• Bistrot :attention danger !

    Je viens d’échapper à un grave danger.

     

    Relâchant mon attention juste le temps de vider quelques canons sur le zinc d'un rade pourri de ARLES (je confirme...y 'en a beaucoup ) un adepte de radio bistrot s'est lié d'amitié avec ma présence profitant de mon absence.

    La poisse !

    Un gugusse en tenue de ''O BUT'' déguisement obligé d'être porté par les ''O.M » du stade vélodrome cher à FOUCAUD '' sacrée soirée''..vous aviez reconnu ?....a donc profité d'une seconde d' inattention pour devenir mon ami.

     

    J'ai eu le malheur de rigoler à une de ces blagues ''qui te font rigoler l'entrejambe ''et le voilà me prodiguant la meilleur façon d'écluser un jaune.

    Quel con !

    Il avait la boutique « dissertation sur l’avenir de l’homme et sur ses origines » grande ouverte et c'était solde à tous les rayons.

    Je ne vous régalerais pas de ce barbant et obligatoire chiant : être ou ne pas être.. car c'était jour de promotion !

    Même les cacahuètes portant tous les germes de ceux qui venaient de pisser, ne lui coupaient pas la parole ...au rayon de pénibles y' avait distribution gratuite de contributions.

     

    Quant à son descendant direct de l'arbre dans lequel Darwin m'avait pendu, il se considère comme un homme de l’Être. Son père était peut être facteur ?

     

    Un de ces amis, gonflant comme un vent soufflant en poupe, me confiait discrètement et de façon à ce que tous nos invités entendent bien cette boutade :

    '' je prends mes désirs pour des réalités car je suis adepte du sophisme  post hoc ergo propter hoc (après cela, donc à cause de cela).

     

    Oui.... il faut que je vous fasse cet aveux, je fréquente des gens chiants, pas depuis longtemps, mais par un étrange concours de circonstances provoqué par un dieu Turlupin à qui j'avais la veille, réclamé monts et merveilles, mes pensées de Loupzen ont attiré de braves esthètes en mal d'adoration.

     

    Pas méchant pour un sou, plutôt benêt et contemplatif que vindicatif, ce regroupement d'amis bien pensant cherchait un gugusse dont le parcours de vie servirait d'exemple à un style de vie « new-age » pour remplir le vide abyssal de leur rubrique des chiens écrasés, intitulée :

    « Ah ! Le con..si il l'a fait, toi aussi tu peux le faire" .

     

    Cette vue de l'esprit est fondée sur la notion erronée que parce qu'un événement arrive après un autre, le premier est la cause du second.

    Le raisonnement post hoc est la base de beaucoup de superstitions et de croyances erronées.

    Passablement amusé par cette situation, le reste de mes cellules rangées en ordre de bataille, ne se fit pas prier pour déclencher l'ultime charge de la brigade légère.(histoire de clore le débat)

    « si un événement est la cause du second...vous devez prendre votre vessie pour une lanterne....et chaque fois que vous allez pisser...vous vous brûlez les doigts ».

     

    En sa qualité de ténor de cette chorale de gens suffocants et suffisants à la limite de l'overdose, il s'est distingué en précisant :

     

    « A con...con et demi » dit le proverbe...je n'échappe pas cette règle du demi à moitié vide ou à moitié plein !

    Moi dit-il je suis un con plein d'ambitions et j'ose ..d'ailleurs d’après AUDIARD..c'est à çà qu'on m' a reconnu ''.

     

    N'en pouvant plus et à cours d’arguments devant un gars qui pratique autoflagellation, j'ai changé de lieu de perdition et chez mon caviste préféré je me suis réfugié.

     

    Au cours de ce périple je me suis lié d'amitié avec un Prince.... Jurançon est son nom.

    Ses quartiers de noblesse se trouvent dans la complexe alchimie de 3 cépages : Petit et gros MASENG – COURBU Blanc- CAMARET de LASSEUBE. (pour les connaisseurs)

    Ce nectar porte le nom d'une commune des Pyrénées Atlantiques Il est aussi nommé : Dame noire, Dégoûtant, Gouni, Petit noir ou Folle noire.

     

    Mes dames, je vous le recommande en toute sincérité, en apéritif, sa douceur et sa rondeur en bouche, feront dire à vos langues qu'il faut impérativement qu'elles se délient pour que dans la soirée elle se lient d'amitié à sa charmante compagnie.

    La célèbre COLETTE, en son temps déclarait :

     « Je fis, adolescente, la rencontre d'un prince enflammé, impérieux, traître comme tous les grands séducteurs : le jurançon »..avis aux amatrices.

     

     

     

    « A mon fils...La passerelle »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Septembre à 08:23

    N'ayant pas eu l'occasion de rencontrer le prince Jurançon, je me garderai bien de donner mon avis...

    Bonne journée

      • Samedi 2 Septembre à 20:25

        Alors y' a plus qu' à...à ta santé!

    2
    Samedi 2 Septembre à 17:59

    Ben moi, le Jurançon  j'aime ça !!!  yes  Mais je le trouve très très dangereux.......beaucoup trop agréable .............comme tu dis, un grand, très grand séducteur !!!

    Je penserai à toi la prochaine fois que je lèverai mon verre avec ce breuvage !!! clown

    Quant aux fréquentations de comptoirs, j'avoue là ne pas avoir trop d'expérience ...... happy

    Bises et bonne soirée

     

      • Samedi 2 Septembre à 20:31

        les comptoirs..!si tu savais combien d'hommes y ont perdu leurs pantalons, leurs payes et leurs femmes....

        Combien de fois le monde a été refait et combien de philosophes sont "devenus, des incompris " après le dixième verre.... et puis tant qu' à boire en bonne compagnie, je préfère boire seul en ma compagnie !...... mes salutations à ton carré de fidèles.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :