes  explorations je me sens plus prés de tes dérapages que ceux qui ont des aventures en allant chaque matin à la boulangerie !.......l'aventure est à notre portée de main...ou demain....

    5
    Samedi 24 Juin à 13:34

    Bonjour Loupzen,

    Je vous fais une petite visite car vos écrits sur  "Cape Diem" et votre pot le gitan me touche beaucoup. Petite fille de 10 ans, il y avait une chanson chanté par Yves Montant, qui m'avait toujours marqué : J'avais soif de liberté, d'évasion, car je n'étais pas heureuse en tant qu'enfant ballottée un peu partout (comme une gitane, mais sans justement cette liberté chérie).

    Aujourd'hui je veux partager avec vous "mon pote le gîtant" qui m'a toujours intrigué enfant. Je ne peux vous mettre la vidéo ici ; mais vos écrits m'ont rappelé cette partie de ma jeune vie bien mouvementée... 

    https://youtu.be/Sa1Hc3qfyKA

     

    Mon pot' le gitan, c'est un gars curieux
    Un' gueul' toute noir' des carreaux tout bleus
    Y reste des heur's sans
    dir' un seul mot
    Assis près du poêl' au fond du bistrot
    C'gars là un'roulott' s'promèn' dans sa têt'
    Et quand ell' voyag' jamais ne s'arrêt'
    De tas d'pays(y)sag's sortent de ses yeux
    Mon pot' le gitan, c'est un gars curieux
    Mon pot' le gitan, c'est pas un marrant
    Et dans not' bistrot personn' le comprend
    Comme tous ces gars-là il a sa guitar'
    Un' guitar' crasseus' qui vous coll'le noir
    Quand y s'met à jouer, la vieille roulott'
    Galop' dans sa têt', les joueurs de belott'
    S'arrêt'nt et plus rien... on a mal en d'dans
    Mon pot' le gitan, c'est pas un marrant
    Mon pot' le gitan, un jour est parti
    Et Dieu seul sait où il balad'sa vie
    Ce typ'-là était un grand musicien
    Ça j'en étais sûr, moi je l'sentais bien
    Le tôlier m'a dit qu'on est v'nu l'chercher
    Un grand music-hall voulait l'acheter
    Mon pot' le gitan, il a refusé
    Un hauss'ment d'épaules et il s'est taillé
    J'ai eu l’impression de perdr'un ami
    Et pourtant c'gars-là n'm'a jamais rien dit
    Mais il m'a laissé un coin d'sa roulott'
    Et dans ma p'tit' têt' j'ai du rêv' qui trott'
    Sa drôl' de musiqu' en moi est restée
    Quand je pens' à lui m'arriv' de chanter
    Toi sacré gitan, qui sentait l'cafard
    Au fond ta musique était pleine d'espoir...
     
    Bon week-end à vous et votre dame ! Amicalement, Ghislaine.
      • Samedi 24 Juin à 14:26

        Merci amie charmante....connaissez vous l’étrangère ?....Yves MONTANT ou Léo FERRE.....

        Commençant à vous "deviner "..ne tombez pas dans l'angélisme....vous seriez trés déçue.

        Avec ma considération.

    6
    Samedi 24 Juin à 14:15

    Ce qui prouve que notre fin pêcheur avait vraiment les notions indispensables afin de protéger la nature ! Point trop n'en faut ! S'il a jugé qu'il y avait assez à manger dans la poêle, pourquoi prélever plus  à la nature ?  Et peut-être que son œil avertit avait remarqué qu'elle était pleine ? Il aurait  ainsi détruit tout une génération de petits alevins pour la prochaine saison. C'est très intelligent et très respectueux de la faune ! Je pense vraiment cela. Pour moi, c'est la seule raison pour qu'il ait eu le réflexe de relâcher l'énorme truite.  Ghis.

    7
    Samedi 24 Juin à 14:33

    Oui : je connais. Oh! Je n'suis pas un ange ! Loin de là ! (rire) Je suis tantôt un ange et soudain, je me transforme en diablesse. GRRR ! J'ai plusieurs facettes et ne montre que celle que je veux. Je suis verseau ascendant Balance. Si vous lisez les signes du zodiac sur "le mystère de l'étang aux ormes", vous connaîtrez à coup sûr mes défauts, à défaut de qualité  LOL !  Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :